La truite d’ étang à l’ anglaise
avatar

La truite d’ étang est un formidable poisson de sport qu’on peut agréablement pêcher avec une canne anglaise pour maximiser les sensations, découvrons ici quelques techniques classiques ou quelques astuces pour se préparer sereinement à une ouverture prochaine.

Beaucoup d’entre nous n’ont pas la chance d’habiter près d’une rivière et l’ouverture de la truite se fait la plupart du temps en étang pour pêcher quelques arcs en ciels fraîchement introduites pour l’ occasion.

D’autres encore fréquentent les pêcheries privées où quelquefois il n’est pas si facile de prendre un poisson lorsqu’ils se désintéressent de l’habituelle pâte et de la ligne au bouchon classique.
Pour tous, on aura tout intérêt à s’équiper d’une canne anglaise, qu’elle soit télescopique ou multibrins, peu importe du moment qu’elle soit équipée de nombreux anneaux pour éviter que le nylon ne se colle sur le blank.

 

Le principe de cette pêche est de pouvoir taquiner la truite avec un matériel léger pour une pêche en finesse plus ludique que la gaule de 6m. L’usage de l’ anglaise demandera de s’équiper d’un moulinet de grande qualité avec un frein très progressif, c’est surtout lui et non la canne qui fatiguera le poisson puisqu’on utilisera un nylon ou un copolymer très fin (de 16 à 20 centièmes), voir même une tresse ultra fine de 0,08 ou 0,06 mm.

Il n’est absolument pas indispensable de pêcher avec un waggler coulissant, sauf si on compte lancer loin. Les cannes anglaises mesurent en moyenne 3,6 à 4,2m et peuvent permettre de propulser des montages au bouchon fixe pour peu que le fond soit limité à la moitié de la longueur de la canne sinon lancer devient vite compliqué.

 

Les montages flotteurs:
Au waggler, j’ai pris l’ habitude de fixer sur mon corps de ligne une petite attache coulissante qui me permet de replier ma canne sans ôter le montage mais seulement le bouchon. Ce petit accessoire est ultra pratique. Je monte généralement un waggler lesté de 10g que j’équilibre avec un ou deux petits plombs pour éviter aussi que le bouchon ne vienne buter contre l’ émerillon. Les plombs sont regroupés pour faire un effet masse et se défaire tous seuls si par hasard le bas de ligne fait un tour autour de l’antenne du flottteur anglais. J’en place un à environ à une hauteur et demi de flotteur au dessus de l’émerillon sur le corps de ligne, les autres seront groupés près de l’ émerillon. L’émerillon permet un changement rapide du bas de ligne selon l’appât car certains hameçons tiennent mieux les appâts naturels alors que d’autres sont meilleurs pour de la pâte. De plus l’ émerillon protégera efficacement votre corps de ligne contre le vrillage car une truite est la reine des cabrioles.

 

Au bouchon fixe par contre j’étale ma plombée pour que l’appât évolue avec le moins de contraintes, coule plus lentement aussi. Je place un flottteur avec une grande antenne et d’une portance de 2 à 5g selon je pêche sous la canne ou à une quinzaine de mètres. On trouve des flotteurs pour la bolognaise qui sont parfaits car très bien équilibrés et très sensibles.

 

Les autres montages
L’anglaise peut parfaitement convenir pour des montages en plombées ou en bombette, je n’utilise plus qu’elle sauf pour des bombettes dépassant les 10g et capables d’atteindre les 50m de portée.
En plombée un simple plomb d’ arlesey sur un montage avec petite gaine anti emmêleur avec un grand bas de ligne d’un mètre permettra d’utiliser un appât flottant, c’est le principe du Bobby à la mouche, tellement efficace qu’il est interdit sur la plupart des réservoirs. On pourra donner du fil de temps en temps et laisser monter l’ appât dans la couche d’eau jusqu’à trouver la bonne hauteur d’évolution des truites.

Concernant la bombette, c’est un montage classique développé dans ce dossier, on pourra utiliser une petite bombette pour pêcher moins loin mais tout autant efficacement, l’idéal étant de trouver la profondeur d’évolution du banc d’ arc avec un flotteur ou une plombée avec appât flottant et de finir en prospection large avec la bombette évoluant à la bonne profondeur.

Vous avez encore plus de deux mois pour préparer vos montages !

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to La truite d’ étang à l’ anglaise

  1. Bonjour, pour moi ma préférence va à canne anglaise avec bouchon bolognaise, c’est ce que je maîtrise le mieux, j’ai acheté une fois un lot de bombettes ,mais je ne sais pas trop utiliser cette technique, malgré tout ce que l’on peut dire ,il n’est pas toujours facile de piquer des arcs en plan d’eau, même si certains pêcheurs de truites sauvages ,dont je fait partie,et difficiles à prendre, meprisent un peu ces pêches en lieu clos!