L’utilisation de la cuiller pour le carnassier
avatar

Suissex 2014La cuiller tournante est un leurre ancien, apparu au début du 20 ième siècle son succès ne se démentira pas pendant plus de 70/80 ans où elle restera au pinacle  des leurres.

Or ce bout de ferraille magique n’a plus vraiment la cote en France sauf auprès des pêcheurs de truites pourtant elle possède toujours autant d’attractivité pour nos carnassiers et il serait dommage de l’oublier au fond d’une vieille boite.

Découvrons ou redécouvrons comment utiliser une cuiller.

Oublions la cuiller ondulante qui bien que classée dans les ferrailles n’est pas du tout le même leurre que la tournante et qui possède d’autres atouts.

Une tournante pour prendre l’ exemple de son modèle le plus connu l’ Aglia de Mepps est constituée d’une palette qui tourne autour d’un axe supportant le point d’ attache à la ligne et un triple de l’ autre coté.

cuillers3

 

Pour faire plus simple…..Généralement l’axe de la cuiller est constitué de corde à piano de fort diamètre, un lest coloré est enfilé dessus puis une simple étrier où est accroché une palette  est placé au dessus du lest.

Il y a encore plus simple avec d’anciens modèles, une grosses agrafe qui supporte le triple et au dessus toujours un étrier supportant la palette.

cuiller brochet (1)

 

La cuiller tournante a cependant deux inconvénients avant que j’en liste les avantages : Elle n’évolue pas profond sauf à  la lester en tête et elle tire sur la canne car sa palette s’appuie sur l’eau.

Les avantages sont plus nombreux : Elle n’est pas chère, elle est efficace en toute saison, pas besoin d’ apprendre une animation particulière, elle se stocke dans une petite boite, elle prend tous les carnassiers et dernier point et non le moindre, elle est souvent plus efficace qu’un poisson nageur.

cuiller brochet (4) cuiller brochet (5)

 

Une cuiller classique façon Aglia n’a pas besoin d’animation, un ramener en linéaire suffit à la mettre en action et lui faire envoyer du flash lumineux partout. On peut tout au plus changer l’orientation de son scion de temps en temps pour lui faire faire un écart.

Une cuiller classique ne s’anime pas en traction car si on arrête de mouliner elle coule comme une pierre et sa palette ne se met pas en rotation.

cuiller brochet (3)

 

C’est pourquoi la Suissex et la Lusox pour ne citer qu’elles possèdent un lest en tête monté sur avançon. En tombant ce lest donnera assez d’inertie pour que la palette se mette en action. Ces cuillers sont aussi très efficaces sur tous les carnassiers mais visent en priorité le brochet qui aime bien les actions de chute planante.

cuiller brochet (2)

 

Lorsqu’on recherche les perches en barque  et qu’elles se tiennent à 4/6m de fond soit on utilise une n° 4 qu’on ramène le plus lentement possible, soit on prend une numéro 1 mais on pince une chevrotine de 10g devant l’émerillon.

Je me suis souvent posé la question de savoir qu’est ce qui pouvait attirer le poisson chez une cuiller. Ca ne ressemble à rien, ni à un alevin ni à un insecte. Est-ce le vrombissement, est ce les éclats de lumière de la palette ? Mystère mais ça marche.

Il existe différents types de palette, la feuille de saule en tournant plus près de l’ axe permet de pêcher plus creux que la palette colorado ou autres. La palette percée en son centre  de type Panther Martin semble tourner plus vite.

abu gacia morrum (14)

 

Pour le brochet on utilisera les plus gros modèles avec une canne à crank, une canne souple qui encaissera le tirage. Oubliez les palette n° 6 ce sont des cuillers impossibles à utiliser sauf à avoir des gros bras, restez sur de la 4 ça suffit.

