Les brochets géants de l’ étang des Gaulois
avatar

L’étang des gaulois est une structure privée réservée aux carpistes de mars à novembre, mais durant les trois mois d’hiver  ses propriétaires l’ouvrent aux traqueurs de carnassiers. J’ai pu m’y rendre pour un après midi de pêche aux brochets géants du Morvan et le moins que je puisse dire c’est que je n’ai pas été déçu, du gros bec comme je n’en avais jamais vu. Accrochez vous !

Christophe et Lulu tiennent cette entreprise qui offre un cadre idéal pour les carpistes en belle saison, des postes aménagés, un gros cheptel, un gîte avec terrasse les pieds dans l’eau, une chambre d’hôte…etc. En deux années cet étang de 28 hectares posé au pied du mont Beuvray a acquis une excellente réputation et les journées y sont réservées de longue date.

 

La pêche à la carpe étant généralement peu fréquentée en décembre, janvier et février, ils ont souhaité la fermer et ouvrir aux carnassiers aux leurres et en Nokill. Contre une participation de 40 euros par jour et par pêcheur, les propriétaires mettent à disposition d’une équipe de 2 pêcheurs une barque de 3,5m et un moteur electrique pour pratiquer la traque des brochets, silures et grosses perches. A noter que 3 silures mandarines ont été introduits dernièrement.

Seulement 3 barques sont disponibles  pour éviter trop de promiscuité entre pêcheurs, mais la pêche en float tube est aussi possible pour ceux qui apprécient cette technique.

 

La population de brochets de plus de 80 cm est d’au moins 90 poissons car ceux ci ont été introduits  , sans compter ceux qui étaient déja là auparavant.

Mardi 21 janvier de cette année, j’ai eu la chance d’être invité par Seb de Morvan Pêche pour un après midi de pêche du brochet gaulois. C’était la seule fenètre météo de la semaine et j’attendais ce moment avec impatience car la légende des  gros brochets de ce coin morvandiau m’avait déja été rapportée.

Arrivée à 14h00, petit café avec le propriétaire qui nous présente l’étang et explique sa gestion piscicole qui semble bien fonctionner. La quantité de poissons blancs est impressionnante, je n’ai jamais vu ça. Lors de ma visite des milliers étaient aggutinés contre la terrasse du gîte, préssés par les attaques des brochets et des cormorans au large. On se serait cru dans une pêcherie lors d’une vidange d’étang. Les brochets chassaient à quelques mètres de la terrasse et n’avaient qu’à ouvrir la gueule.

 

Vite, très vite, excités  par cette activité nous avons rejoint la barque pour nous diriger sur ce poste. Le lac a un fond moyen de 2m à 2m50 et si les brochets peuvent se trouver partout, il semblaient qu’ils s’étaient donnés rendez vous auprès de l’immense bancs de vifs.

 

Arrivés sur place, j’avais monté un  Kick-s Minnow DAM en fire tiger. Premier lancer à 20m du poste et c’est pendu !! Un beau poisson qui fait plier ma Kaede et chanter mon Rarenium. Un poisson super combattif comme rarement j’en ai vu au coeur de l’hiver, un moment de pur bonheur quand ce veau arrive à l’épuisette dont l’arceau en alu cède d’un coup sur une ruade de la bête.

 

Verdict 90 cm, un dos énorme, un ventre de petit sumo et une patate incroyable.  Photo et remise à l’eau rapide, nous ne sentons plus le froid ! 90 cm au premier lancer, ça promet.

 

Les becs chassent dans nos bottes et les gardons sautent de partout, le spectacle est incroyable mais il se passe une heure avant que nous ne trouvions la pêche. Les leurres souples grattent trop le fond et c’est un zalt animé par Seb qui pend ce joli 85 cm.

 

C’est ensuite une belle perche de 40 cm qui mord au petit leurre souple dans le banc de gardons, ceux ci sont tellement nombreux que nous en harponnons quelques uns avec nos leurres.

 

C’est encore Seb qui dépoutraille avec une grosse ondulante Mepps Syclops, le bestiau  de 95 cm avec un dos d’ours monte au bateau après un combat mémorable qui cintre du carbone à tout va. Il a eu la bonne idée de jeter son leurre à l’extérieur de la zone et c’est certainement la bonne stratégie. J’ai moins de chance car je mise sur les brochets dans le banc de vifs qui continuent à chasser régulièrement.

 

L’après midi est vite passé, déja 3 jolis brochets au bateau mais pas encore de métré alors qu’il y en a plusieurs selon le propriétaire.

 

C’est au moment de repartir vers la mise à l’eau, alors que je range mes leurres que Seb me dit « pendu », selon lui c’est joli mais son scion ne plie pas tant que ça. Je lui emprunte sa canne en rigolant et en lui disant c’est un petit, je sens de petits coups de têtes, puis le bec me fait un départ de  locomotive en faisant hurler le moulin. Je redonne vite sa canne de gaucher à Seb pour couper le moteur et me préparer à l’aider à sortir l’animal.

Il finit par monter en surface au bout de quelques minutes, il est énorme….Un taureau charolais de compétition en robe verte et jaune…..

 

Nous le hissons difficilement au bateau, nous n’avons pas de peson mais je n’ai jamais vu un brochet aussi gras que ça, il doit dépasser les 12 kilos. Verdict du mètre: 103 cm pris à l’ondulante Syclops fire tiger Mepps, une valeur sûre !

 

 

Un brochet pas facile puisqu’il laissera un joli trou dans le doigt du pêcheur, c’est le sang de Seb, pas celui du brochet !

Nous sommes aux anges, la nuit arrive et nous enveloppe alors que nous finissons de ranger. Une fois chez les proriétaires c’est le débriefing et l’échange des photos, ils pourront voir comment évolue leur cheptel. Nous rentrons heureux, il y a de quoi non ?

Vous cherchez de gros brochets, plus besoin de vous rendre au Léman ou ailleur, l’étang des gaulois est désormais incrit en gras dans mon agenda. Si vous souhaitez y pêcher, rendez vous sur le site http//:www.etang-des-gaulois.com  où vous trouverez tous les renseignements relatifs à la pêche des carnassiers. Attention, je pense que ce endroit aura beaucoup de succès, donc ne tardez pas !

Vivement que j’y retourne.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in pêche, reportage de pêche and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.