Réflexions sur une pêche des carnassiers ouverte toute l’année.
avatar

Un sujet polémique qui semble cristalliser les rancœurs de tous les pêcheurs même les plus ouverts qui pourtant militent quelquefois pour une fermeture de février à juin ! Pourquoi ne pas ouvrir la pêche des carnassiers toute l’année en remettant obligatoirement à l’eau ceux dont c’est la période de reproduction ? Ça se fait et ça marche portant bien à l’étranger non ?

Vouloir protéger un poisson durant sa phase de reproduction est déontologiquement honorable et scientifiquement intelligent. On protège la ressource pour assurer une meilleure descendance, se disent tous les pêcheurs, argument très recevable de gestionnaire prudent.
Mais pourquoi ne protéger que le brochet ? Certes c’est la seule espèce « sportive » réellement native de chez nous et dont la reproduction naturelle a du mal actuellement mais pourquoi la porter au pinacle alors que désormais il n’est plus le roi des carnassiers tel qu’il était connu avant. Pas la peine de demander autour de nous, nous l’avons constaté, le carnassier le plus recherché est le sandre, plus le brochet !

Dans pas mal de départements on n’a qu’une fermeture du brochet, qui entraîne une interdiction de la pêche aux leurres et aux vifs. Quand messire esox à fini sa reproduction, soit en février mars sur 95 % du territoire, on continue de maintenir la pêche des carnassiers fermée. Pourquoi ? Pour protéger le sandre diront une majorité de pêcheurs, sauf que le sandre n’est pas réglé comme du papier à musique. Dans le sud de la France, il se sera reproduit alors que dans le nord ce ne sera peut être pas le cas. Dans certains lacs très froids (Vouglans par exemple) il fraye généralement en mai.

Beaucoup de pêcheurs ne résistent pas à la tentation de pêcher les bordures en cette saison, j’en suis l’un de ceux là. C’est tout simplement parce que les brochets ne sont pas en pleine eau et restent sur les bordures peu profondes qui se réchauffent plus vite. Alors oui, il m’arrive de piquer des sandres, noirs de colères dans 1m d’eau et je les relâche car ce sont des mâles sur leurs nids mais combien font comme moi ?
Le sandre comme la perche à cet handicap d’être excellent à manger et nombre de pêcheurs à l’ouverture n’en relâcheront jamais un, même s’il est pris à vue sur son nid.

Alors sous la pression des pêcheurs de carnassiers passionnés, surtout les pêcheurs de sandres, qui pensent qu’il faut interdire puis restreindre puis empêcher…… On ferme jusqu’en juin. Et on finit par des pêcheurs débutants ou âgés qui jettent l’éponge et passent au VTT ou à la randonnée. Pendant ce temps on retrouve des gros malins, par exemple des pêcheurs de Côte d’Or, qui se glorifient que leur département n’ouvre que le 7 juin car il protège le sandre mais qui dès le 1er mai vont à la pêche chez les copains des départements voisins et gardent ces mêmes sandres. Nature humaine volage, esprit de contradiction subtil ????

Pourquoi a t’on interdit la pêche du brochet durant sa période de reproduction : Pour éviter le braconnage des becs sur les bordures par des pêcheurs qui à l’époque mangeaient tous leurs prises. On venait dans ces temps là braconner à la foëne, à la fourche, à tout ce qu’on trouvait pour harponner les becs dans les prairies inondées et les noues.
Pourtant les choses ont changé, il restera toujours des bracos harponneurs mais on relâche de plus en plus souvent les brochets. D’ailleurs des brochets en fraye se foutent totalement du dernier poisson nageur, du joli vif…Ils ne pensent qu’au sexe et ne mordent pas, c’est avéré..
D’ailleurs avec la politique des grands lacs et leur marnage conséquent on obtient une quasi disparition de la fraye des brochets, brochets qui frayent aussi de moins en moins un peu partout sauf là où les AAPPMA gérées par des passionnées aménagent des zones humides.
Pourquoi alors dans ce cas ne pas pouvoir pêcher le sandre à toutes les techniques en février mars ? On sait qu’il n’est pas encore sur les nids et si l’on en prends on ne mets pas en danger l’avenir ? Quoique, on sait que les sandres sont plus faciles à prendre en cette saison.