La Lusox est un peu plus lourde que la Suissex et pêche plus creux. Dans ma jeunesse j’ai perdu par accroc nombre de Lusox, dorénavant avec les tresses et les cannes plus tactiles on ressent le fond et on lève le scion lorsqu’on sent qu’on rappe les cailloux.  Même si une cuiller est efficace en pleine eau elle sera plus efficace en passant juste au dessus du fond c’est pourquoi je laisse toujours ma cuiller prendre contact avec le fond lorsque je lance puis je la décolle d’un coup de poignet et la ramène juste à la bonne vitesse pour que sa palette tourne et reste à proximité du fond.

lusox 14

 

Le pompon rouge sur le triple serait là pour que le poisson cible son attaque….Heu.. Sur les autres il n’y a pas de pompons et les poissons se piquent. Je pense que ce pompon est plus à destination des pêcheurs que des poissons.

Niveau coloris des palettes, je suis amateur des coloris fluos qui fonctionnent bien sinon je reste sur le doré mais l’ argenté fonctionne aussi bien. J’ai suivi les préceptes anciens qui disaient doré le matin et le soir, argenté le reste du temps, ou argenté sous le soleil, doré sous le temps gris pour finalement m’en affranchir car j’ai remarqué que doré ou argenté c’était quasiment pareil !

Les points rouges ne servent pas à grand chose en temps que points puisque quand la cuiller tourne ce sont des lignes qui apparaissent à nos carnassiers (sauf la truite qui semblerait percevoir les points).

Suissex 2014

 

Un décor trop complexe mais joli à l’œil du pêcheur va se transformer en mélange de couleur lorsque la palette va tourner c’est pourquoi certains coloris en dégradés avec des points….etc, se transformeront en bouillie visuelle.

Ma préférée depuis un bon moment reste l’ Aglia mais l’ Aglia fluo jaune, celle là me réussit sur les perches. Pour le brochet, honnêtement, s’il est en activité, il se jettera sur n’importe quel coloris.

Dernier conseil, gardez toujours quelques tournantes dans vos boites, on ne sait jamais car ce leurre diabolique peut être l’ultime sauve bredouille.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

15 Responses to L’utilisation de la cuiller pour le carnassier

  1. Kyrax says:

    Il me semble bien que ca revient à la mode j’en vois de plus en plus au bord de l’eau (et toujours autant dans les arbres…).
    Je ne suis pas le premier à le faire mais monter un « émerillon à bille + agraphe » à la place de l’hameçon permet d’y accrocher n’importe quoi derrière, la cuillère texan c’est pas très cocorico mais ca s’accroche un peu moins ^^

  2. Florian says:

    C’est marrant ces préceptes sur les cuillers, on m’a appris exactement l’inverse en ce qui concerne les coloris dorés – argentés par temps clair ou gris. Et je suis arrivé à la même conclusion que toi : les deux fonctionnent. Mon utilisation favorite de la cuiller est la truite à l’UL, dans des petits ruisseaux et les sorties à 20 poissons ne sont pas rares avec. Pour le brochet je trouve quand même regrettable, de mes souvenirs d’enfance, que ce soit un leurre très facilement « engammable » y compris par les petits sujets. Et puis pour prospecter les postes encombrés, le spinnerbait reprend nombre de ses atouts en limitant les risques d’accrochages. Bref, les palettes tournent, elles envoient des signaux lumineux, elles font du bruit …

    Je serai heureux de lire un essai sur ce blog concernant la mepps thunder bug, cuiller grâce à laquelle mepps avait axé sa campagne de pub sur les éclosions d’éphémères avec comme slogan « match the hatch ». Combien d’avis positifs ai-je pu lire à son sujet, alors qu’en conditions égales avec une comet ou un aglia, je n’ai jamais pu lui faire prendre quoi que ce soit. Je les ai toutes revendues … mais j’ai gardé précieusement les mepps comet/aglia, les suissex, les vibrax et même les caperlans qui prennent très bien beaucoup de poisson (de truites en tout cas).

    cdlt

  3. Par contre, si les cuillères sont moins chères que les poissons nageurs, il faut dire que l’on en laisse plus au fond, et qu’au final, je ne suis pas sur que cela est meilleur marché, sauf à pêcher en canal, bien sur.

