Retour sur quelques fondamentaux pour l’ouverture de la truite
avatar

L’ouverture de la première catégorie est encore à trois semaines, il nous reste donc du temps pour la peaufiner. Si comme une grande majorité d’entre nous vous irez faire votre ouverture au bord d’une rivière où auront été déversées quelques surdensitaires, il n’est pas inutile de revenir sur certains points afin de profiter au mieux de cette journée.

 

Coté équipement vous retrouverez dans les archives de ce blog des articles consacrés aux cuillers, aux poissons nageur, au vairon manié…Vous trouverez aussi quelques essais d’équipements truite et quelques astuces.

 Avant votre ouverture je vous suggère un petit graissage rapide du moulinet. Entendre couiner un moulinet au bord de l’eau me gène au plus haut point et quelques gouttes d’huiles sur le pick up, l’axe de la manivelle, l’axe central une fois la bobine démontée et le galet de pick up suffiront.

 

N’oubliez pas que désormais les tresses et le Nanofil sont bien plus efficaces que le bon vieux nylon qui reste plusieurs années sur le moulinet et casse au premier accroc. L’avantage de la tresse ou du Nanofil est que si l’on s’accroche on a plus de chance de se décrocher en tirant et en tordant une partie du triple.

 

Les truites, même de bassines, ne sont pas totalement idiotes même si quelquefois elles mordent sur la ligne du gamin à coté de vous qui pêche avec le matériel de débutant qu’il vient d’acheter au Décathlon !

Essayez d’être le plus discret possible, des vêtements neutres ou kaki, oubliez les sweats rouges avec la marque de la canne dessus.

De même pour la discrétion je monte un grand bas de ligne en fluorocarbone d’excellente qualité il permet de faire couler plus vite mon leurre lorsqu’il y a du courant en évitant le ventre de la bannière due à la tresse. Pour le nœud de liaison, voir dans la page dédiée. 

Pour une ouverture à la cuiller, une canne light d’1,80m suffit pour mon secteur ou les truites géantes n’existent pas. Un bon moulinet en taille 1000 suffit largement pour combattre des truites jusqu’à 30/35 cm. La cuiller sera obligatoirement fixée à un émerillon sous peine de vriller la tresse rapidement et de faire de jolies perruques.

 

 Pour pêcher au poisson nageur avec des PN de 50 mm cette même canne peut convenir mais j’apprécie une un peu plus longue qui permet une meilleure maitrise. Disons 2m ou 2m10 en puissance Light ou Médium Light. Pour le poisson nageur, un petit truc à connaître, les hameçons simples qui remplacent les triples sont plus efficaces car plus mobiles face à une truite qui se contorsionne. Vérifier juste avant que la nage du PN ne soit pas affectée.

 J’apprécie personnellement de faire l’ouverture au vairon mort, elle permet de passer derrière les ferrailleurs et de prendre les truites qui avaient boudé leur Aglia mais j’ai toujours une ou deux cuillers dans ma boite de montures car j’ai vu un jour le contraire. Les truites refusaient les vairons et tapaient sur les cuillers. J’ai donc compris la leçon.

 

 

Terminons avec les accessoires indispensables : Épuisette et bottes ou cuissardes. Une petite épuisette vous évitera de perdre du poisson et une bonne paire de cuissarde vous permettra d’aller vous décrocher dans les branches.  Il sera temps plus tard de rentrer plus dans le détail mais le jour de l’ouverture ne vous prenez pas trop au sérieux, passez un bon moment avec des copains c’est l’essentiel.

 

Gardez la pêche

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces, Techniques modernes. Bookmark the permalink.

Comments are closed.