Dans cette page j’ai parlé de brochet et de sandre, mais les autres ? Si le brochet est sur la liste des animaux en danger d’extinction, le sandre n’y est pas, le bass et le silure non plus ? Euh….C’est parce que ce sont des immigrés qu’ils ne sont pas comptabilisés dans cette liste…Ah bon, très bien la liste !!!
Alors on peut quasiment partout pêcher les bass et les silures sur les nids ? C’est ce qui se fait . Oulala, il faut pas toucher au sandre mais pour les autres c’est pas grave. Vous pensez que je raconte des bêtises, pourtant regardez autour de vous. Dans les AG d’ AAPPMA, chez votre détaillant….Il n’y en a que pour le sandre !
La pêche du black bass n’est pas fermée partout sur le territoire durant sa période de reproduction, chez moi dans le 71 elle l’est. Par contre le silure, est t’il moins digne d’intérêt que les autres ? Et notre bonne vieille perche ?

La perche ne fait pas de nid, tout comme le brochet, contrairement au sandre, au bass et au silure qui sont très faciles à prendre durant leur période de fraye. Alors pourquoi notre réglementation semble t’elle basée à l’envers de ce qu’il faudrait faire ?
Pourquoi n’avons nous pas encore de période de pêche interdite pour l’aspe, et je ne parle pas des autres cyprinidés qu’on pêche allègrement durant leur période de fraye, quand ils veulent mordre !
Certains diront que les carpistes ne gardent pas leur poisson, c’est vrai, mais ils ont constaté que leurs carpes ne mordent pas durant la fraye, elles ont la tête ailleurs !

On ferme donc le bass de de mai à juillet mais on autorise la pêche au vif, aux leurres….Ce n’est pas contradictoire ça par rapport au brochet ?

 

Je me verrais mieux avec une pêche des carnassiers ouverte toute l’année, des poissons fermés lors de leur période de reproduction (même le silure), ce serait plus logique. Certains des lecteurs ressortiront l’argument des bracos, mais quoiqu’on fasse chers amis, des bracos il y en aura toujours. Ce n’est pas en appliquant ce stupide principe de précaution qu’on fera avancer les choses. Vous l’avez constaté, même avec des arrêtés préfectoraux départementaux, les dates de fermetures ne sont pas en phase avec la réalité.

Si la mise en place de réserves temporaires me semble la meilleure stratégie pour le sandre, je conçois qu’elle ne peut pas être imposée partout mais dans certains départements fermer le sandre jusqu’à fin mai me semble un retour vers l’obscurantisme que certains radicaux aimeraient bien voir revenir. J’en ai entendu dire « dans le temps c’était fermé de février au 15 juin et c’était bien » mais c’était dans l’temps mon gars, on ne pêchait pas pareil. J’ai peur que si nous continuons comme ça on nous calera ce genre de réglementation pour faire bien, pour faire protection du milieu aquatique.

Et là fleuriront encore plus les pêcheries privées, et là tombera le nombre de cartes de pêche…..A l’étranger on peut pêcher toute l’année le carnassier et ça fonctionne. Même si on a pas le potentiel hydraulique des Pays Bas, de l’Irlande….on a autre chose, plein d’argent sur les comptes des APPMA qui pourrait servir au rempoissonnement ou à l’aménagement de frayères, et en mettant quelques quotas de prises ça pourrait le faire non ?

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule and tagged , . Bookmark the permalink.

45 Responses to Réflexions sur une pêche des carnassiers ouverte toute l’année.

  1. dimnet andre says:

    salut a tous j’ai du retard a l’allumage car je tombe sur vos debats ce jour,en suivant les supers articles de sylvain,ben moi je pense que l’on se doit de suivre l’evolution dans le respect de la nature et faire confiance aux travaux et aux conseils de L’ONEMA qui est derriere chaque APPMA,dans vos debats ,tres interressants,personne n’a tors ou raison,c’est tellement complexe qu’il vaut mieux s’en remettre aux specialistes.

    • cjl says:

      Bonjour
      pour avoir obtenu quelques infos non officielles pour le moment, je crains que vous déchantiez assez vite sur les bons conseils et décisions de nos instances supérieures. Qui sont « les spécialistes »? Quand je vois la teneur du questionnaire de la fédération nationale en 2013 je suis inquiet. Dans les fédérations départementales et certaines AAPPMA les compétences sont peut-être moins théoriques mais plus adaptées à la réalité locale. Encore faudrait-il que l’argent de nos cartes de pêche ne soit pas englouti en frais de fonctionnement ne laissant qu’une maigre part aux actions de terrain

  2. Tahitifish says:

    Bjr Sylvain

    Très bon article!!!

