Une truite sauvage du Ternin pour ce dimanche
avatar

truite 31 ternin 150315 (3)Ce matin avec l’ami Patoche, direction le Ternin à Lucenay l’ Eveque pour tenter de leurrer à nouveau quelques truites de lâcher.

Le thermomètre affichait -5 ° et ça piquait sévère dans les doigts. Heureusement pour nous, nous évitons la brecouille de justesse mais de belle manière avec une belle sauvage de 31 cm.

-5 ° ça calme son pêcheur et surtout ça n’autorise que deux lancers avant d’avoir le fil et la tresse gelés dans les anneaux. Nous avons mis le cap sur l’amont du parcours, un coin moins fréquenté et plus sauvage en espérant que les truites n’avaient pas été trop dérangées hier.

gel anneaux

 

Malgré notre connaissance des postes ce fut chou blanc durant une heure, pas le moindre suivi ni la moindre touche. Repli sur une zone plus aval mais encore un peu sauvage et toujours rien, pas la moindre truite de sortie, ni au vairon pour moi ni au leurre souple pour Patoche.

canne et ternin

 

De guerre lasse nous avons mis le cap sur le bourg mais auparavant une petit arrêt sur un coin discret que je sais habité par une truite. Au second lancé, la belle prends le vairon mais je la décroche, autre lancer et même punition….Il faudra que je la décroche au moins 4 fois avant de la piquer pour de bon sur un vairon totalement déchiqueté.

La belle arrive à l’épuisette et s’emmaillote dedans, je lui casse promptement la nuque avant de la démêler et là je m’aperçois que cette bagarreuse possède de bien belles nageoires pour une truite de bassine… Malheureusement c’est une « vraie » native de la rivière ou survivante de la saison précédente, je l’ai vu trop tard sinon elle serai repartie. Une superbe fario de 31 cm à la robe jaunâtre qui aura mordu comme une truite de cirque en attaquant sans arrêt mon vairon.

truite 31 ternin 150315 (1)

truite 31 ternin 150315 (7)

truite 31 ternin 150315 (6)

 

Je n’ai jamais vu un tel comportement sur une sauvage qui généralement se cavent lorsqu’ elles se décrochent.

truite 31 ternin 150315 (10)

 

Direction le bourg pour la pause casse croûte et une nouvelle heure de pêche mais là aussi les surdensitaires boudent et seules quelques rares auront honoré les lignes des autres pêcheurs.

Nous replions à 11h00 avec une seule truite au compteur, une belle sauvage du Morvan.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in reportage de pêche. Bookmark the permalink.

9 Responses to Une truite sauvage du Ternin pour ce dimanche

  1. le regulateur says:

    j’ai également pris une truite sauvage sur la commune d’anost ce lundi , après avoir pris deux surdensitaires survivantes de l’ouverture , je ne suis pas encore allé pecher a lucenay mais je compte bien y aller prochainement , sachant que d’autres lachers seront faits, a un de ces quatre.

    • Bonjour, n’hésite pas à venir m’aborder, on prendra le temps de discuter

      • le regulateur says:

        je pense que j’irais faire un tour sur le ternin, a Souvert ou vers le camping, pour le prochain lacher , sans doute le week-end de paques, si je te croise je pense te reconnaitre et entamer une conversation entre passionnés de pèche, vive le réconfort d’une rive morvandelle.

  2. bourdeau says:

    dans ce cas, effectivement, si elle était condamnée, je comprends beaucoup mieux.
    Merci de ta réponse

  3. jolie truite, j’adore sa robe….

  4. bourdeau says:

    Une truite de bassine et une vraie se reconnait très facilement même dans l’épuisette…..
    Ceci dit STOP au no kill intégral.
    Volontaire ou pas, je ne vois pas pourquoi tu ne garderais pas une VRAIE pour le plaisir de la table surtout accompagnée d’un bon Bourgogne…

    • Se reconnaît…sauf si elle est emmaillotée en s’étant roulée dans l’épuisette avec une branche du triple pris dans le filet qui lui fait office de linceuil…
      Je n’ai aucun scrupule à manger mes truites mais il est vrai que les sauvages sont si rares sur mon AAPPMA que je les relâche.

  5. Axel says:

    Bonjour,

    J’ai la chance, grâce à un ami, de pouvoir pêcher un parcours très « privé » (le propriétaire riverain du rupt n’est pas pêcheur), et vraiment très peu (pas?) fréquenté.

    Je peux t’assurer qu’une fario, tout ce qu’il y a de plus sauvage et native du ruisseau, s’y reprend souvent à plusieurs fois au vairon manié, avec même du décroché/ferré/repris/retombé à l’eau etc … L’important, pour moi, c’est qu’elle ne t’ai pas vu, car sinon, c’est retour dans sa souche ou sa racine illico … et bouche cousue pour quelques temps.

    Axel

    Axel

  6. ju says:

    c’est quand même pas de chance de l’avoire vu après !