Le lac de Vouglans (39)

NOM PHOTO

 

Vouglans, un lac mythique pour tout pêcheur de carnassiers. Situé sur la rivière d’ Ain, ce barrage construit en 1968 retient 605 millions de m3 d’eau. Ce gigantesque lac de barrage s’étend sur une superficie de 1600 hectares, il est long de 35 km et sa largeur varie de 200 à 600m.

 

Photo Sylvain Lantier

 

Au plus profond c’est 100 m d’eau qui s’appuient contre le barrage.

Ce lac est en terme de retenue d’eau artificielle la troisième de France après Serre Ponçon et Sainte Croix.

Photo AAPPMA La Gaule Moirantine

 

Trois grands ports sont installés sur ses berges sauvages, le premier est La Saisse près de Pont de Poite, le second est situé à la Tour de Meix ou le pont de la Pyle enjambe le lac. La mise à l’eau est aisée et bien aménagée sauf lorsque le lac est très bas car le barrage servant à la production d’électricité, le lac est victime d’un important marnage annuel (24m en 2013 à cause d’une maintenance sur les vannes de crue).

 

Le troisième est le port de la Mercantine, plus à l’aval, soit au deux tiers du lac. Il existe à l’amont du lac le port du Gringalet ou les copains de la team Baresia aiment bien mettre à l’eau.

 

Le lac est classé première catégorie domaine public. Il ouvre  (pour le carnassier) au 1er juin  et avec une carte normale vous pouvez pêcher à une canne sans problème.

 

Pour la pêche et les activités nautiques,  le lac est séparé en trois grandes  zones, l’amont est une zone sauvage ou la navigation y est limitée à 10 km/h, c’est le royaume de la pêche. La partie  centrale est la zone des sports nautiques et la vitesse y est limitée à 60 km/h, en journée c’est un cauchemar pour le pêcheur car les jetskis et les skieurs nautiques y sont légion. Plus en aval, on retrouve une zone interdite aux sports motorisés mais où le pêcheur pourra pratiquer sans dépasser les 10 km/h.

 

C’est la couleur de l’eau qui surprend, d’un vert bleu soutenu, couleur turquoise, elle est très claire et oblige à utiliser des leurres clairs et des bas de lignes très discrets. Les locaux aiment utiliser des leurres blancs, bleu clair ou chartreuse mais cette vérité souffre la contradiction puisque toutes les couleurs semblent fonctionner.

 

J’ ai pêché Vouglans à quelques reprises, pourtant il n’est qu’à 2h30 de chez moi mais c’est un lac très capricieux. Lorsque les poissons ont la gueule fermée, il l’ont pour de bon et nombre de pêcheurs empilent les brecouilles avant de tomber sur le jour faste où le poisson est mordeur.

 

Ce lac du Jura est alimenté par la rivière d’Ain, une rivière qui vient des sommets, ce qui veut dire qu’elle arrive froide. De plus le marnage incessant peut vite changer les conditions de pêche, un poste magnifique ayant donné la veille pourra se trouver mis à nu ou recouvert par 3m d’eau en plus.  Pourtant le paysage est splendide, des cascades s’égarent en cataractes sur les falaises bordant le lac et certains pêcheurs ont la chance d’apercevoir des lynx ou des chamois quelquefois.

 

Photos Serge Leglise

 

Ma première sortie sur Vouglans fut estivale et seule une pauvre perchette s’est pendue à ma ligne. Nous étions montés en amont de Gringalet et les postes habituels que nos amis nous avaient indiqués étaient désertés.

Photo Didier Rouméas 2013

 

Lors d’un séjour d’un weekend plus tôt en saison, nous avons mis à l’eau au pont de la Pyle et pêché la zone entre le port et le Gringalet, 2 sandres au compteur sur la journée en pêchant l’inconnu. Le lendemain ce fut l ‘aval jusqu’à la Mercantine et ce jour là  mon coéquipier Patoche me fit un superbe sandre de 90 cm au drop shot.

 

Des sandres de plus du mètre, des brochets d’1m20 se font régulièrement capturer sur ce lac si vaste, le pêcher vous rend humble car il est si grand qu’il vous faudra un grand nombre de sorties pour commencer à le connaître.

Coté tourisme et gîte, l’offre est pléthorique car c’est un haut lieu de vacances estivales. Néanmoins si vous venez avec votre bateau renseignez vous bien si la remorque peut tourner dans le camping, cette mésaventure nous est arrivée au camping du pont de la Pyle  qui nous avait certifié que ça passait….Encore un qui n’avait jamais piloté de bateau sur remorque.

 

Pour la quiétude et le sandre je vous conseille la partie amont, pas de jetskis, de fous furieux de la vitesse et des coins sauvages à en perdre le souffle.

Pour le brochet c’est la partie aval, la zone de la Mercantine est réputée, on y trouve aussi des pêcheurs de corégones qui gigotent doucement leur train de mouche toute la journée.

 

On trouve du sandre, de la perche, de la truite, du brochet et du silure dans ce lac. Celui ci fut un haut lieu des compétitions de pêche sportive en bateau il y a quelques années, désormais c’est plutôt calme de ce coté là, dommage.

Découvrez la pêche de Vouglans en vous rendant sur le blog de la team Baresia.

Voir le site de la gaule moirantine où vous trouverez tous les renseignements utiles.

Gardez la pêche.

Comments are closed.