  3. Popeye le marin says:

    Pour en terminer avec ce sujet fort d’actualité du moment,je propose :
    – Une loi nationale avec un seul et unique article pour tout simplifier une bonne fois pour toutes……..

    L’INTERDICTION DE TOUS LES HAMECONS ET SOUS TOUTES LEURS FORMES !

    C’est la seule solution pour parvenir enfin à une vraie protection du poisson et je m’en vais de ce pas en faire la proposition au WWF et à GREANPACE !!!

  4. Olivier BERNOLIN says:

    Désolé Sylvain, mais, au risque de t’offenser, je suis en totale DESACCORD avec ton article tout comme celui sur la gestion de la pêche associative!!!

    La vraie question à se poser c’est pourquoi certains veulent-ils une pêche des carnassiers ouverte à l’année???? Soucis réel de gestion ou simple reflet de notre société égoïste et égocentrique où on ne voit que son plaisir personnel ?

    La gestion de la pêche doit-elle aujourd’hui se faire sous la pression de tel ou tel groupe de pêcheurs???? Sous la pression de telle ou telle secte devrais-je dire? Et oui, grâce à internet et les réseaux sociaux, la pêche se sectarise de plus en plus, on montre du doigt les viandards, les pêcheurs au vif, les anciens et on se croit tout puissant croyant détenir la bonne parole… et c’est bien triste, tout ça bien loin des soucis des gestionnaires d’AAPPMA de terrain. Cette tournure me déplaît de plus en plus…

    Et les pêcheurs dans tout ça: ils veulent de plus en plus que les interdits leur soient levés (mais est-ce réellement une majorité?). Ils sont comme les gosses devant leur DS, des purs produits de la société de consommation. On ne pêche plus, on ne sait plus lire la rivière, on ne cherche plus à la comprendre, on veut consommer de la pêche à point c’est tout: tant sur le domaine public que sur le privé. On se moque de la gestion des milieux, on se moque de la gestion des AAPPMA…on veut juste aller sur ces fameux parcours où le poisson se prendrait à foison. On oublie la simplicité de la pêche, son essence même. On oublie que la pêche est rythmée par les saisons et qu’à chaque saison son poisson. Combien pêchent aujourd’hui les ablettes en hiver, ou le chevesne au sang par exemple ? Non, la mode du moment c’est le carnassier.
    On oublie aussi que la nature ne donne que ce qu’elle est capable de produire, que ce soit en qualité ou en quantité.

    Ton article n’est pas complet, tu as oublié la pêche professionnelle. Si la pêche des carnassiers est ouverte toute l’année, les filets seront posés toute l’année. Mais l’égoïsme et l’individualisme des pêcheurs prime car certains parcours ne connaissent les filets (cas des lacs d’Auvergne par exemple où des lacs de la Forêt d’Orient et des lacs morvandiaux). Alors, chacun tire à soi, en oubliant les soucis des autres et veut imposer son mode de gestion (même s’il peut y avoir du bon à y prendre). On ne peut gérer des rivières comme des plans d’eau fermés. Ce qui est facile à mettre en place pour les uns ne l’est pas sur les autres.
    Arrêtons de vouloir imposer une réglementation à un niveau national. Les départements n’ont pas tous les mêmes richesses, le même potentiel. Ils ne bénéficient pas non plus des mêmes conditions climatiques, ils ne subissent pas tous la même pression de pêche. C’est ce qui fait la variété et la richesse des parcours de notre beau pays qui malgré tout, regorge de poissons.
    Savez-vous qu’à l’époque où le nombre de pêcheurs était on ne peu plus important, cette époque lointaine où il y avait soi-disant « plus de poissons », la pêche était bien plus restrictive avec des fermetures plus longues et même une fermeture totale!!!!!!!

