Une journée à traquer les brochets au Léman avec Arnaud Fileppi
avatar

Samedi 8 septembre restera une date gravée dans ma mémoire, en effet ce jour là j’ai réalisé un fantasme qui me taraudait l’esprit de pêcheur depuis des années. Rassurez  vous rien de sexuel là dedans, seulement une partie de pêche sur le plus grand lac naturel : Le Léman. 

Lac de tous les superlatifs, lacs des brocosaures, immensité d’eau, mer intérieure, ce lac ne peut que faire fantasmer un pêcheur de carnassiers. Alors avant de le découvrir au commande de l’Esoxiste III, nous nous sommes adjoints les services d’un guide connu et reconnu : Arnaud Fileppi.

 

Arnaud est guide professionnel depuis 10 ans, le reste du temps où il ne guide pas il est commercial pour Navicom (Humminbird et Minn Kota) et Florida Fields (Cannes St Croix). Il accueille ses clients sur ce qui est actuellement le plus gros bass boat de France : Un Ranger 620 VS équipé d’un moteur Mercury 250 cv. 

 

Son bateau est parfaitement équipé avec deux sondeurs humminbird 1100 en console et un de la même taille à l’avant au poste de pêche.

 

Nous nous sommes rejoints vendredi soir à son domicile dans un petit hameau un peu perdu au milieu des montagnes. Arnaud à mis à notre disposition un gite qui peut accueillir deux couples ou 4 mâles qui n’auront pas peur de faire lit commun. Le gîte est parfaitement équipé pour se préparer un repas et garder ses provisions au frais. Les coupes du palmares d’Arnaud sont là pour nous prouver qu’il n’est pas un débutant.

 

Après une bonne nuit de sommeil, réveil à 04h00 du matin pour un départ programmé à 05h00. En bon pêcheurs nous sommes frais et prêts à l’heure, le matériel est chargé et c’est le départ. Nous arrivons à 06h30 à Sciez où nous buvons un café en prenant le pain pour le repas de midi. Direction ensuite le port ou Aranud en grand pro met à l’eau son Rangers en quelques minutes.

 

Première impression sur le bateau : C’est immense !!!.

 

Nous sortons du port au ralenti, le moteur Mercury est très silencieux puis une fois sorti Arnaud pousse un peu les gaz sans pour autant dépasser les 50 km/h. Sa sonde est interne et nous offre de belles images du fond même à cette vitesse. Il passe le long des cassures en direction d’Yvoire et nous découvrons une technique de prise de perches via des nasses par les professionnels, celle ci sont déposées sur le fond en suivant la ligne de cassure.

 

Aucun écho significatif d’activité n’ayant été découvert par notre skipper nous prenons la direction du coté Suisse du lac en fonçant tout droit sur la zone de Nyon. Nous faisons halte sur des échos face  à la baie de Promenthoux et Arnaud sort les cannes. Pendant qu’il explique la technique du casting et son application dans une pêche au shad à la volée à Cathy et Patoche, j’en profite pour monter deux cannes que j’ai amené pour les tester, une Fantasista Nano casting et une Rocksweeper en casting également, deux belles cannes Abu Garcia dont le carbone aura plié…

 

Arnaud nous explique le comportement particulier de ces brochets pélagiques qui vivent en banc. Ils rodent autour ou dans des bancs de perchettes ou de féras (corégones) puis les rassemblent en boule avant de taper dedans. Il me montre comment voir ces échos de brochets sur le sondeur, plus épais et plus rouges que les autres. Les premiers lancers sont assez laborieux pour Cathy mais Patoche qui connait un peu mieux le casting s’en sort assez bien. Personnellement je passerai les dix premières minutes de pêche à défaire un énorme bouclage sur le moulinet Calcutta DC que m’a prêté l’ami Pierre LEGROS de  Morvan Pêche.

La première zone de pêche ne donnera rien, nous essayeront des shads géants, des énormes virgules mais rien n’y fera.

 

La seconde zone sera plus productive, presque face à Nyon, Arnaud trouvera ce qu’il cherchait, un banc cerné par des brochets. A l’écran ça donne une boule avec de gros échos décollés en périphérie. Il y a 20/25m de fond et pêcher si profond au shad demande de fortes têtes plombées. Patoche est le premier à ouvrir le bal, il utilise une canne Saint Croix  et un moulinet Abu garcia  Ambassadeur Morrum. Son brochet lui  offre un joli combat en pleine eau, il mesure presque 60 cm et repart vite à l’eau après une très brève série de photos.

 

Je passe à la canne Nano cast en 15/40 et je monte un divinatör 55g pour 20 cm en coloris white perch. Au premier lancer alors que le leurre coule depuis de nombreuses secondes je ressent un toc digne d’une attaque de truite sur une teigne. Je ferre et c’est pendu, ça combat comme un diable mais ce n’est pas énorme. Mon frein sur Mon Révo Premier était pourtant serré mais ces brochets ont la patate car il arrive à le déclencher. Une fois mis au sec c’est un bec d’environ 65 cm, un petit selon Arnaud.

 

Second lancer pour moi et touche à nouveau, même punition avec un brochet sensiblement de la même taille. J’en prendrai 4 en moins de 10 lancers  puis la dérive nous aura poussé hors zone.

 

Je change de canne pendant que notre guide se replace sur le banc et j’en pends encore deux avec la Nanosweeper  montée avec le Calcutta DC et de la  tresse Varivas.  La canne encaisse facilement les plus gros rushs et facilite la mise au sec rapide des brochets.

