Un point réglementaire sur les brochets de 1ère catégorie
avatar

laloiSamedi prochain, peut être piquerez vous à votre cuiller ou poisson nageur un brochet en première catégorie, que faire alors ?

Voici la réponse légale stricto sensu, pour le reste à vous de voir.

Pour l’heure le brochet est toujours classé nuisible en première catégorie, même si ça va changer dans quelques temps, pour l’heure c’est cet état qui doit être retenu.

Le classement actuel du brochet en première catégorie fait qu’il n’a pas de taille légale, donc on doit considérer qu’un brochet de 25 cm est nuisible comme un 80 cm.

Vous piquez un brochet en 1ère catégorie  que faire ?

  • brochet-ternin-cathyVous le tuez et vous le mangez, personne ne vous en voudra, les pêcheurs sportifs comprendront votre geste dans le cadre légal, seuls quelques extrémistes vous feront la gueule ! On vous dira qu’il est interdit de le transporter, surtout s’il ne fait pas la taille légale: Version officielle, peu importe, vous l’avez pris en 1ère  et il est à vous, vous en faites ce que vous voulez, la légende de l’ Onema qui fouillera votre coffre à un carrefour est une légende.
  • Vous le tuez et le jetez à la poubelle. Ça aussi vous avez le droit de le faire, certains vous conseilleront de faire ça pour éviter un contrôle….Sérieusement, entre nous, ça serait vraiment très con, des tas de gens aiment en manger et jeter du poisson à la poubelle va franchement à l’encontre de toute l’éthique pêche.
  • Vous relâchez un sifflet de 30 cm en croyant qu’il y a une taille légale. Désolé vous pouvez être verbalisé mais je ne connais aucun garde de mon coin qui oserait faire ça, dans le pire des cas ce sera une remontrance verbale. Feignez l’ignorance car on pardonne aux ignorants.
  • Vous relâchez un vrai brochet de plus de 60. Ouille, si on vous voit et quelle que soit votre excuse bidon ou vos convictions vous risquez une amende. Un garde est là pour faire respecter la loi, un gestionnaire d’ AAPPMA qui a dépensé une grande partie de son budget annuel, gagné à la sueur de son front en organisant des animations, en bossant de façon désintéressée vous en voudra de vous voir relâcher un prédateur des truites.  Retenez qu’il n’y a pas de véritable définition légale d’une capture… Un poisson non sorti de l’eau mais piqué à un hameçon sera considéré comme capturé par la justice.

brochet-220412-1D’ ici un an ou deux, sous la pression des scientifiques qui ont découvert que des souches pures de brochets existaient en première catégorie, tout va changer. La pêche du brochet deviendra comme en deuxième, taille légale, période de protection… Tout le monde est d’accord ou presque, Fédé , FNPF, AAPPMA mais d’ici là c’est la loi actuelle qui fait foi.  Je peux comprendre le fait de vouloir relâcher un bec de 1ère catégorie mais je ne peux le cautionner.  La loi est dure mais c’est la loi et nous avons le devoir moral de la suivre.

Faites comme vous voulez mais de grâce, évitez de gueuler sur un garde bénévole qui n’applique que la loi.

 

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in règlementation. Bookmark the permalink.

18 Responses to Un point réglementaire sur les brochets de 1ère catégorie

  1. Lesfilmu says:

    Bonjour,

    Sylvain, ma question n’était pas innocente, j’ai fais ces recherches, j’y ai passé des heures.
    Et le résultat est le même que le post d’Aurelien :

    – absolument aucun texte de loi, ni aucune étude qui aurait pu l’étayer, ne définit le brochet comme « nuisible » sachant que « susceptible de créer des déséquilibres biologiques » c’est de la sémantique pour dire… La même chose. Par ailleurs, le brochet est une espèce endémique de nos eaux, comment veux-tu qu’une espèce endémique soit nuisible ?

    – L’autre élément, c’est l’introduction en première catégorie, comme le dit Aurelien relâcher n’est pas introduire.