    Une certitude, la reproduction des espèces n’est pas garantie chaque année, elle dépend de dame nature. Vu l’état dans lequel les hommes l’ont transformée, ce n’est qu’un moindre mal que de lui donner des temps de répits. Les poissons, et cela nous humains avons du mal à le concevoir, sont plus fragiles qu’on ne le pense. La remise à l’eau d’espèces prises accidentellement lors de fermetures temporaires ne peut être un mode de gestion dont on peut se contenter. En période de reproduction, un poisson manipulé est un poisson en danger.
    Alors, laissons-leur le soin de se reproduire, surtout ces carnassiers qui subissent aujourd’hui la plus forte pression de pêche.

    Quand je lis ton article sur la surexploitation du bar, je m’interroge. Une ouverture des carnassiers toute l’année n’entraînera-t-elle pas, malgré tout, une surexploitation de ses populations ??? J’y vois un parallèle. Une pêche des carnassiers toute l’année, c’est la mise en danger des stocks que l’on juge souvent faibles. Une pêche raisonnée, c’est aussi savoir s’abstenir ne serait-ce que 4 mois dans l’année.

    Il faut arrêter de croire que c’est en simplifiant, modifiant les dates d’ouverture ou de fermeture que l’on fera venir de nouveaux pêcheurs ou qu’on arrêtera l’hémorragie. La pêche est un loisir qui nage dans la multitude des loisirs de notre société du XXI ème siècle.
    Il faut cesser de la voir de manière négative car à force de tirer sur la corde on finira par la casser.

    Pêchement vôtre.

    • Popeye le marin says:

      Bonjour Olivier,

      Permettez moi de vous demander qu’est ce que vous proposez pour sortir de marasme dans lequel se trouve la pêche aujourd’hui et pour contrer aussi la fuite des pêcheurs ?

      Croyez vous sincèrement que se sont les loisirs actuels qui font que la pêche de loisirs en est là aujourd’hui ,dans le temps on avait pourtant déjà le vélo,le tour de France,les patins à roulettes ou à glace,le tennis,le foot,la hand,le baskett,le ping-pong,le skate et même le hulla up etc ???

      Il est vrai que les pêcheurs étaient bien plus nombreux en ce temps là,mais ils ont depuis vieillis et les jeunes ne les ont pas remplacé,pourquoi selon vous ?

      Vous proposez aussi de rester en l’état actuel au niveau de la réglementation,mais c’est justement un des motifs et surtout celui là qui fait que les pêcheurs se barrent par milliers,on continue encore avec cette usine à gaz réglementaire d’arrière garde selon vous et pour quel résultat ???

      Croyez vous aussi que pour sauver la pêche associative,il faille TOUJOURS regarder en arrière vers les temps anciens ? On s’adapte aux temps nouveaux ou on disparait,c’est dans l’ordre des choses !

      Pour les pêcheurs pros (environ 500 en France),où avez vous qu’ils cessent leur activité pendant la fermeture du brochet et du sandre ???
      Croyez vous que les mailles de leurs filets font la différence entre une brème ou un brochet pendant la fermeture des carnassiers ?

      Je n’ai pas bien sur le monopole du savoir que faire pour SAUVER la pêche de loisirs,mais ce dont je suis certain que ce n’est pas en revenant en arrière comme seule et unique solution que nous y arriverons !!!

      Je suis curieux de connaître vos propositions et d’avance,merci.
      Au plaisir de vous lire.
      Popeye

      • oliv39 says:

