Sponso, bon ou mauvais plan ?
avatar

sponso pecheCe sujet a déjà été brillamment traité par Nico sur 24leurres.com mais j’ai souhaité y revenir car je reçois quelques mails de jeunes pêcheurs qui vont jusqu’à me demander de les sponsoriser, croyant que je suis une entreprise prospère.

Etre sponso c’est être un homme sandwich, réfléchissez à cela depuis le début. Vous pouvez aimer les produits d’une marque mais aussi ceux des autres, pourtant une fois sponso on vous demandera l’exclusivité.

Alors sponso, c’est quoi dans le détail.
Au début l’apprenti sponso reçoit quelques pochettes de leurres et une casquette, on va lui demander d’en parler sur son blog ou sa page Facebook et surtout d’en parler en termes très élogieux, normal !
Si le pêcheur gagne quelques compets ou est un tant soit peu connu, il va demander un sponsoring plus important. Il aura donc droit à environ 30 à 40 % de remise en moyenne soit le prix qu’un détaillant achète le produit à quelque chose près.
S’il ne fait pas de compets ou s’il n’en gagne pas, il devra par contrat écrire dans un blog ou pour les magazines qui apprécient ces petits articles qu’ils achètent une poignée de cerise, voir gratuits et qui ne font que la promo d’une marque.

image Delalande

image Delalande

S’il fait quelques compets et qu’il est bon le sponsor lui paiera ses frais d’engagement, voir un peu plus, c’est au pêcheur de négocier. Il s’engage par contre là aussi à n’utiliser que les matériels du sponsor, à porter les couleurs et le cas échéant à filer un coup de main dans les salon régionaux ou nationaux.

Les vrais Pro Staff ne sont pas légion, eux ont le matériel en prêt, leurs frais pour les compets sont intégralement pris en charge mais corollaire, leur image appartient à la marque et par contrat il doivent être présents lors des salons ou des petites compets auxquels la marque offre son partenariat.
Ca veut dire en gros 4 week-ends sur 5 au service de son sponsor durant une bonne partie de l’année. Interdiction d’avoir des états d’âme, de s’exprimer librement sur Face Book ou autre.

image Seasons

image Seasons

 

On peut vouloir intégrer une équipe et participer au développement de la marque, c’est louable et c’est un challenge motivant mais avant d’arriver à être pro staff le chemin est long et la route pavée d’embûches. Vous allez beaucoup donner de votre personne à renseigner les débutants sur les salons qui vous poseront toujours les mêmes questions.
Pour ça mieux vaut être jeune et patient, ou avoir l’esprit commerçant car renseigner un client potentiel intéressé et qui s’y connaît c’est passer avant par une dizaine de curieux qui ne captent pas forcément vos arguments. Vous entendrez « Ca vaut rien ton machin, moi je suis un vrai pêcheur, pas besoin de tes conneries pour attraper un poisson ».
Vous aurez mal au pied, mal à la tête et au bout de deux salons vous ne voudrez plus y retourner.

Attention ensuite à votre image, de ne pas être pris en photo avec le matos du concurrent..Et pour l’électronique c’est idem, lors de la sortie des nouveautés ou vous demandera de casser votre tirelire car il est inconcevable qu’un sponso tourne avec des produits de l’ancienne génération, et même avec 40 % ça pique !!!!

homme sandwich

Réfléchissez à ça vous tous qui rêvez de sponsoring car on vous achète pour finalement pas très cher eu égard au temps passé à promouvoir la marque, à essuyer les critiques régulières d’autres pêcheurs qui vous accuseront d’être un « vendu ». Dites vous bien que les imbéciles vont se déchaîner contre vous et bien peu de vos copains pêcheurs vont se réjouir de votre nouvelle situation.

Je ne dit pas que le sponsoring est un enfer mais c’est juste un contrat pour du boulot. Est ce que cela vaut le coup ? A vous de voir car il n’y a que vous qui pouvez savoir.

Si vous voulez devenir sponso, apprenez à pêcher et devenez un spécialiste, ensuite engagez vous sur un circuit de compétition et gagnez des épreuves. Ce n’est qu’après tout ça que vous pourrez envoyer une demande de sponsoring à votre marque favorite qui vous répondra…Ou pas !

Relire l’article de Nico sur 24leurres.com

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule, informations diverses pêche, pêche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.