 Arnaud et Patoche touchent aussi du poisson, seule Cathy pourtant bien équipée d’une canne St Croix et elle aussi d’un Calcutta DC ne touche rien. La pêche à la volée demande un contrôle de la bannière pour percevoir les touches et il faut trouver seul  comment faire. Nous loupons autant de poissons que nous en ramenons, touches éclairs, décrochages…Je décroche à mon sens le plus joli poisson de la matinée, je ne l’ai pas vu mais la puissance de ses rushs m’a convaincu qu’il avait quelques centimètres de plus que les autres, sans trop être vantard, je dirai 80/90 cm.

 

Au bout de quelques poissons Arnaud nous propose de bouger en nous précisant  que ces petits brochets indiquent l’absence de gros. Évidemment nous sommes d’accord, on est venu pour les poutres par pour des chevrons….  

Nous prenons un bon quart d’heure pour déjeuner d’un dio (saucisse locale) et de Tomme de Savoie. Et c’est reparti….

 Arnaud cherche et stoppe les machines le long d’une zone de nasses à perches. Nous dérivons parallèlement et j’ai les plaisir de voir des locaux pêcher les perchettes à la gambe ou sur des trains de leurres souples.

 

Tout en fin de dérive j’ai une touche, je loupe, je relance et reloupe….et enfin j’attelle un nouveau bec moyen (environ 65/70), nous ne prenons même pas le temps de les mesurer ni de les prendre en photo tellement nous voulons vivre pleinement ces  nombreuses touches.

 Et ce qui devait arriver arriva, je ressens une touchinette, puis une seconde, je ferre….combat  et je me fait couper le bas de ligne en fluoro de 60 centièmes. Soit un divinatör de 20 cm et 30 bon centimètres de fluoro…

 Plus de Divinatör, c’était le seul d’Arnaud et je n’avais amené que quelques leurres Virgule ORKA qui ne donneront rien ce jour.

 Nous quittons la zone suisse pour le côté Français mais malgré un ratissage en règle le reste de l’après midi sera caractérisé par une totale absence de touches….

 

 Nous longeons la  bordure de Touges à Ivoire  puis retour sur Sciez vers 18h30 où malgré de jolis échos pas moyen de faire mordre un nouveau bec. 

Résultats de cette sortie, 7 brochets pour moi, deux décrochés et une coupe, 4 becs pour patoche et deux décrochés, 3 pour Arnaud et un décroché. Cathy finit brecouille, si elle avait eu son matériel et ses lames elle aurait surement fait un carton.

 Nous avons tous senti des touches mais celles ci étaient rapides comme des touches de sandres « coup de fusil ».

 Ce n’était pas le jour, nous reviendrons, un grand lac comme ça ne se livre pas en une journée.

 

Pour info Arnaud a réussi à faire prendre un jour 32 brochets à une équipe de clients, son plus beau brochet mesurait 125 cm. Son palmarès à l’ex AFCPL est  éloquent : champion D2 brochet  et 3ème au général D1 en 2010. Il ne fait plus que des sorties brochets sur le Léman et son agenda est très chargé. SI vous êtes intéressé par une sortie avec lui vous trouverez toutes les infos sur son site internet : adrenaline-fishing.fr

 Selon lui les meilleures saisons pour le bec sont les 15 derniers jours de mars, de Fin avril au 15 juin et de début septembre à fin octobre (la période de fermeture du brochet est particulière, elle est en avril).

 

14 brochets dans la journée, chez nous il faut une saison entière pour ça….Vive le Léman !

 

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

26 Responses to Une journée à traquer les brochets au Léman avec Arnaud Fileppi

  1. Nath52 says:

    Très beau lac, très bon guide, magnifique reportage,…
    Mais dans un biotope comme celui ci les brochets sont forcément nombreux, attention je ne dis pas que la pêche y est facile.
    On voit le Léman partout, c’est devenu une mode…avant la prochaine…
    Mais j’ai adoré ton article même si je trouve la conclusion éxagérée quand tu dis que chez nous il faut une saison pour prendre 14 brochets…alors que pour quelqu’un qui va une ou deux fois à la pêche par semaine, comme toi 😉 ou moi 😆 , ce score est largement faisable sur une saison sans aller au Léman.

  2. Salut Sylvain,
    je te remercie pour ce super papier rendant hommage aux brochets du Léman et à mon activité de guide. Au plaisir de te revoir, certainement sur le salon de Clermont cet hiver.
    A+

  3. Kenny says:

    Bonjour,
    Magnifique reportage, explication top!
    Comment se pratique la pêche à la volée dans ce grand lac pour la pêche au brochet?
    Contact avec le fond ou pas?? Peux tu nous donner plus d’infos ?
    Merci d’avance
    À plus….

  4. stef says:

    sympa la ballade, met mwaa 2/3 filets de coté….

  5. Pecheur info says:

    Ah ouais, quelle journée 🙂

  6. Pas de « poutres » (c’est pour la prochaine fois) mais des poissons tout de même et surtout dans un super cadre.Tu nous livre une fois de plus un excellent article qui nous laisse reveurs,merci.

  7. gilles 01 says:

    super reportage qui nous fait rêver .MERCI

  8. Lionel F. says:

    Collector ton reportage !

  9. Rémy says:

    Super ton article. J’ai souvent bien du mal avec ces brochets au comportement pélagique. Mais je constate que quand on les pêche comme il faut, on rentre du poisson. Vous avez fait une belle pêche.

  10. mrh1664 says:

    Superbe report ! la ça bonne vraiment envie. Felicitation pour vaut fishs. 😉

  11. planete peche et cycles says:

    bonjour sylvain ,nous vous avons vue au loin samedi , j’y etait avec des amis samedi et dimanche ,j’ai egalement decouvert ce lacs pour la premiere fois , nous avons egalement toucher pas mal de poisson dont un de 90 cm , par mon ami rod , et nous avons vecu un passage inoubliable a env 50 touches en moins de deux heures
    nous pensons y retourner courant octobre
    a bientot