La chronique de Ridique de décembre
avatar

J’aime bien les moucheurs, ceux qui se mouchent avec un tire jus en toile de 30 cm de coté qu’on achète dans les foires. Accessoirement ça peut servir de bâche de protection, de nappe, de toile à tipi, de couverture de survie pour passe partout, de cape pour un petit  super héros, ça permet même d’essuyer la sueur du front du visage quand qu’on attrape chaud.

 

J’aime bien aussi les moucheurs qui pêchent à la mouche, avec des mouches en poils ou plumes parce que des mouches en mouchoir c’est pas facile à monter du fait que les crottes de nez séchées créent des sur-épaisseurs. Il y a aussi celles toutes neuves, qui sortent du trou d’nez et qui sont bien gluantes, pas facile à utiliser pour confectionner une éphémère  mais facile à jeter sur une ex belle mère !

 

Vous aurez compris que j’aime bien monter mes mouches, quoi que je ne sois pas diptèrophile mais plutôt famapoilophile. C’est avec mon vieil ami, le rocker tout vouté et tout niçois Dick Rivers, que j’aime bien me faire une séance de couture sur hameçon. Encore une fois je vous ai mis mon dick sous l’nez et ça m’amuse bien.

Je me heurte par contre à un problème qui revient sans cesse, un peu comme les impôts où les témoins de Jéhovah, ma mouche explose en plein vol !

Heureusement qu’elle est sèche sinon elle tacherait, c’est bien connu la mouche tache !

Je n’aime plus les mouches noyées, j’en avait inventée une que j’avais appelée « la petit Grégory » car elle allait impeccablement  pour la Vologne, mais j’ai arrêté car les handi bag nécessaires à son montage avaient perdu en qualité.

C’était donc à Lépanges sur Vologne, qui bientôt va changer de nom, et oui, le conseil municipal à décide de rebaptiser la commune pour faire oublier l’affaire, il vont donc la renommer Noisy le Petit, que j’avais mis au point cette mouche qui elle aussi explosait en plein vol au bout de quelques lancers.

Mon passé de grand maistre, chef des tortures sous l’occupation et grand flagellateur de bourgeoises masochistes m’avait il laissé un bras sur-développé que je fouettai trop fort ? Avais-je trop mangé de soupe étant petit, la fameuse soupe de torture ? Toujours est il qu’au bout de 3 faux lancers, même du Bengale, ma mouche avait peute figure.

J’avais donc tenté de les monter avec des matériaux solides, tel que le dubbing de bébé phoque, idéal pour figurer un chaton de peuplier (le bébé du chat s’appelle t’il un peuplion?). Mais cet enfoiré d’Aimé Rillon avait acheté tout le lot pour les vendre à la cantine de Wallnut Grove (voir ma  chronique de juin 2013), j’avais donc du me rabattre sur du poil de barbe de Brigitte Bardot, moins cher et de piètre qualité.

Malgré tous mes efforts, les mouches continuaient d’exploser. J’ai changé les bas de lignes pour leur mettre des collants, les soies pour leur mettre des tiens mais rien n’y fit. Que se passait il donc ?

Après d’éprouvantes recherches au quatre coins du globe je rencontrais des philosophes, des poules qui elles aussi font leurs œufs, des hommes politiques honnêtes, des pères Noëls, des islamistes qui se la pétaient, des prêtres pédophobes, qui tous, oui tous me dirent la même chose : L’humanité s’interroge depuis la nuit des temps sur la mouche qui pète en plein vol !!!!!

Diantre, j’avais alors atteint un des mystères de l’univers dans ma quête halieutique. Après le coup du soir avec ma copine, l’éclosion avec un terroriste de l’ETA qui avait un bec de lièvre, la french tricolore avec un vendeur de balai à chiotte originaire du Sussex, je touchai enfin du doigt l’infinité infinie. Autant dire que je doigtai les mystères de l’ouest !

La mouche qui pète en plein vol !!! Avouez quand même amis  lecteurs qu’il fallait oser le faire. Vous obliger à lire plus d’une page sur la mouche qui pète tout en ne la voyant pas venir  !!!!

Ça c’est un pari avec le rédac chef qui m’a dit pas cap ? Et ben si, je vous ai bien eu !

 

A bientôt pour de nouvelles aventures halieutiquophilosiphiconaze, bzzzzzzzzzzzzzz– prout —bzzzzzzzzzz !!

Et pour terminer avec un peu d’humour plus classique, je citerai Noctuel : « Le poisson est un animal susceptible : En présence du pêcheur, il prend facilement la mouche ».

Ps :Si vous avez cru tout ce que je venais de raconter c’est  qu’il faut changer vos pilules.

Mangez d’la pêche

About ridique

JC RIDIQUE, JC comme un gars qui parlait tout le temps de pêcheur il y a 2000 ans et RIDIQUE parce que !! Humour décalé et jeux de mots finauds sont mes préférés. Ne prenez jamais au sérieux ou au premier degré ce que j'écris, c'est pour de rire !!!!
This entry was posted in pêche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.