  4. Juste une expérience personnelle, il est vrai que l’on sauve la bredouille très souvent en mettant une cuillère et cela marche bien.
    Il faut peut être rajouter que l’on prends également assez souvent des poissons blancs, rotengle, barbeau, hotu en plus du chevesne, bien sur qui est un adepte régulier, j’en sort encore un beau hier soir avec une aglia n°3 argent en plein courant.
    Pour les grosses cuillères, je ne suis pas trop d’accord avec sylvain, car ce sont très souvent des gros becs que l’on arrive à leurrer avec, et particulièrement avec des gros tandems type « pezon michel » par exemple. Par contre, il est vrai que l’on ne pêche pas exclusivement avec, mais c’est parfois un plus.
    Cordialement pêche à tous

  5. magic says:

    j’ai des centaines de cuillers récupérées dans les arbres, je remplace le triple par un anneau brisé et ajoute un simple .
    j’ai redécouvert ce petit bout de métal lors d’une semaine « truite en Bretagne »
    quelle éfficacité face aux PN ou LS !
    Je me suis mis à les fabriquer depuis la semaine dernière afin de réaliser des petites cuillers lourdes pour les courant vifs ! je le teste actuellement sur les perches avant de tenter les farios de l’Odet vers Quimper.
    Je pense que ça reste LE leurre le plus utilisé : car je vois plus de cuillers dans les branches que des PN ou des LS !

    seul inconvénient le vrillage de la tresse …

    • Le regulateur says:

      Bonjour, avec certains émerillons tournants on évite certains vrillages ,mais pas tous malheureusement, le problème c’est qu’il faut couper le fil à chaque fois qu’on change de cuillère par rapport aux autres emerillons. ☺

  6. xavier says:

    Bonjour ,
    Les cuillers restent quand même assez utilisées .
    Beaucoup de pécheurs modestes ou amateurs les utilisent.
    les jeunes , les occasionnels , les vacanciers , les papys , les expérimentés désargentés qui péchent , les mecs qui vivent dans des coins un peu  » arriérés  » (là c’est le genre cuiller et vif au bouchon…epicétou) .
    je me promene un peu partout en france et on en voie encore pas mal.

  7. Le pompon en laine a surtout l’inconvénient de faire rouiller les triples! Un twist rouge est tout aussi efficace… Malgré tout, les teasers en poils et plumes lorsqu’ils sont vraiment volumineux sont un vrai plus, comme par exemple sur la Giant Marabou de Mepps. Quant aux couleurs, le brochet s’en fout en général, c’est un peu plus subtil pour la truite, mais c’est surtout le pêcheur qui se fait leurrer par la déco 😉 !

  8. Le regulateur says:

    Salut, ah! Cette bonne vieille cuillère, il est vrai que par rapport à certains leurres , la cuillère pêche moins profond, c’est un fait, pour ma part j’utilise le modèle feuille de saule en no 3 pour le brochet, ça va un peu plus au fond ou alors comme tu la montré sur les images avec tête plombée, bien aussi mais moins utilisé, plus ancien j’en ai encore au fond de mes boîtes. J’utilise le modèle feuille de saule no 1 à la truite en courant vif, et ça marche bien également, pour la truite la couleur argent m’à toujours réussi, est ce un hasard? Au brochet comme tu l’à dis plusieurs coloris se sont avérés bons.
    A bientôt.

  9. mathis rodriguez says:

    Si je devais garder qu’un seul type de leurre ce serait la cuillère tournante. Complètement délaissée par la « jeune génération » de pécheurs ( dont je fais parti mais j ai su continuer a les utiliser car se leurre a prit prend et prendra du poisson !!!) , c’est pourtant le leurre anti bredouille par excellence. On prend de tout avec : brochets, perches, chevesnes, black bass, truites, je prends même du sandre en canal avec. Elle ne paye pas de mine devant un beau poisson nageur, mais c’est LE leurre de prospection rapide « au tout venant ». Elle attire les poissons de loin et permet de prospecter toutes les couches d’eau, on peut même raser sous la surface pour passer par dessus des herbiers. Question animation c’est ultra simple : lancé ramené en linéaire. En plus vu sont prix dérisoire, on a peu de frustration à la perdre sur une racine ou dans une branche.