        Bonjour,

        je me suis gardé de répondre jusque là mais j’ai bien analysé les commentaires de chacun ou l’on trouve des propos censés et réfléchis (Gwen, Gébé, Hervé, Philibert, Ludo71) mais aussi du grand n’importe quoi.
        Pour commencer Olivier B, il ne propose pas tout et son contraire, lui il agit et efficacement ! Contrairement à de nombreuses personnes qui critiquent en disant et surtout en écrivant tout et son contraire et en mélangeant tous les problèmes… Je lis des propositions totalement contradictoires comme vous avez pu en lister.
        Comment faire de manière abusive un lien « direct » entre la baisse des pêcheurs et les périodes de fermeture et même en élargissant lien avec la réglementation actuelle. A côté proposer des solutions qui se contredisent, des solutions je vous cite « pour une vraie protection du carnassier »:
        « Ouvrir toute l’année,avec des fermetures spécifiques par régions. » « Et enfin une réglementation simplifiée et la même PARTOUT !!!  »
        J’ai du mal à suivre. Et bien justement il faut s’adapter aux spécificités régionales et donc il faut fermer les zones de reproduction au moment opportun donc on ne peut pas et ne doit pas pêcher toute l’année. Pêcher et remettre les poissons pris accidentellement par les pêcheurs sur les zones de frayères bien connues, ça me fait rire jaune. Remettre à l’eau un poisson n’est pas une garantie de survie, hélas ce serait si simple.
        Vous avez l’air de faire porter la responsabilité de la baisse du nombre de pêcheurs aux AAPPMA et à la Fédération, ça ne vous effleure pas l’esprit que si les pêcheurs arrêtent de prendre leur carte c’est avant tout parce qu’ils ne prennent plus de poissons. taper sur les AAPPMA c’est facile : le pauvre bénévole de l’AAPPMA n’a aucun pouvoir devant sa rivière polluée, devant un tribunal qui classe sans suite la plupart des affaires de braconnages, de pollution et ce pour les pollutions (fléau principal) suite aux pressions politiques défendant avant tout l’économie locale.
        La seule chose à reprocher aux AAPPMA c’est l’argent sur les comptes qui pourraient être utilisé, après reste à l’utiliser intelligemment (je me garderai de donner des leçons)
        Je cite :
         » Une réciprocité TOTALE des eaux libres sur TOUT le territoire national. »
        Mais bien sûr, ceux qui ne font rien viendront ruiner les efforts des voisins sans aucune contrepartie. Cette mesure n’aurait de sens que si la gestion était commune, uniforme, avec les mêmes efforts fournis partout, ce qui est impossible en 2014 car les conditions ne sont pas réunies.

        « – Cesser d’augmenter abusivement le prix des cartes. »
        En quoi cela va protéger les carnassiers ?
        Et le mot abusivement pour 1€ n’est pas très bien adapté sauf si on veut grossir le trait et amplifier la critique. La bonne critique c’est de demander des comptes : utilisation de l’argent récolté ? Et pas râlé parce que la carte augmente… La carte de pêche en rapport de la plupart des autres loisirs et des possibilités qu’elle nous offre n’est pas chère, il faut arrêter !
        Revenons à la protection des carnassiers :
        « – Mettre en place une police de pêche faite de vrais pros dans toutes les régions. »
        Bonne proposition, préparez votre porte-monnaie, le prix de la carte va tripler ! Mais c’est sûr ce serait l’idéal.

        – Un quota ( maximum 1 gros carnassiers par jour). Oui très bien, je rajouterais dans l’absolu quota annuel. Une mesure qui fera fuir des pêcheurs supplémentaires, grave ou pas je ne sais pas, je suis tenté de dire non même si je n’aime pas exclure.
        Mais la réalité du terrain c’est qu’aujourd’hui les quotas n’ont que peu d’incidence sur les prélèvements. Pas de contrôle, pas de peur du gendarme, pas de respect et même de plus en plus pas de carte ! On en revient à la proposition précédente cela a un coût (l’utilisation du bas de laine de la Fédé et des AAPPMA?)

        – Des tailles de captures revues en forte hausse ( 70 cm pour le broc et 55 cm pour le sandre,40 cm pour le black,pour la truite 30 cm c’est correct).

        Je suis pour l’augmentation des tailles en fonction des milieux, on ne peut pas appliquer la même taille réglementaire pour la truite sur une rivière calcaire jurassienne et les rivières granitiques du cantal où la maille à 30 cm va faire fuir tous les pêcheurs qui prélèvent du poisson. Sur l’Ain une truite de 40 cm c’est une petite donc la maille n’a aucune influence sur les prélèvements.
        Ce que l’on veut c’est retrouver des poissons dans nos cours d’eau mais si il n’y a pas le milieu propice à la survie des poissons, toutes les mesures n’ont qu’un effet de saupoudrage.
        Réserves temporaires, augmentation des tailles de capture, c’est parfait mais là encore on aménage, on bricole pour sauvegarder ce qui peut l’être mais c’est dans les cordes des pêcheurs donc il faut l’encourager.
        Le travail de fond c’est l’assainissement et la lutte contre toutes les pollutions locales avérées, là où le pêcheur ne pèse pas lourd puisque l’économie touristique actuelle relègue la pêche et la qualité des cours d’eau au second plan (Cela changera peut-être par force avec les directives européennes, je suis un doux rêveur). Aujourd’hui l’agriculture telle qu’elle est gérée détruit nos rivières franc-comtoises une par une (Voir Le Dessoubre et le Cusançin en ce début d’année) Et le travail des AAPPMA ? C’est mettre en oeuvre ce qui est possible à leur niveau pour offrir aux poissons les meilleures conditions de reproduction (ce que fait très bien à son niveau l’équipe d’Olivier qui est très loin de vivre dans le passé, des pêcheurs dévoués de la base s’adaptent aux conditions actuelles pour favoriser au mieux le peuplement piscicole de nos cours d’eau, on vit avec son temps comme on peut, comme vous derrière votre clavier.) il faut simplement que tout le monde s’y mette et pour être optimiste c’est de plus en plus le cas, on sort de l’immobilisme (mais toujours au niveau qui est possible pour le bénévole associatif)

