La bibliothèque du pêcheur: « Faune des lacs, des étangs et des marais »

La faune des lacs, des étangs et des marais de l’Europe occidentale. (Par L.Germain et E.Seguy)

En écho à l’article de Sylvain sur le livre « les poissons d’eau douce de France », je vais vous parler de ce précis de limnologie que j’avais acheté il y a longtemps, pour me documenter sur les écrevisses…

C’est un livre désormais un peu dépassé au niveau taxonomie, mais qui vaut surtout comme un instantané des populations piscicoles –entre autre- en 1957, date de sa parution.

C’est le type même de bouquin destiné aux « amateurs éclairés », aux naturalistes soucieux d’avoir des bases sérieuses sur le sujet, écrit par de vieux professeurs émérites du muséum d’histoire naturelle dont la prose surannée m’enchante à chaque lecture. Il s’agit d’un guide complet de 540 pages, allant des invertébrés inférieurs aux mammifères, en passant par les mollusques, les crustacés, les insectes,  les poissons, les batraciens, les reptiles et les oiseaux.

Quelques planches en couleurs et beaucoup de dessins égayent  ce savant ouvrage.

Pour ce qui concerne les poissons, on y apprend au sujet du brochet que :

« …Un squelette conservé à Mannheim mesurait 19 pieds (environ 6 mètres). Ce poisson aurait été trouvé avec, attaché à une ouïe, un anneau d’or portant la date et le nom de l’empereur Frédéric Barberousse. Depuis, on a reconnu que la colonne vertébrale était composée de vertèbres appartenant à des individus différents. » Ouf ! La Science triomphe !

 

Plus sérieusement sur le silure, il est dit que « En France, le silure n’est signalé que rarement dans le Doubs, aux environ de Dôle, où il atteint 0,70cm à1 mètre de long, avec un poids de 10 à 20 kilos. Il serait plus commun dans le Rhin, dans les lacs de Suisse, en Hollande et en Allemagne. » On voit que la situation a bien évoluée !

 

Le hotu était déjà considéré comme nuisible : « C’est un animal envahissant, sans valeur alimentaire ; la chair est fade et se corrompt facilement. »

 

Enfin pour les percidés, notons la timide apparition du sandre : « …Il s’est propagé dans les bassins du Danube et du Rhône inférieur et moyen, dans la Saône et dans le Doubs. »

Notons aussi la présence de la « Perche Noire » (Micropterus Dolomieui) sorte de petit Black- Bass (ici nommé perche truitée) dont je n’ai jamais retrouvé la trace depuis.

 

Terminons par cette petite anecdote qui fera plaisir à Sylvain au sujet des cormorans :

« …On s’est servi autrefois des cormorans pour la pêche….Au début du XIXe siècle, un habitant des bords de la Saône a ainsi dressé un cormoran, mais il n’a réussi qu’à lui faire lâcher le fretin : dès que l’oiseau avait pris un poisson un peu gros, il ne revenait pas et aller le manger tranquillement loin de son maître. » Nous seulement le cormoran est égoïste, mais en plus il est ingrat ! Ah ! La sale bête !

                                        Un poster pour l’Esoxiste!

 

Un ouvrage à savourer comme un livre d’histoire, et qui peut encore rendre service pour l’identification des espèces. Connaissez-vous le Desman des Pyrénées ? J’ai appris son existence grâce à ce livre !

 

 

Bonne lecture.

 

 

 

 

Jean-Paul Charles

 

[subscribe2]

About Jean Paul CHARLES

Pêcheur et artiste, je m'intéresse aussi aux "à-côtés" de la pêche, et notamment à la littérature et aux œuvres d'art qui lui sont consacrées.
This entry was posted in ichtyologie. Bookmark the permalink.

Comments are closed.