Perches, trouver les grosses et les faire mordre.
avatar

La grosse perche, la tatane ! Un poisson qui me fait fantasmer depuis que je suis gosse. Perca Fluviatilis fut le poisson de mes débuts de pêcheur de carnassiers il y a de cela une trentaine d’année. Je l’avais un peu mise de coté face aux sandres et aux brochets mais depuis quelques années, lorsque qu’il y a un peu d’activité à partir du mois d’aout, j’adore chercher les tatanes. Voyons comment faire.

Ma première rencontre avec une vrai tatane, une perche de plus de 30 cm, remonte à l ‘âge de la mobylette. C’est en pêchant la truite de bassine au vairon au lac d’Autun que j’avais attrapé ce superbe poisson qui devait mesurer ses 30 cm (bien plus dans mes souvenirs). La suivante d’une quarantaine de centimètre  fut prise il y a une quinzaine d’année, à l’anglaise au vif dans un lac de barrage en recherchant le sandre. Puis plus aucune belle zébrée durant pas mal de temps, jusqu’à ce que je mette à les rechercher un peu.

 

La grosse perche est souvent un poisson accidentel qu’on prend en cherchant les autres carnassiers, peu de gens la recherchent pourtant c’est un poisson aux attaques fulgurantes, au fond comme en surface. Qui plus est c’est à mon sens le carnassier à la défense la plus vigoureuse pour sa taille et batailler une 40 cm sur un ensemble light est bien jouissif.

Chercher la grosse perche c’est déjà accepter la brecouille, et de nombreuses sorties de brecouille ! Elle  possède deux freins à sa pêche, sa rareté et la présence de plus petites qui mordront avant elle.

 

Pour traquer les grosses perches, le mieux est encore de les pêcher en bateau, ce sera plus facile de les agacer dans leurs zones favorables, très souvent situées hors de portée du  pêcheur du bord.

La grosse perche est opportuniste, elle pourra se nourrir d’alevins de 5 cm et les dégueuler à la prise comme cibler les gardons de 10 cm ou plus. Quelquefois c’est après les écrevisses qu’elle se concentrera exclusivement.

 

Pour les pêcher, en premier lieu, trouver le lac où elles sont présentes. Dans certains endroits, seuls des perchettes de 15 cm hantent les eaux, les grosses sont absentes. Ce phénomène de nanisme est difficilement explicable et tout le monde à sa théorie sur le sujet. J’ai seulement constaté que moins il y avait de perches à l’hectare, plus elles devenaient grosses.

Seules les infos d’autres pêcheurs pourront vous aider à trouver la zone où elles se tiennent car cette zone fluctue d’une année sur l’autre. Une fois sur le bon endroit il vous faudra accepter de pêcher avec de gros leurres, grosses lames bien lourdes, crank de taille brochet, plomb palette.

 

Au vif, on risque avec un vairon de ne prendre que des zébrées de 20 cm, il faut donc monter en taille et passer au gardon de 10 cm ou plus et varier les hauteurs de prospection. Une perche peut coller le fond comme se promener en surface.

Règle n°1, la perche vit en bande, les grosses vivent en petits groupes  de quelques individus en lac normal (je ne parle pas des grands lacs alpins où les bancs de perches de 50 cm comptent de nombreux sujets). Une perche qui se décroche, puis deux…Et c’est la fin des touches. Par prudence gardez les prises au vivier pour les relâcher ensembles à la fin de la partie de pêche.

En lac pour les trouver, utilisez des leurres de prospection : lames vibrantes, cuillers, lipless et crank. Ensuite il sera temps de changer de pêche en fonction de votre constat sur les proies de vos perches.

 

Les grosses perches sont rares, elles mettent en moyenne entre 10 et 15 ans pour atteindre 45/50 cm dans les eaux acides mais grandissent plus vite si des écrevisses sont en nombre. Elles ont déjà vu de nombreux leurres et se sont décrochées plusieurs fois. Si vous prenez des perches de 25 cm, il y a fort à parier que les 30/35 ne sont pas loin, juste plus au large ou plus profond, insistez.

En prendre 3 ou 4  de plus 40 cm dans son année est peu commun sauf en quelques lacs très connus . Pour ma part à partir de 40 cm je considère la perche comme un poisson trophée, mon record personnel n’est qu’à 45 cm et j’y suis bloqué depuis 2008. J’attends septembre car ce mois à toujours été l’un des meilleurs pour les tatanes.

Pour ces poissons ma priorité va à une canne assez souple et un frein réglé mou pour éviter de déchirer leurs gueules fragiles. Durant le combat, évitez de la monter trop en surface sinon elle se décrochera facilement.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in le coin du débutant, Techniques classiques, Techniques et astuces, Techniques modernes and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.