Les leurres à jigger

Le terme Jig peut se traduire par gigue, celle que l’on danse, ou par tressautement. En fait ce terme en pêche affuble tous les leurres à secouer sur le fond et ces derniers sont particulièrement efficaces en cette saison hivernale ou l’insistance dans le mouvement déclenche les touches des poissons endoloris par le froid.

On peut tout jigger ou presque, sauf les leurres flottants bien que certains se soient essayés à les jigger en ajoutant devant un plomb mais c’est bien se prendre la tête pour pas grand-chose.

Il existe des leurres spécifiques à cette technique, tous ont en commun un poids important qui les entraine rapidement sur le fond, voyons ensemble cette catégorie :

 

Le poisson d’étain

Ancêtre des leurres à secouer, le poisson d’étain est un leurre très ancien qui date du début de la pêche sportive des carnassiers. On l’utilisait avant sur une grande canne où les pêcheurs de perches le maniaient près des obstacles.

Le plus classique est un moulage de poisson dans un alliage de plomb et d’étain, à se demander même si le moule n’était pas utilisé à Pâques pour les poissons en chocolat !  Ce leurre était agrémenté d’un hameçon double à l’extrémité et s’il était efficace, c’est surement le leurre qui s’accrochait le plus au fond et qui se décrochait le plus de la gueule des poissons du fait de son absence d’articulation.

 

La cuiller à jigger

Une lame de plomb, deux anneaux brisés et un triple et voilà la cuiller à jigger la plus simple. Lorsque j’étais gamin on appelait ça une dandinette et il fallait la gratter avec la pointe d’un couteau pour la faire briller. La cuiller à jigger actuel comporte des formes complexes pour la rendre rapide ou papillonnante, elle est équipée d’hameçons assists garnis de fibres brillantes et est d’une efficacité impressionnante sur les perches. On peut la jigger sous la canne ou la lancer et la ramener comme une ondulante.

 

Le rubberjig

On n’a pas l’habitude de classer le rubberjig dans cette catégorie mais en fait c’est bien un leurre à secouer sur le fond. On peut lui adjoindre un trailer en forme d’écrevisse ou de créature mais il se suffit souvent à lui-même. La plupart des pêcheurs l’utilisent en lancer ramener par bonds sur le fond mais il fonctionne aussi en linéaire simple et en le jiggant sous la canne il est très efficace.

 

La TP bucktail

Cette TP dont une touffe de bucktail ou de plume est ligaturée sur la hampe est aussi un leurre à jigger. En France on en trouve sous la marque Sakura avec le R Jig ou chez VMC avec le Moontail Jig. Ce leurre d’une simplicité étonnante est efficace sur les sandres et perches, on peut aussi lui adjoindre un trailer mais comme le rubberjig il se suffit à lui-même.

 

Le plomb palette

Le plomb à dandiner de mon enfance s’est vu propulsé sur le devant de la scène il y a quelques années grâce à un guide qui l’ avait rendu très efficace en pouvant le lancer loin. C’est un leurre à jigger simple, facile à bricoler et qui m’a permis de prendre de nombreuses perches. Il aime être animé avec pas mal d’amplitude lorsqu’on pêche loin mais sous la canne de simples tressautements sont tout autant efficaces.

 

La lame vibrante

Vous aurez constaté que la plupart des lames possèdent plusieurs trous d’ attaches sur le dos. Celui qui permet au leurre de rester horizontal, généralement le trou le plus central est destiné à servir pour le jigging sous la canne. Le mouvement mettra en branle le leurre sur une tirée mais lors de la descente il a tendance à s’emmêler au bout de quelques instants. Je l’utilise sur les perches en bancs pour gagner du temps mais ce n’est pas ma pêche préférée avec ce leurre.

 

Le tailspin

On peut aussi détourner le tailspin en le jiggant, c’est efficace mais comme la lame la palette va au bout d’un moment s’emmêler dans la ligne, ou dans le triple. Une animation efficace est à l’identique du rubberjig, un lancer lointain puis des tirées franches avec contact sur le fond, les perches adorent.

 

Le Chatterbait

Déclinaison d’un rubberjig équipée d’une palette, le chatterbait est ultra efficace en linéaire mais il fonctionne aussi très bien en jigging. Il s’emmêle déjà moins que le tailspin ou la lame vibrante.

 

Le Jigging Rap

J’ai gardé le meilleur pour la fin avec ce leurre emblématique de la pêche sous la glace, lorsqu’on ne peut pas lancer et qu’il faut animer dans un espace restreint. Le Jigging Rap de Rapala est parfait, son ailette lui permet de planer et de se déplacer dans toutes les directions de façon incontrôlable. La version Snap Rap plus plate était conçue pour être lancé et jiggé par bonds sur le fond. Je ne compte plus le nombre de perches, de sandres et de brochets pris avec un Jiggin Rap et ils sont à demeure dans ma boite de leurres dès l’automne.

 

La saison des carnassiers se termine dans quelques jours pour une majorité d’entre nous, autant essayer de jigger un peu pour réussir l’ultime sortie de janvier.

Gardez  la pêche

Voir les leurres à jigger chez notre partenaire

 

A lire aussi dans nos archives
Une sortie truite le 09/04 sur la rivière d’Ain
Une sortie truite le 09/04 sur la rivière d’Ain

Après un 1er avril où j'avais fais le choix d'une petite rivière jurassienne riche en truitelle, histoire de m'amuser avec Read more

Le coin du débutant : Une sélection de PN pour l’été
Le coin du débutant : Une sélection de PN pour l’été

Les vacances scolaires sont là et les vacances normales pour les travailleurs arrivent. Les débutants aux leurres vont pouvoir mettre Read more

1 réflexion au sujet de « Les leurres à jigger »

  1. Bonjour sa fait quelques années que je suis votre site toujours parfait bien expliquer vraiment au top moi je pèche depuis des années et pour moi le jigging rap et un des meilleurs leurre pendant l hiver je pêche avec de septembre à janvier des perches et sandres à gogo les sandres beaucoup de petits mais de temps en temps un beau continuer comme ça vraiment super

Les commentaires sont fermés.