    Donc je vais conclure : cette histoire de nuisibilité du brochet est une légende urbaine, basée sur rien d’autre que des on-dit et responsable du genocide d’une espèce ENDÉMIQUE et qui plus est officiellement classée « vulnérable »

    Reste que derrière cette légende urbaine, il y a des règlements intérieurs, qui sont donc illégaux, et probablement parfois des arrêtés préfectoraux… Reste donc le Droit. Et je doute énormément qu’un « simple » argumentaire devant le juge du style « M. Le juge, le brochet est officiellement classe vulnérable, je ne l’ai pas tué pour assurer la préservation de l’espèce » ne soit pas suffisant pour être blanchi de toute action de peche/relâche…

    J’etend déjà « mais les brocs y bouffent les surdensitaires qu’on a relâché ». Oui, ca s’appelle la prédation, c’est le fondement de la sélection naturelle… Et la seule espèce qui n’ait rien à foutre dans ladite rivière, c’est la truite de bassine, certainement pas le broc, qui y est arrivé tout seul, puisque son introduction est interdite (une autre aberration d’ailleurs, mais chaque chose en son temps…)

    Si tu as quelques heures à tuer pour trouver ce texte qui n’existe pas ne t’en prive pas, et d’ailleurs si mes posts ou ceux d’Aurelien sont inexacts, ne te prive pas non plus de les contester, c’est dans l’échange et le dialogue qu’on progresse collectivement… Et individuellement 😉

    Je ne te cache pas que cette histoire m’agace un peu. Elle dénote d’un « certain état d’esprit » qui depuis des décennies entraîne des actions et prises de décision qui n’ont aucun sens, ni biologique, ni halieutique. Ça doit changer, dans l’intérêt de la peche en general et du brochet en particulier. Et je ne vise personne en disant ça, la remarque est générale 😉

    • Bonjour, je te rassure ça va changer, d’ici l’été si ce que l’on m’a dit est vrai, le brochet sera protégé en première catégorie. je ne remet pas du tout en question les textes et vos recherches mais j’ai relaté ce que j’entend depuis que je pêche chez moi. Grâce à vous, vous m’avez fait avancer dans cette réflexion, si j’étais personnellement favorable à la protection du brochet durant sa fraye en première catégorie, je ne pensais pas que les textes légaux étaient aussi ambigu.

  2. Donovan says:

    Doucement les gars, doucement !!! Par respect pour l’auteur, vous allumez mais laisser lui le temps d’aprofondir les recherches.

    • merci du soutien, j’ai eu des journées professionnelles très longues et des soirées occupées qui ne m’ont pas permis de faire ces recherches mais la semaine prochaine j’aurai un avis plus éclairé que le mien.

  3. Grosminou says:

    Ouais … Reste le classement en 1ére plutôt farfelu de nombreux cours d’eau et lacs …
    J’en connais quelques uns ou il n’y a que du blanc, du brochet et où les seuls salmonidés sont les arcs à manche courtes …
    Ce qui menace les pop de truites (sur les vrais rivières) ce ne sont pas les brochets mais les cormorans, les pollutions agricoles et industrielles !

  4. Lesfilmu. says:

    Bonjour Sylvain,

    « Pour l’heure le brochet est toujours classé nuisible en première catégorie, même si ça va changer dans quelques temps, pour l’heure c’est cet état qui doit être retenu. »

    Je te remercie de m’indiquer l’article du code de l’environnement qui le stipule.

    Lesfilmu.

    • Désolé je rentre du boulot, j’ai du monde à la maison et je n’ai pas le temps de rechercher, mais crois moi c’est vrai….

      • Lesfilmu. says:

        Donc tu vas trouver l’article 😉

      • Aurélien says:

        J’ai beau chercher… y en a pas!

        A vrai dire, aucun poisson (ni même crustacé, ie les écrevisses) n’est classé « nuisible » à proprement parler. La notion de nuisible n’existe que pour les animaux classés comme tels par le ministère de la chasse, avec avis de l’ONCFS.
        Pour les poissons et autres animaux aquatiques d’eau douce, il n’y a que des espèces « susceptibles de provoquer des déséquilibres biologiques », et dont l’introduction est, en conséquence, interdite. C’est l’article R432-5 du code de l’environnement qui s’applique alors; il désigne la perche-soleil, le poisson chat, les écrevisses… mais pas le brochet, qui n’est donc pas classé nuisible au sens où tu l’entends.
        Ensuite, l’article L432-10, il est stipulé qu’il est interdit « D’introduire dans les eaux classées en première catégorie, en vertu du 10° de l’article L. 436-5, des poissons des espèces suivantes : brochet, perche, sandre et black-bass ; toutefois, cette disposition n’est pas applicable aux lacs Léman, d’Annecy et du Bourget. »

        Là où il y a un flou, c’est sur cette notion « d’introduire un brochet », ce qui pour moi n’est pas équivalent à « relâcher un brochet ».