        « Même si nous perdons encore des pêcheurs,à court terme cela les fera revenir et les poissons aussi !!! »
        C’est bien, enfin un peu d’optimisme !
        Il y a moins de pêcheurs car la pêche n’est plus à la mode, c’est un fait la société évolue et l’offre de loisirs est de plus en plus conséquente et il ne faut pas avoir avoir pour objectif d’arrêter l’hémorragie mais de mettre en place des actions améliorant la qualité de nos cours d’eau, préserver l’environnement dans sa globalité et donc l’eau et les poissons. Ce n’est pas que l’affaire des pêcheurs, mais celui de la collectivité, après ira à la pêche qui veut, peu importe si le maximum a été fait.

        Je suis un ancien cycliste acharné sur route, mais je continuerai de pêcher en 2014 : la truite, puis les carnassiers à partir de juin et je l’espère encore de nombreuses années. Avant l’ouverture c’est le mois des préparatifs, le mois des réaménagements des frayères à brochets, le mois des AG d’AAPPMA, de Fédé, le mois des salons et du temps à passer en famille et même à ce rythme cette année la recherche des premières morilles… alors laissons les poissons tranquilles et retrouvons-nous le 8 mars pour profitez de cette journée si particulière qu’est l’ouverture.

        • Popeye le marin says:

          Merci pour votre réponse,je ne savais pas que vous étiez président d’APPMA,visiblement actif dans votre région et j’en prends bonne note.
          Je ne suis pas de votre coin,d’où mon manque d’infos à votre sujet et sur vos compétences.
          La pêche ne se résume pas à un secteur particulier ou à une région,là je ne suis pas d’accord avec votre analyse et je crois que la pêche dans ce pays doit être vue et analyser de façon globale !!!
          La gestion de la pêche de loisirs par l’associatif est un échec lamentable,les chiffres sont hélas bien là pour le confirmer !!!
          Je ne nie pas bien sur que des locaux,comme vous sont actifs,compétants et ont bien réussi dans leur petit coin.
          Mais la survie de la pêche de loisirs ne se résume pas à un petit coin,ne croyez vous pas ?

          Maintenant si vous pensez que tout laisser en l’état avec une réglementation vieillote,inadaptée à notre époque et à l’état d’esprit de jeunes pêcheurs qui ne pêchent pas pour manger comme les anciens est la solution qui va nous sauver,je crois sincèrement que vous avez tort !

          Je suis bien entendu pour la mise en place de réserves tournantes et temporaires sur les secteurs connus et reconnus où le poisson fraye.
          Quand je dis on pêche partout,cela n’empêche pas de mettre des secteurs hors course si ils sont menacés,il faut savoir s’adapter et expliquer aussi aux pêcheurs pourquoi on le fait.

          Il est vrai que pour changer les faits (polution,agriculture,police etc….) cela ne dépend pas de nous.

          Pour le prix des cartes,oubliez vous le contexte dégradé que nous vivons ( chomage,pauvreté,pouvoir d’achat en berne etc…) ?

