Truite en étang : Une pêche fine au vairon au bouchon
avatar

destoc cloix014Terminons avec cette série d’ articles sur les techniques truites car déjà le carnassier qui ouvre dans un mois nous démange.  Il reste donc encore un bon mois et surtout quelques étangs où des surdensitaires ont été balancées.

Celles ci avec le réchauffement des eaux vont se nourrir de plus en plus mais les survivantes qui ont vu passer les pâtes, les cuillers, les teignes…Deviennent plus méfiantes, rien de tel qu’un vairon pour les tenter.

J’ai démarré au vairon vif pour mes 16 ans, constatant que ceux ci faisaient la différence  lorsque arrivait le mois d ‘ avril sur le lac de ma ville.  Les prises devenaient sporadiques pour les pêcheurs aux vers et seuls ceux qui pêchaient au vif avec de petits vairons semblaient avoir des prises.

On peut procéder sans problème avec une canne dite « truite » qu’on utilise pour le toc mais une canne anglaise reste pour moi la référence en la matière. Sa souplesse permet de lancer loin sans abîmer le vif.

truites cloix019

 

L’idéal sera un bouchon bien visible mais pas de plus de 5g de portance, ça suffit largement pour pêcher dans la zone des 20m devant soit.

Plus loin je préfère un waggler préplombé en 10g qui donnera de la souplesse au bas de ligne et permettra une meilleure présentation du vairon.

J’emploie un hameçon simple en taille 6 ou 8 selon le vairon histoire de bien piquer la truite, j’ai essayé avec plus petit mais j’ai eu des décrochés. On peut aussi pêcher avec un triple, là il faut descendre en taille sur du 8 ou du 10.

destoc cloix183

 

Le montage est très simple et identique à celui d’une pêche classique au vif si ce n’est qu’on pêche très fin.  Un montage coulissant est bien pratique pour lancer si on pêche avec plus de 2m de fond.

Il ne faudra pas manquer de changer régulièrement  le fond pour trouver la zone d’ activité des truites, quelquefois elles pourront être à ras la surface ou au contraire au ras du fond et ne monteront pas forcément  pour gober un vairon. Traditionnellement on commence du moins profond au plus profond en se disant que la truite regarde vers le haut et non le bas.

Pour le montage vairon vif, je place un mini émerillon avant le bas de ligne ainsi au retour j’ôte mon bas de ligne pour le stocker et j’ accroche mon émerillon à un pied d’anneaux, ainsi pas de risque d’ accrocher un hameçon à sa veste ou au siège de la voiture durant le transport.

destoc cloix217

 

Le plus dur est de stocker les vairons qui souvent sont fragiles et supportent mal les séjours en bac à vif. Le plus simple est d’aller les acheter le jour même ou la veille chez un détaillant ou pour les plus courageux aller les pêcher en rivière.

A la touche, laissez la truite engamer durant quelques secondes et rendez la main sinon elle ne se piquera pas. Nous parlons ici de surdensitaires destinées à être mangées et non de sauvages où je vous aurait incité à ferrer à la touche.

truites cloix037

 

Le vairon est un excellent appât qu’on changera tous les quarts d’heure pour qu’il reste vigoureux au bout de la ligne. Dernière précision, cette pêche ne fonctionne qu’en plan d’eau classé  en première catégorie ou en eau close sinon la pêche au vif est interdite à cette époque de l’ année.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces. Bookmark the permalink.

3 Responses to Truite en étang : Une pêche fine au vairon au bouchon

  1. Martin says:

    Bonjour et merci pour ces conseils pratiques !
    Juste une question annexe, qui prends vos photos ? Le cliché en plein vol est magnifique !

  2. Le regulateur says:

    Bonjour, belle pêche que voilà procurant de bonnes sensations, et pas seulement sur les surdensitaires, la technique que tu expose ici , je l’ai employée sur un petit barrage et un petit étang froid et forestier, tout ceci dans le morvan!! Par contre on ne prends que 2 ou 3 farios sauvages sur la partie de pêche et pas des monstres! La plus grosse prise de cette manière accusait les 38 cms, pour les vairons je les prenais sur place au bord, à mon avis vu la clarté de l’eau à ces endroits c’était la nourriture principale des truites! Encore une fois sylvain, bravo pour tes articles précis, et expliquant bien la technique à utiliser et la façon, continue ainsi ‘;et dès le carnassier ouvert je suivrais tes articles avec attention, car j’avoue avoir de grosses lacunes sur la traque des carnassiers au leurre! Ça me permettra de progresser! ! A bientôt! ☺ ☺