Vidéo: L’impressionnante voracité du poisson chat
avatar

poisson chat voraceCe poisson chat est incroyablement vorace, il avale un autre poisson quasiment aussi gros que lui et se retrouve gonflé comme une baudruche.

Une vidéo exceptionnelle qui démontre la capacité de prédateur de ce poisson.

Bon visionnage

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Vidéos carnassiers. Bookmark the permalink.

4 Responses to Vidéo: L’impressionnante voracité du poisson chat

  1. pyke.nokill says:

    bonjour , perso je vois pas la diferance entre un poisson chat et un silure ??
    sauf que le silure mange des poissons beaucoup plus gros

    • Le regulateur says:

      Bonjour, imagine le silure avec les piques dans les nageoires, elles seraient géantes et nous transperceraient ! Mdr!! Il est vrai qu’ils sont de la même famille de poissons, à part la taille bien sûr! ! Et aussi goinfres l’un que l’autre, mais le chat prolifère rapidement et le silure moins! Le chat a été introduit en France au 16em siècle et s’est étendu partout! Le silure introduit en Saône et Loire, échappé d’étang dans la seille, mais aussi arrivé par les fleuves et canaux depuis le Danube, d’après ce qui se dit !! Le chat pénible ou il se trouve, et le silure poisson de sport! ! Amitiés! !☺

  2. Le regulateur says:

    Bonjour, impressionnant! Il est vrai que pêchant pour ma part de temps en temps au vif, dans les plans d’eau ou se trouvent des matous ça devient vite insupportable! C’est pour dire j’en ai même pris un au petit leurre souple, en cherchant la perche! Nos belles instances , au lieu de chercher à éradiquer le silure , ferait mieux de trouver une solution au problème du poisson chat, n’est ce pas? A bientôt. . ☺

    • Bonjour,
      Je ne pense pas du tout que nos instances cherchent à éradiquer le silure. Bien au contraire : pour exister et vendre de plus en plus de permis de pêche, leur intérêt et de diversifier l’attractivité, et notamment en proposant des mastodontes comme les silures… Il y a une clientèle sur ce créneau et ça ne peut que réjouir les concepteurs d’articles de pêche.
      Moi, je préférerais voir proliférer les vrais poissons de nos régions et imposer le no-kill sur 50% de nos cours d’eau.
      Bof, c’est mon idée, mais autant cracher face au vent.
      A bientôt, peut-être.