          Je ne dis pas bien sur que vous avez tort sur toute la ligne et je comprends fort bien que vous défendiez votre travail acharné (j’ai bien saisi) au sein de votre APP.
          Et comme le dit si bien Sylvain,même si cela fonctionne bien chez vous et c’est tout à votre honneur,vous ne représentez qu’un tout petit pourcentage de réussite, d’efficacité et dans votre petit coin,vous ne sauverez pas à vous seul la pêche de loisirs de la faillite annoncée,si nous en restons là.
          Je le regrette sincèrement,soyez en convaincu.
          Popeye

          • philibert says:

            Nul part en France on ne peut dire que » cela fonctionne bien »
            La pêche en France ronronnait et à subit des agressions de toutes parts et puis des passionnés se sont levés pour tenter de faire qq chose
            Quel plus noble action puisque s’ils réussissent ils verrons arriver des pêcheurs de partout !
            Paradoxalement des efforts sont fait comme JAMAIS auparavant.Il ne faut pas se leurrer les effectifs vont continuer à baisser mais peut être qu’un jour avec de VRAIES gestions cela redonnera envie !
            En tous cas ils auront eu le mérite d’essayer.

          • philibert says:

            PS RESPECT

          • Olivier BERNOLIN says:

            Je suppose que vous avez, Popeye, une riche expérience de la gestion de la pêche associative et un dévouement sans compter. Alors je vous souhaite de défendre vos idées en gravissant les échelons de la dite pêche associative et que vous saurez la mettre sur de bons rails.
            Pour ma part je continuerai mon travail de petite fourmi à mon simple niveau… à moins que je ne m’épuise d’ici là!!!

    • Salut Olivier, tu ne m’offenses pas, tu t’en doutes. Heureusement que tu n’est pas d’accord avec moi, un monde où tous auraient le même avis n’avancerait pas.
      Le problème des pros est l’épine dans le pied de mon raisonnement et je n’y ai pas trouvé de solution.
      Je sais que tu es très engagé à Cuisery, tu es l’en des présidents d’ AAPPMA qui se bouge le plus pour les pêcheurs et les poissons. La pêche manque un peu de ludisme, à force de restrictions qu’on veut lever qui comme tu l’a fort bien remarqué sont l’apanage de notre vie actuelle. Désormais on veut passionner la pêche, la rendre idéale avec un autre idéal de protection des milieux. Pour nous les passionnés, ça fonctionne mais nous ne représentons qu’un petit pourcentage des pêcheurs, comme ceux qui la voudraient ouverte toute l’année ne représente aussi qu’une minorité mais laissons les minorités s’exprimer de temps en temps.
      Ps pour le bar c’est un communiqué de presse mais ça colle avec mon sujet, si on impose une fermeture du bar durant sa reproduction on ne fermera pas la pêche des autres poissons.
      Et, pour conclure mon propos, à force de parler du négatif on voit plus clairement le positif.
      A bientôt

    • Hervé says:

      Tout a fait d accord avec toi Olivier Bernolin !!! Les gars veulent des fraises toute l année 🙂 🙂 🙂 , Ils ne pêchent que le carnassier et n ont qu une vision égoiste de leur loisir voila c est tout !
      Moi je ne pêche pas que le carnassier , moi mon année est comme tu dis pour la peche au sang , des ablettes etc…. Je pêche le carnassier jusqu a sa fermeture fin Janvier , ensuite je pêche a la mouche le hotu , au coup les gardons , les ablettes et je pêche la carpe , puis vient l ouverture tant attendue de la truite , je peche donc celle ci puis avant l ouverture de Mai le brochet en première catégorie , ensuite je peche le carnassier et la carpe ainsi qu a la ligne les cyprinidés jusqu en fin d année donc je ne m ennuie jamais ! Et j ai donc un point de vue plus généraliste sur la pêche ! Je peche pourtant la carpe et même si j ai fait des pêches de nuit je suis totalement contre son application totale , tout simplement pour toutes les pêches que je pratique je ne fais pas preuve d égoïsme et je me soucie de mes pêches futures en respectant le poisson et sa reproduction ! Voila mon point de vue !!!

  5. Hervé says:

    l ouverture était le 15 Juin quand j ai debuter a la peche au leurre il y a longtemps et c était très bien , comme ca on laissait le poisson pénard , il n y avait encore pas de sandre , et les carnassiers avaient le temps de frayer et nous le temps de nous consacrer a la truite en attendant et a nous occuper des brochets qui peuplaient nos eaux de 1ere catégories ! Comme dit ici certaines dates ne peuvent pas aller que l on soit au sud ou au nord de la France , pour le black bass très bien si il y aurait une période de fermeture mais franchement je ne me sens pas concerné dans mon Morvan natal car nous ne sommes malheureusement pas gaté en matiere de black bass ! Bref je ne m ennuie pas quand la peche est fermée et le principe des ouvertures , meme si pour l instant c est un peu le bordel sur les dates , est très bien car comme je l ai deja dit nous passons un bon moment ce jour la meme avec des capots !

