Communiqué de la gaule Moirantine: Pêcheurs professionnels sur Vouglans et pêche sur frayères?

Chères et chers adhérents(es), ami(e)s pêcheurs
En préambule…
Une passion ne s’éteint jamais : nous défendrons toujours, dans l’intérêt du milieu et des pêcheurs, le lac de Vouglans.
Vous excuserez le récit de ces faits, un peu longs mais gravissimes, que nous portons aujourd’hui à votre connaissance, par respect, honnêteté et transparence totale à votre égard.

Pour que l’on n’oublie pas …

2017 : demande faite par les pêcheurs professionnels de pouvoir exercer sur Vouglans à l’occasion du renouvellement des baux de pêche sur le DPF (communiqué de la fédération de pêche du Jura de Avril 2017, « le dossier est étudié par le ministère »), et rejeté en raison :
– du classement de Vouglans en 1ère catégorie.
– de nombreux soutiens d’élus à notre AAPPMA (Madame la Députée MC Dalloz particulièrement, les COMCOM et municipalités du Jura Sud, le CD, les diverses associations)
– de la mobilisation majeure que nous avions créée autour de cette demande.

Les faits :
Le conseil d’administration de la fédération de pêche du Jura, a décidé, dans sa majorité, de soutenir l’AAPPMA des pêcheurs Clairvaliens en commission grands lacs intérieurs du 7 décembre 2018 , en proposant aux services de l’Etat, un déclassement de Vouglans en seconde catégorie piscicole.

Par ce biais, la fédération et l’AAPPMA des pêcheurs clairvaliens, ont jeté le discrédit sur l’AAPPMA de la Gaule Moirantine qui gère pourtant la très grande majorité de Vouglans (plus des ¾ du linéaire de la retenue), et qui est la seule, sur ce lac, à mener des actions de protection de la ressource :

2000 h de bénévolat ont été consacrées à la défense de cette retenue ces quatre dernières années :

–          création de réserves de pêche et d’aménagements des sites de reproduction ( frayères, fascines, briques alvéolées). Linéaire de protection créé : 3000 ml, avec une réserve temporaire sur Bellecin et une réserve permanente au Parchet.
–          mise en œuvre de suivis scientifiques réalisés par des bureaux d’études indépendants sur 2016-2017-2018 qui témoignent de l’efficacité de nos actions.
–          réalisation de plongées professionnelles sur lesdites zones, validant  ainsi les exigences du protocole DDT sur ces trois années.

Ce mépris des actions menées par TOUS les bénévoles de notre AAPPMA et d’ailleurs, qui s’investissent sans relâche sur Vouglans, est bien peu digne d’une structure comme une fédération départementale de pêche, dont la mission est statutairement, de soutenir les AAPPMA qui s’investissent, non les trahir et les déconsidérer.

Ces deux structures se sont, dans un second temps, assises sur le vote officiel et démocratique des deux conseils d’administration des AAPPMA du 19 Mai 2017, qui reconnaissait, le maintien de Vouglans en 1ère catégorie avec demandes de dérogations sur TLC (Tailles Légales de Capture) et quotas du sandre et du brochet.

Ne croyant pas au principe des dérogations pourtant existantes sur Vouglans (pêche à 4 cannes, à 5 hameçons, à l’asticot, jusqu’au 31 décembre), ces deux instances ont cédé à la facilité de la deuxième catégorie, en se faisant endormir avec une naiveté déconcertante qui traduit une méconnaissance totale du lac de Vouglans et des pratiques de pêche modernes que l’on y rencontre.

 Les conséquences directes de ces propositions insensées et irresponsables sont :
–          Une OUVERTURE LEGALE de la retenue de Vouglans aux PECHEURS PROFESSIONNELS, où seront condamnés des emplois directs locaux, des familles, et définitivement, la pêche de loisir sur cette retenue.
–          Une PECHE SUR FRAYÈRES à partir du dernier week-end d’Avril (un mois de pêche en plus qu’actuellement en pleine période de reproduction des poissons). Sage décision…
–          Un prélèvement massif des GÉNITEURS sandres et brochets VULNÉRABLES au mois de janvier (dans le cas d’une 2ème catégorie). Ces poissons entre 70cm et 90cm majoritairement, sont rassemblés et concentrés dès la mi-novembre.
–          Une ouverture de la pêche du sandre TOUTE L’ANNEE sous certaines conditions : « en 2ème catégorie, la pêche est autorisée toute l’année à l’exception de la pêche du brochet », qui est autorisée du dernier dimanche d’avril au dernier dimanche de Janvier (Article R.436-7 du code de l’environnement relatif à la pêche en eau douce). Aucun respect du cycle biologique des poissons.

Nous pensons, qu’un lac qui marne et qui exonde les fraies tous les ans au printemps ( marnages EDF), ne peut pas supporter 2 mois de pêche en plus sur des périodes où les poissons sont les plus vulnérables (frai printanier et rassemblement hivernal). Ce lac ne peut pas subir, non plus, une absence de fermeture spécifique pour le SANDRE et une ouverture de sa pêche toute l’année sous certaines conditions.

