Vif : le ver de terre, une alternative au vif pour les percidés
avatar

Qui n’a jamais pêché au ver en cherchant les perches et pris un brochet par accident ?  Par accident, peut être pas ! Le ver est unanimement apprécié par les carnassiers, tous les carnassiers.

J’ai pu en faire l’ expérience cette année encore et si je n’avais qu’un conseil à vous donner ce serait celui-ci : Ayez toujours avec vous une boite de vers canadiens lorsque vous pêchez au vif, on ne sait jamais.

Ça fait longtemps que j’ai pu constater l’attrait du ver, du gros lombric, envers les carnassiers et je me dois de lever mon verre au ver. Bien que peu utilisé en ver-ticale, il l’est beaucoup en tirette et chaque année en février des pêcheurs piquent de jolis sandres sur cet animal, esche universelle à la pêche. Je crois qu’il n’y a qu’une menace envers les vers qui me ferait voter vert !

 

Cette année donc m’a permis de vérifier que les carnassiers adoraient les vers, tout d’abord via une sortie en barque dans un lac du Morvan où une truite s’est jetée sur mon ver en drop destiné aux perches. Plus tard, ce fut un sandre qui refusa un joli gardon de 10 cm posé au fond pour se jeter goulûment sur un ver de terre placé à 1m du vif.

Sur une autre sortie dans un autre lac du Morvan, ce sont deux sandres  et un brochet qui ont mordu sur le ver en drop en refusant les vifs placés à côté. Et bien entendu les perches ont adoré mordre sur ces vers avec cette année une 46 cm victime d’un canadien en drop shot.

 

La plupart du temps lorsqu’on pêche au vif on reste au vif, on essaye quelquefois de varier le type de vif pour essayer de trouver l’espèce qui sera la préférée du carnassier ce jour-là. En repartant brecouille on se dit qu’on a tout essayé et que les carnassiers ont la gueule clouée.

Longtemps j’ai pêché ainsi, ne cherchant au ver que la perche et pestant contre les poissons chats qui semblaient les renifler de loin. Désormais si je pêche au vif, j’ai dorénavant toujours une ligne eschée d’un ou deux gros canadiens bien remuants ou de quelques beaux têtes noires que j’aurai ramassé lors d’une nuit humide de pleine lune.

 

Lorsque je cherche le carnassier comme le sandre sur un drop shot assez fort, j’utilise un montage double drop avec un vif à 20 cm du fond et un ver à 40 cm du fond. Évidemment ce montage n’est pas adapté pour une pêche du bord car il n’est pas facile à lancer mais en bateau ou en float-tube il est parfait sur une canne posée lorsqu’on pêche au leurre ou au manié plus activement avec une autre.

Le second montage est un simple montage tirette dans lequel on va utiliser un hameçon simple prévu pour la mer, une longue hampe avec des barbules sur cette dernière pour éviter que les contorsions du ver ne le décrochent. Ces hameçons sont des  7145 Worm and Lure de VMC par exemple ou 9291 Faultless Baitholder de la même marque pour des pêches plus fortes.

 

La touche au ver peut être franche comme au vif mais il m’est arrivé de ressentir juste une petite aspiration délicate. Si vous n’avez pas la canne en main cette touche ne sera pas très visible sur le scion des cannes ML adaptées à cette technique sauf à posséder une canne spéciale tirette comme j’ai justement à cause de ces touches fines.

Au double drop plutôt que de vouloir lancer ce montage bâtard, mieux vaut le soutenir lors des dérives, c’est aussi efficace surtout si vous avec la carto des lieux et passez sur les bons endroits. Perso je laisse le montage traîner une petite dizaine de mètre derrière la barque pour le sandre mais mon épouse, et coéquipière sur la barque, Cathy pêche à l’aplomb et elle a autant de touches sinon plus que moi. Le sandre et le brochet ne semblent pas avoir peur de l’ombre du bateau pour la perche c’est plus mitigé, j’ai toujours eu plus de touches avec un drop simple au ver en le lançant à une quinzaine de mètres.

 

L’important pour moi étant d’avoir des touches, peu importe si je les ai au vif, au leurre ou au ver, c’est pourquoi désormais cette bestiole m’accompagne dans la plupart de mes sorties et me prouve au quotidien qu’il est bien l’appât universel.

Gardez la pêche.

Relire ma page sur la biologie du ver de terre

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Vif : le ver de terre, une alternative au vif pour les percidés

  1. Salut, tu a bien raison , le ver est souvent un sauve brecouille! J’ai pris une fois un brochet maillé au ver sur un montage à carpe à fond, une autre fois un sandre sur un montage perche, et moults fois à la truite au ver , pris ou coupés par des becs! Au fait , désolé sur un article précédent ou j’ai parlé de ton ancien teckel, je ne savais pas? Mais le bébé teckel va apprendre les promenades en barque et les aperos! ☺ ☺ ! !!!!