Dernière et première sortie de l’année en demi teinte

Traditionnellement, avec Nass, on fait le plus souvent notre dernière sortie, ainsi que notre première de l’année, sur le lac de Madine, lorsque la météo le permet.

Mais cette fois, la situation est bien différente.

En effet, la région est frappée par une épidémie de grippe aviaire, et de nombreux sites sont interdits d’accès. Sont concernés par ces restrictions une bonne partie du département de la Meuse (incluant le lac de Madine), ainsi que plusieurs rivières, étangs, etc… de Moselle et de Meurthe-et-Moselle.

Cette épidémie fait des ravages par chez nous, et pas moins de 250 cygnes ont déjà été ramassés sur Madine. Je tiens d’ailleurs à saluer ici les bénévoles (entres autres de l’AAPPMA) qui participent à cette campagne de ramassage avec l’OFB. En effet, récupérer autant d’oiseaux mourants (ou déjà morts) n’a rien de bien plaisant.

De plus, les précipitations de ces derniers jours ont considérablement grossi les débits des rivières, rendant celles-ci impraticables sur une bonne partie de leur linéaire.

Les quelques rares endroits pêchables sont pris d’assaut, d’autant que ce week-end aux températures très printanières a attiré au bord de l’eau nombre de disciples de St Pierre.

La Moselle, avec 400m3/secondes de débit annoncé, risque d’être un peu funky en navigation avec le 6cv. (le débit normal se situe habituellement entre 60 et 100m3/s)
Aussi, vendredi, décision est prise de mettre à l’eau dans un ancien bras de cette rivière, au lieu dit “Le Prussien”. l’AAPPMA de Pont à Mousson a eut la bonne idée d’y aménager une cale de mise à l’eau, et l’étendue de ce petit plan d’eau va nous permettre de passer une courte mais agréable journée de pêche. De plus, nous sommes vendredi, et seuls quelques pêcheurs du bord sont présents.

 

Arrivée sur site. Nous sommes accompagnés aujourd’hui par notre ami Jérémy.

 

La petite mise à l’eau

 

Le plan d’eau au petit matin

 

On attaque par les bordures, dans les bois noyés. Comme on me l’a fait remarquer, il y a toujours quelques becs à prendre dans le Prussien.

 

A son deuxième lancé, Jérémy nous gratifie d’un petit spécimen de 70cm environ.

 

Cela est de bonne augure, et on s’applique …

 

Et 10 minutes plus tard, encore un joli brochet pour Jérémy, avec 80 cm sur la toise.

Ce sera ensuite une longue traversée du désert. Plus une touche jusqu’en fin d’après midi. Rien, nada, le calme plat.

 

Ce n’est que vers 16h00 que Jérémy, encore lui, aura le plaisir de ferrer cette magnifique perche de 46 cm. Décidément, c’était sa journée.

 

C’est ainsi que ce terminera l’année 2021. Demain, pour le premier de l’an, nous allons tout de même essayer les entrées de darses. Le débit de la Moselle faiblit un peu, cela sera jouable sans trop de risques avec notre petit thermique.

 

Départ en matinée, pas trop tôt. C’est un lendemain de fête en très petit comité, certes, mais bien arrosé tout de même. Sur les bords de route, les premiers vestiges de Noël …

 

 

Mise à l’eau sauvage dans une autre partie de l’ancien bras mort, qui donne dans la Moselle.

 

Une belle journée ensoleillée nous attend

 

 

Malheureusement, au cours de cette journée, pas un seul poisson ne daignera se laisser prendre. Il faut dire que toutes les berges et endroits et intéressants sont pris d’assaut par les pécheurs du bord, ce qui nous laisse, au vu du débit quand même élevé de la rivière, peu de zones où nous ne risquons pas de nous prendre dans les lignes.

 

Pas de quoi pavoiser devant le seul être vivant qui ce soit dévoué à se laisser prendre au petit chatterbait de Nass …

 

17h00, le soleil se couche sur les hauts fourneaux de PAM. Il est temps de rentrer.

 

Voilà, c’est fait, la messe est dite. On ne peut pas dire que l’année, d’un point de vue halieutique, commence en fanfare. Un peu dépité, j’avais prévu de rester à la maison le dimanche, lorsque que le copain Hervé me propose de l’accompagner pour une petite session du bord, en fin d’après midi. Je jette une poignée de leurres souples dans un petit sac à dos, chausse les bottes et je le rejoins canne à la main en bordure de la Moselle sauvage.

Bien m’en a pris, car je sauve mon week-end avec la prise d’un sandre d’une taille modeste, certes, mais qui me remet du baume au cœur. L’année 2022 est enfin commencée …

 

Bonne année à tous, le meilleur est devant nous.

AB

A lire aussi dans nos archives
Technique du ver de terre au pendu
Technique du ver de terre au pendu

   L'hiver s'étant installé durablement avec son cortège de température très basses, les poissons se réfugient vers les zones les Read more

Henri Limouzin. « Les secrets du pêcheur de perches »
Henri Limouzin. « Les secrets du pêcheur de perches »

Pour les pêcheurs de ma génération (je suis né en 1965) Henri Limouzin est une légende. J’aurais aimé dire une Read more