Le sandre est en net recul sur la retenue d’après le dernier rapport de l’AFB. Le brochet nettement déficitaire (9% de la biomasse des carnassiers). Les marnages que subit Vouglans ne permet pas d’accentuer la pression de pêche sur ces 2 espèces en rallongeant les périodes d’ouverture et sans respecter le cycle biologique des poissons sur cette retenue si spécifique. De la même manière qu’un et un font deux.

Comment un président d’AAPPMA responsable et un conseil d’administration d’une fédération peuvent-il être à l’initiative de pareilles propositions ? La position fédérale et celle de l’AAPPMA de Clairvaux, sont juste invraisemblables, dénuées de bon sens, mais très lourdes en termes de conséquences sur le milieu.

Solutions et propositions :
Annonce faite le 7 décembre 2018, en commission Grands Lacs Intérieurs, par la DDT du Jura: « la TLC du brochet sera portée, par DECRET, à 60 cm en 1ère catégorie avec un quota de 2 poissons par jour et par pêcheur. Ce décret devant voir le jour dans les prochaines semaines ou les prochains mois », toujours selon les services de l’Etat.

Cette mesure garantit, la protection de cette espèce, en évitant le déclassement de Vouglans.

 

Ce qui existe déjà et que nous souhaitons élargir :
Le principe des dérogations souhaitées par la Gaule Moirantine, reste dans cette logique : maintien en 1ère et dérogations pour protéger la ressource et éviter l’implantation des pêcheurs professionnels : « le préfet, peut établir, par arrêté, une RÉGLEMENTATION SPÉCIALE, pouvant porter dérogations aux prescriptions des articles R436-etc…, lorsque les caractéristiques LOCALES du milieu aquatique JUSTIFIENT des mesures particulières de protection du patrimoine piscicole ».

Autrement dit, sur un grand lac intérieur de montagne, un préfet, peut tout à fait, prendre un arrêté motivé, portant sur les Tailles minimales des poissons, le nombre de captures autorisées, les conditions de capture, les procédés et modes de pêche autorisés, les procédés et modes de pêche prohibés.

 Il existe en effet et déjà, sur VOUGLANS, des tonnes de dérogations à la réglementation de 1ère catégorie (pêche à 4 cannes, à 5 hameçons, à l’asticot sous certaines conditions, pêche jusqu’au 31 décembre), et aucune ne semble possible pour protéger la ressource ? hallucinant à l’heure où nos rivières à truites disparaissent et où la pression de pêche sur les lacs jurassiens s’accentue drastiquement.

 

Pour conclure …
En demandant aux services de l’Etat, le déclassement de Vouglans en 2ème catégorie, l’AAPPMA des pêcheurs clairvaliens, soutenue par le CA de la fédération de pêche du Jura en commission grands lacs (7-12-2018), seront les premiers RESPONSABLES D’UNE OUVERTURE DE LA PECHE PROFESSIONNELLE SUR VOUGLANS, D’UNE PECHE SUR FRAYERES, D’UNE PECHE DU SANDRE TOUTE L’ANNEE ET D’UNE PECHE HIVERNALE DE DESTRUCTION AU MOIS DE JANVIER.

Nous invitons par la même occasion, le président clairvalien, à concentrer toute son énergie pour la défense de ce lac dont il semble découvrir l’existence depuis quelques semaines.

Nous invitons également la fédération de pêche du Jura à revoir au plus vite ses positions, seule issue favorable à la préservation de la biodiversité sur cette retenue.

Ces deux structures exposent légalement et juridiquement la retenue de Vouglans à une installation de pêcheurs professionnels, ce qui est irresponsable de la part d’associations qui ont pour mission première la protection des milieux aquatiques.

Tous les ingrédients sont désormais réunis pour que le dossier devienne des plus préoccupants et des plus brûlants pour la pêche de loisir dans le Jura. La prochaine demande des pêcheurs professionnels de pouvoir exercer sur Vouglans, au moment du renouvellement des baux de pêche sur le DPF, ne manquera pas de mesurer la responsabilité des uns et des autres dans cette affaire.

Pour tout cela, et par attachement viscéral à ce lac, soyez assurés, de notre capacité à nous défendre, à fédérer et à communiquer avec autant d’énergie et de détermination qu’il faudra, pour protéger ce joyau Jurassien.

Nous appelons toutes les personnes responsables et qui le souhaitent, à se mobiliser en répondant, massivement sur internet, à la consultation du public annoncée par la DDT du Jura, dont nous vous transmettrons la mise en ligne.

Nous n’excluons pas, par la suite, des actions concrètes : manifestations sur le barrage de Vouglans ou autres, pour nous faire entendre et défendre ce lac qui est un joyau pour le département que cela soit, pour le tourisme, ou pour la pêche de loisir.

Appel enfin à toutes celles et tous ceux qui sont attaché(e)s au lac de Vouglans et qui ne souhaitent pas voir venir de pêcheurs professionnels piller cette retenue avec tous les conflits d’usages et les tensions que cela va engendrer, à se manifester directement auprès de leurs députés, des élus du conseil départemental, des élus de leur comcom, des élus de leur commune.

Amitiés halieutiques
Le conseil d’administration de la Gaule Moirantine

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in AAPPMA, informations diverses pêche, Vie des AAPPMA et des fédés and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.