Hommage au camarade Gardaboire

La perte récente de notre Gardaboire m’a inspiré cet hommage funèbre à prendre au second degré, mais SVP que les kidnappeurs me le rendent, il me manque terriblement.

Gardaboire, cher Gardaboire, témoin et compagnon de mes sorties halieutiques depuis de nombreuses années, tu as disparu hier après une difficile sortie où ton courage et ton abnégation auront encore été porté au pinacle des marins d’eau douce.

Tu es né il y a une dizaine d’année en chine ou dans un autre pays du sud est asiatique avant d’immigrer en France pour y chercher du travail. Dès ton arrivée l’on te classa dans la catégorie « carpiste » comme porte bouillette. Erreur administrative ou mauvaise orientation, grâce à notre vigilance tu fus extrait de cette voie de garage pour rejoindre le monde des pêcheurs de carnassiers où tu pu t’exprimer.

Dès ton arrivée à notre service tu nous montras d’exceptionnelles qualités et une implication sans faille à remplir la mission qui était la tienne : Nous rassasier après le combat.

Ta contenance exceptionnelle, ta capacité de garder au frais aliments et boissons fut pour nous source  d’un profond respect à ton égard. Tu devins officiellement compagnon de la team Esoxiste en 2006 et tu fit toutes les campagnes où ta remarquable bravoure fut saluée de tous.

Tu parcourus la France et l’Espagne en notre compagnie, d’abord les grands lacs du Morvan, puis les lacs alpins, les fleuves, les lacs du centre, l’océan atlantique où ta capacité à garder à température un exceptionnel Meursault fut salué par toute la troupe.

 

Tu vis en ton sein nombre de bouteilles de Macon Blanc mais aussi d’autre crûs de Bourgogne prestigieux, du camembert, du comté, du saucisson, jambon, pâté et d’autres charcuteries encore. N’oublions pas le  thermos de café, les tasses, les sucres et les couverts qui restaient à longueur de saison.

Tu nous accompagnas à pied, en voiture, en bateau, bravant les tempêtes, les trombes d’eau, bravant le froid mordant de l’hiver, la canicule estivale qui décolora ton si joli tissu.

 

Ta rapide ascension méritée et en signe de notre reconnaissance, on t’admit un adjoint, jeune Gardaboire qui fit ses premières armes à Vassivières sous ton autorité. Depuis un an tu le formais à prendre ta place car toutes ces campagnes cumulées depuis ces si longues années te donnaient droit à une retraite méritée.

 

Tu fus porté disparu le mercredi 1er mai 2013, après une bataille mémorable où les éléments s’étaient déchainés contre nous. Lors du repli de l’unité, tu ne rejoins pas ta compagnie et celle ci par mégarde, fuyant une météo cauchemardesque, oublia de vérifier ta présence.

Pourtant une équipe de sauvetage revint sur les lieux deux heures plus tard afin de te secourir mais ta disparition était malheureusement  devenue effective et les recherches restèrent vaines.

Que s’est il passé, es tu tombé dans les mains de braves pêcheurs qui tentent désespérément de retrouver les traces de ton équipe ? Es tu tombé entre les griffes d’infâmes viandards qui se serviront de toi et de ton collègue pour transporter leur butin ?

Pour l’heure, nous n’avons aucune nouvelle de toi, très cher Gardaboire et toute l’équipe espère de tout cœur te retrouver un jour et partager à nouveau de bons moments en ta compagnie. Nos recherches dureront toujours et notre mobilisation sera sans failles pour te retrouver.

Cette journée du 1er mai sera dorénavant et définitivement pour nous  journée nationale d’hommage à tous les gardaboires de France.

Que respect te soit rendu au plus haut point pour tes mérites, garde la pêche et garde à boire !

Les commentaires sont fermés.