Terrova GPS Minn Kota, les nouvelles fonctions par rapport au BT

Le Terrova, star des moteurs électriques pour barque et bateaux chez Minn Kota se voit désormais décliné dans une version GPS. Il inclue maintenant des fonctions avancées mises en œuvre sur les Quest ainsi qu’une toute nouvelle télécommande tout en gardant la platine du Terrova original.
Un moteur qui s’est révélé très pratique et qui facilite la vie du pilote, voyons cela dans le détail.

Visuellement, hormis deux éléments annexes dont une prise qui sort sur le bas de la tête de commande, rien ne différencie un Terrova GPS d’un Terrova BT. Le bâti est le même, la tête et le bras sont identiques et la fusée moteur ainsi que l’hélice sont celles du BT et même du Terrova original. On constate la disparition du lift assist, cette aide à la remontée du moteur avait quelques petites faiblesses si on l’utilisait mal. En  effet elle était conçue pour aider à remonter son moteur mais tous les pêcheurs avaient constaté qu’elle freinait à la descente donc lâchaient la tête et laissaient le moteur descendre seul, le choc sur le boitier à la longue l’abimait et le système de ressort cassait ou sortait du support. Donc retour à la disposition du Terrova original dont le déploiement est facile si on prend le soin de le retenir et la montée idem si on lève le moteur avant de le faire basculer, ce qui est logique pour trouver le point d’équilibre du pivot.
Ces photos montrent les platines coté droit et gauche du bt et du GPS, aucune différence

Le Terrova GPS est d’origine équipé de la fonction link, tous les moteurs ont désormais une prise réseau qui sort de la tête et sont livrés avec un câble réseau de 9m pour être branché à un sondeur Humminbird, un adaptateur livré aussi avec permet de lier le moteur avec un Helix, sans adaptateur pour un Solix ou un Apex. On retrouvera donc sur son sondeur toutes les fonctions permettant de commander son moteur et de surveiller vitesse et dérive, mettre un waypoint sondeur via la télécommande, etc etc.

La grosse innovation arrive avec le mode dérive et dérive inversée. Une fois enclenché à la télécommande, le bateau va suivre précisément une direction donnée en restant flanc au vent pour faciliter les lancers avec le vent dans le dos. C’est bluffant et le pêcheur peut se concentrer sur sa pêche au lieu de faire sans cesse des corrections de trajectoire ou d’être obligé de subir une dérive au vent. En gros, une fois le mode enclenché on voit sa dérive sur l’écran carto du sondeur et on règle un angle à garder par rapport au vent. On ajuste la vitesse et le moteur compense tout pour garder le bateau comme s’il dérivait naturellement sans balloter de gauche à droite. Une fonction dérive inversée permet de refaire cette dérive dans le sens inverse, idéal pour les verticaliers. Une fonction esquive permet de contourner un obstacle et de revenir sur sa dérive.

Une dérive en suivant des points de cheminement (waypoint) est aussi possible à la télécommande, elle peut en stocker 20. Par exemple, vous suivez un muret noyé où sont postés des sandres, il suffit d’appuyer sur le bouton latéral de la télécommande pour enregistrer le point et d’y revenir par la fonction go to.  Avec la fonction Itracks, on peut dire au moteur de suivre une ligne de  waypoints qu’on a marqué, il passera alors très précisément sur les points à la vitesse que vous lui aurez programmée. Le mode circulaire est intéressant lorsqu’on à découvert par exemple un banc de perches, par contre il ne peut pas être enclenché à la télécommande, il faut utiliser la commande par le sondeur. Ce mode fera naviguer le bateau autour d’un point à la distance que vous aurez déterminé. La télécommande servira à régler le rayon, la direction de navigation et a désactiver la fonction mode circulaire.

La fonction suivre une ligne de bathymétrie demande soit une carte lakemaster soit une carte Autochart sur le sondeur, c’est une fonction très pratique pour pêcher les bordures en power fishing ou une ligne de profondeur en verticale. Le seul problème que j’ai rencontré avec cette fonction très pratique est que le sondeur ne semble pas faire le mix entre l’auto chart et la carto lakemaster. Si je pointai une ligne de bathymétrie faite en auto chart et qu’elle s’arrêtait parce que je n’avais pas cartographié la totalité, la fonction follow the contour s’arrêtait alors que la bathy de la Lakemaster était présente en sur l’ écran

La télécommande est une réussite, pensée par des pêcheurs car toutes les infos utiles sont à l’écran. Avec les modèles précédents, surtout celle du BT et ses commandes croisées on s’emmêlait les pinceaux entre direction et vitesse si on ne regardait pas sa télécommande. Là, retour à la position classique de la première télécommande avec vitesse en haut et bas, et direction en droite et gauche, c’est plus logique et intuitif. Fin de la télécommande tactile du Link, grande consommatrice d’énergie qu’il fallait recharger sans arrêt pour un retour avec un simple boitier à piles AA. Un autre point à mettre en avant est la visualisation de la position de son moteur sur la télécommande. Avant si on pilotait de l’arrière il fallait souvent demander au pêcheur placé sur le pontage avant de se pousser pour voir la position directionnelle  de sa tête moteur, là plus besoin, la télécommande vous l’indique après une simple opération de calibrage qui se fait en moins d’une minute. Cette télécommande possède aussi quatre boutons qu’on peut programmer pour faire des raccourcis.

Il y a deux écrans possibles en pêche courante sans rentrer dans les navigations itrack et autres. En navigation l’écran indique la direction du moteur par rapport à la quille, si l’hélice tourne,  la vitesse, la vitesse de l’hélice, la profondeur, le cap et si l’auto pilot est enclenché. En cas d’ancrage virtuel on passe à un autre écran qui indique la possibilité de faire des bonds d’ 1.5m dans toutes les directions à condition d’avoir installé un capteur gyro. A noter que la télécommande garde en mémoire l’auto pilot si on s’ancre, en redémarrant plus besoin de penser  à appuyer sur la fonction autopilot. Vous pouvez constater la différence entre la permière télécommande Link et la télécommande classique du BT

Dernier point avec l’application One Boat Network sur son smartphone qui peut servir de télécommande de secours, entre autres fonctions. Cette appli, une fois votre téléphone couplé par bluetooth au moteur, vous permettra de faire les mises à jour. Par exemple j’ai constaté un très léger temps de latence sur mon Terrova GPS entre la commande d’une action et son affichage à l’écran de la télécommande, ce sera surement corrigé lors d’une prochaine mise à jour.

Ce Terrova GPS  ne déconcertera pas les possesseurs de Terrova de génération précédente, surtout s’ils ont eu un link. Si on ne veut pas se servir des fonctions  complexes, le simple usage de cette télécommande bien pensée ravira les pêcheurs et surtout les verticaliers avec la fonction dérive ou le suivi de bathymétrie. Un bel et bon outil qui permet aux capitaines de pêcher autant que leur binôme sans se prendre la  tête à piloter.

A titre personnel j’ai eu la première version du link avec l’énorme télécommande très lourde qui tapait partout lorsqu’on se baissait et qu’il fallait recharger souvent, c’est pourquoi je n’avais pas pris la seconde version. Désormais, je suis redevenu addict à la fonction link et à tout ce qu’elle permet pour me faciliter le pilotage et garder plus de temps pour pêcher. Il se raconte qu’un kit pour upgrader son Terrova en modèle GPS serait bientôt disponible, un bon moyen pour faire des économies si cette rumeur se révèle vraie.
Gardez la pêche

Acheter un moteur MinnKota Terrova GPS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.