La chronique de Ridique de juin 2014

Vent de  juin, rien de bien, disais ce proverbe lancé un mardi par Bertrand Theur à l’auberge du Chat Sauvage, sauf que personne ne l’ a entendu et que ce proverbe est resté totalement inconnu et qu’il vaut mieux qu’il le reste pour le bien de l’humanité. Il parlait bien entendu du vent et non des vents flatulents car là si on ne l’avait pas entendu on l’aurait au moins senti ! Dixit un sourd de ma connaissance.

En ce mois de juin, nous allons nous plonger avec délectation dans les jeux de mots contenant des poissons. Pour cela je réclame votre attention la plus soutenue car certains jeux de mots seront tellement subtils que seuls les plus attentifs comme mon coiffeur pourront les découvrir.

Gardons nous de ne pas non plus nous égarer dans la jeudmophilie la plus débridée pour rester sérieux mais n’hésitons pas à tendre la perche. Si l’hure n’est pas à la rigolade avec la crise, cette dernière ne doit pas jeter de l’ombre sur notre activité préférée.

Oh tu ne vas pas me faire croire qu’avec tes quelques prises tu serais devenu un carassin de Tarascon ! Les braises sont encore fraîches et les sandres fument encore. Verrons nous un jour, en ces temps, Che Guevara revenir à la pêche car Penélope Cruz le réclame. Le Che, portant la barbe haut sur la joue mangera blettes et autres crudités pour plaire à la belle mais il ne mangera pas tout, certaines lui font dégoût. Joncs, carex et autres chiendents ne trouvent grâce à son palais de guerrier. Et si d’aventure venait un rot, angle de 180° pour se tourner et éructer en cachette. Qu’il est sot le Che de croire que Pénélope lui apportera un brocs chéri d’attention pour étancher sa soif.

 

Eh Che ! Vaine attitude, la belle ne te désire point. Une belle truie te fera autant de bien et vent d’Oise ou d’ailleurs chassera la forte odeur. Et comme disait le chat botté avec l’accent espagnol « la bass, au lac Caspe, la belle tou emmenéra et tou lui fera goûter la terrine de porc ».

21 noms de poissons se sont glissés dans les trois paragraphes précédents, sauras tu les découvrir jeune padawan  et gagner que dalle parce cette chronique n’est pas un jeu mais une chronique ???  Et c’est vrai, une chronique, demandez à cette vieille fiotte parisienne qui s’est enfilé une 33 cl  de Kro de chantier dans le fondement, aie ! Ça nique ! Surtout la capsule avec les petites dents sur le coté !!!

Je préfère à titre personnel la décapsuler et me la calter dans le gosier que de me la mettre dans le fion, d’ailleurs ma coloscopie quinquennale me suffit largement. A ce sujet, chers lecteurs ou lecteurs en promos, vous y passerez tous un jour à la coloscopie, c’est la LGBT qui par lobbying intense, l’a fait imposer pour que nous ayons une idée des fondements du mariage gay !

La prochaine pour moi  étant dans 3 ans, je réfléchi tel un miroir à la façon de faire une blague à mon proctologue. Me glisser avant un papier avec écrit « bonjour docteur ! » où plutôt une carte vitale pour lui rappeler que je paye les dépassements d’honoraires ??

Revenons à la pêche car je m’égare de Lyon, pourtant je n’y suis pas, et me perdre en digression ne m’y fera pas retourner. Quoique si je m’égare du nord où rien ne mord, je ne serai au moins pas perdu pour la science halieutique.

 

J’ai donc réussi en 13 lignes à caler 21 noms de poissons dont un que vous ne trouverez pas, ha ha ! Et en plus ça rime. Je vous propose donc de relire ces trois paragraphes et de compter sur vos 21 doigts dès que vous rencontrez un nom de poisson ou un oui aussi. Attention !!! Bigrou de bou diou ! Un nom peut être utilisé plusieurs fois mais ne comptera que pour une fois même dans la ville de Foix. Petit indice, 5 % par exemple est un petit indice, ce poisson jeudemotisé est un poisson peu courant. Le Percevalocaradocien en déduira qu’il n’a pas de pattes s’il est peu courant et c’est vrai ce poisson n’a pas de pattes !!!

Deuxième indice, il est dans le dernier paragraphe entre les mots Eh et porc et n’est pas canadien car s’il l’était il serait dans « tou l’emmenera » où on retrouve le ménée (minnow en anglais), c’est fortiche non ?  C’est quand même vachement plus intello que les anges de la téléréalité !

Vous avez une heure après je récupère les copies, right ? Au boulot les décérébrés de la TNT et du Facebouc, réfléchissez, faites marcher votre neurone. Ca vous rendra moins con au bord de l’eau en juin et en plus aujourd’hui c’est la fête de la pêche.

Et comme l’ai dit l’Mitchell : Si vous avez cru tout ce que je viens de vous raconter c’est qu’il faut vite  changer vos pilules. Oh yeee braves gens !

Mangez d’la pêche !

 

A lire aussi dans nos archives
Technique du ver de terre au pendu
Technique du ver de terre au pendu

   L'hiver s'étant installé durablement avec son cortège de température très basses, les poissons se réfugient vers les zones les Read more

Le moteur hors bord Mercury 6 CV
Le moteur hors bord Mercury 6 CV

  Premier article consacré aux moteurs Hors bords, je vous présente l'un des plus vendus en France, le 6 CV Read more

Les commentaires sont fermés.