Un beau sandre au drop shot
avatar

Après ma déconvenue de dimanche avec certainement « le sandre » de ma vie de pêcheur, je ne pouvais pas laisser passer cela et l’envie irrésistible d’y retourner pour un coup du soir me taraudait l’esprit.

Dur, le soir après le travail j’ai un site internet à gérer…Mais c’est Cathy qui m’a convaincu de laisser un peu de coté cet écran pour la vraie pêche.

Accompagné donc de Cathy et patoche nous sommes retournés à Torcy (71) pour voir si les poissons seraient décidés à mordre en fin de journée, qui plus est, en gens de bonne compagnie nous avions amené l’apéro !

Deux possibilités : Soit retourner à mon coin du gros sandre qui avait mordu à 09h00 du matin soit les chercher ailleurs. J’ai pris l’option n° 2 et je reviendrai un matin à la même heure  pour tenter de revoir mon monstre d’eau douce.

 

Mise à l’eau à 19h00 et départ pour une zone profonde de 2 à 4m où s’attardent des grèbes, signe que les petits blancs sont présents. La fraye découverte mesure entre 1 et deux centimètre  mais aucune perche ne traine autour. Nous avons ratissé, Patoche au leurre dur puis au souple, Cathy à la tirettte et moi au drop avec un vif ou alors au One Up mais rien sur ce poste pourtant prometteur.

Il était déjà 20h15 lorsque nous décidons de tenter la zone la plus profonde  et c’est au pied de la digue que je ressens une belle attaque non équivoque.

 

Bien évidemment, vu la puissance ressentie je pense d’entrée à un brochet et prie pour qu’il ne coupe pas mon fluoro de 19,5 centièmes. Ma canne Armaggedon en puissance light plie mais je sens qu’elle en a encore en réserve dans le talon. Mon poisson me tire du Nanofil 10 centièmes en faisant chanter le moulin pourtant avec un frein réglé dur. Ceci pour vous préciser que j’étais monté très fin pour leurrer les dorés.

Quelque coups de tête me font soudainement douter puis presque d’un coup le combat semble s’arrêter. Pas de doute, seul un sandre se comporte comme cela et je pompe pour monter le bestiau.

Il arrive en surface et nous expose ses flancs ou les nuances d’or et de marron s’entremêlent au soleil couchant. Il est correct mais ce n’est pas son papa décroché de dimanche.

 

Il me gratifie justement comme dimanche d’un dernier rush tout en puissance sous la barque mais la canne encaisse, le fil tient et l’hameçon drop VMC Spin Shot reste bien piqué.

Je le remonte et le fait glisser dans l’épuisette et je me dis : Youppi j’ai battu mon record de deux ou trois centimètres ….Mais non, nous avons beau lui tirer sur la queue, il ne mesure que 71 cm et pèse 3,5 kg. Si ç’avait été un bec de 3,5 kg il aurait mesuré près de 80 cm et m’aurait sûrement donné du fil à retordre avec une canne light.

 

Il est superbe et très agressif, lors des photos il claque sa gueule à plusieurs reprises, c’est impressionnant pour qui l’a vécu, je n’aimerai pas mettre mon doigt là dedans. C’est un poisson pouvant être une femelle, vide d’œufs  et pris à 9m de fond avec un rotengle bien nerveux.

 

Il est quasiment 21h00 est le froid tombe sur nous qui ne sommes qu’en tee shirt. Après quelques dérives sur le poste il est temps de rentrer nous coucher. Vivement le week end prochain que j’y retourne.

Gardez la pêche.

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in pêche, reportage de pêche and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.