        Vous pouvez donc en toute légalité relâcher vos brochets en 1ère catégorie. La maille du brochet, est, elle fixée à 50cm, sans ambiguïté, par l’article R436-18 du même code.

        Vous DEVEZ donc remettre à l’eau les brochets non maillés. D’autant plus que le brochet est classé comme vulnérable sur la liste rouge du comité français de l’UICN (union internationale pour la conservation de la nature).
        Mais peut-être vas-tu encore répondre que ce sont des intégristes écolos?
        désolé, je fais un petit HS coup de gueule, mais je regrette de plus en plus sur ce blog le côté systématiquement clivant et très binaire entre

        intégriste écolo vs pêcheur de bon sens/connaissance du terrain ; pratiquant no kill vs pêcheur de bon sens/prélévement raisonné
        Ces oppositions correspondent sur ton blog en gros à opposer urbain/citadin coincés et à la mode vs rural convivial et plein de bon sens… voire même jeune vs vieux…

        Tu crois vraiment que les choses sont si simples, si organisées?

        Désolé, mais autant on trouve ici des articles intéressants, et je te remercie et te félicite pour le temps que tu dois y passer, autant ces derniers temps, je trouve que ça dérive de plus en plus…

        • Ouh lala !!
          L’UICN n’ aucune légitimité pour aller au dela du code de l’environnement.
          Pour le reste, désolé mais je n’écris pas pour faire plaisir à une catégorie de personnes, ton analyse de mon positionnement est très simpliste contrairement à ton analyse des textes de loi qui est fort pertinente.
          Il reste que je me renseignerai via ma fédé mais comme tout va bientôt changer, je me doute de la réponse « officielle ».

          • Aurélien says:

            Eh bien tant mieux, si tu penses que je me trompe sur ton positionnement.Dans le fond, c’est tout ce que je souhaite! C’était une simple remarque, et tu as raison, je ne suis pas obligé de les lire, et encore moins de les commenter (vivement l’ouverture, ça me détendra). désolé pour le HS.
            Je n’ai pas dit que l’UICN pouvait se substituer au code de l’environnement, simplement ce point mérite d’être souligné pour que les pêcheurs se rendent bien compte de la situation précaire de ce poisson. Disons que cela peut aider à prendre une décision quand on en prend un en 1ère catégorie 😉 .

            En ce qui concerne ta fédé, elle non plus, elle ne se substitue pas au code de l’environnement, elle n’a pas le pouvoir de légiférer. En revanche, elle peut expliquer à ses gardes – et/ou à ceux des aappma- que relâcher un brochet est interdit au regard de l’interprétation qu’elle fait du terme « introduction ».
            Mais devant un tribunal, je doute que le juge donne raison au garde/à la fédé (et là l’argument de l’espèce vulnérable peut jouer). Il serait d’ailleurs intéressant de savoir si une telle jurisprudence existe.

  5. j2m says:

    Oups!!! Holalalalala quelle maladresse monsieur le garde, il m’a échappé des mains! A croire qu’un poisson qui se sait classé VU (vulnérable) sur la liste rouge UICN francaise se débat drôlement bien pour sauver son espèce… mince alors, il est retombé dans l’eau au moment de la photo, vraiment pas d’bol!

  6. Le regulateur says:

    Salut sylvain, j’ai déjà pris des brochets en 1 e catégorie, mais dans ces rivières vivent des farios sauvages en cohabitation avec les brochets et ce depuis des années, si les brochets étaient si amateurs de truites il n’en resterait plus, et ces mêmes truites doivent sans doute se délecter d’alevins de brochets, alors comme parfois en politique acceptons la cohabitation même ci cela ne nous plaît pas !
    Et je ne parle pas des perches, voir chev’enes et cormorans qui n’ont pas fait disparaître les truites, alors?

  7. JiS says:

    Tout est dit: « Faites comme vous voulez mais de grâce, évitez de gueuler sur un garde bénévole qui n’applique que la loi. »…..

    • Lesfilmu. says:

      Quelle loi ? Quel article ? Je crois (non, je sais…) que pour dresser un PV il faut citer le texte enfreint.

      Vu le contenu de ce post, j’imagine que tu es garde ? Dans ce cas, quel article de loi cites-tu pour dresser PV sur la non-relâche d’un brochet capturé en première catégorie ?

      Merci d’avance 😉