  6. Marc says:

    C’est une évidence l’ouverture à l’année. Ceci implique simplement un passage en « no kill » général des zones vulnérables, et une mise en place du tout kill sur les zones à forte densité tels fleuves, grands lacs etc.

    On classe toutes les 1ere cat en no kill, comme ç

  7. Bonjour à tous,
    Je constate une chose dans les arguments des pêcheurs qui seraient contre cette mesure c’est qu’on nous dit qu’il faut laisser tranquille les carnassiers durant leur fraye. Soit, c’est un bon argument mais quid du Black Bass ? Si sa pêche est fermée durant sa fraye, on peut néanmoins pêcher à toutes les techniques carnassiers.
    Cet article avait deux but, vous faire vous interroger sur une pêche toute l’année mais aussi sur un fait avéré: On protège le sandre mais pas les autres carnassiers « mineurs », est ce bien éthiquement normal ?
    En gestionnaire je répondrai oui, le sandre c’est « la ressource » pêche des carnassiers actuels mais en tant que pêcheur ?

    • gébé says:

      On protège le sandre avec la réglementation actuelle??? Le 1er Mai, c’est la date moyenne où les mâles sont sur les nids (en 2012 et 2013, quasiment aucun sandre n’avait frayé à cette date). On peut au contraire difficilement faire pire que d’envoyer tout le monde au bord de l’eau pile poil au moment où les poissons sont les plus vulnérables et n’ont en plus rien vu passer depuis des mois.

    • Popeye le marin says:

      Salut Sylvain,

      Je suis tout à fait d’accord avec tes propos,tous les carnassiers doivent avoir une période de protection !!!
      Mais le VRAI problème,est ce la protection du cheptel carnassiers ou les pêcheurs qui se débinent de partout (les chiffres 2013 confirment ceci),ou les deux ?
      En fin de compte,ce que je constate c’est qu’il y a autant d’avis que de pêcheurs !!!

      Ce que je crois pour sauver la pêche associative de la débâcle annoncée et pour une vraie protection du carnassier, il faut :
      – Ouvrir toute l’année,avec des fermetures spécifiques par régions.
      – Une réciprocité TOTALE des eaux libres sur TOUT le territoire national.
      – Cesser d’augmenter abusivement le prix des cartes.
      – Mettre en place une police de pêche faite de vrais pros dans toutes les régions.
      – Un quota ( maximum 1 gros carnassiers par jour).
      – Des tailles de captures revues en forte hausse ( 70 cm pour le broc et 55 cm pour le sandre,40 cm pour le black,pour la truite 30 cm c’est correct).
      Et enfin une réglementation simplifiée et la même PARTOUT !!!
      Il est sur que cela ne plaira pas à tout le monde,mais est ce le but ? Non,bien sur !
      Même si nous perdons encore des pêcheurs,à court terme cela les fera revenir et les poissons aussi !!!

      Il nous faut un vrai projet national ambitieux et des dirigeants nationaux courageux qui se retroussent les manches,des emplatres sur une jambe de bois n’ont jamais guéri personne,l’ont ils seulement compris ces messieurs ???

      J’en ai ras le bol des interdits,ras le bol qu’on m’interdise de pêcher à cause des bracos et même la pêche commence tout doucement à me gonfler avec toutes ces contraintes stupides !!!
      J’ai 62 ans,je pratique la pêche sportive des carnassiers aux leurres depuis l’âge de 10 ans et en bateau depuis de très nombreuses années déjà,mais là ma patience a atteint ses limites !

      Au fait je me suis mis au VTT en 2005 (vous vous doutez pourquoi),je fais plusieurs milliers de KM par an et sans contraintes et le VTT au fil du temps avec d’autres amis pêcheurs est devenu,devant la pêche ma vraie passion.
      Donc quoiqu’il arrive, comme la fin de la pêche associative est prévue et programmée (si rien n’est fait rapidement),moi j’ai au moins ma porte de sortie……pouvez tous en dire autant ???

    • Gwen says:

      Salut,

      Personnellement je m’étais affolé quand j’avais vu les résultats Côte d’Or du fameux sondage de la fédé, où la majorité était pour une ouverture toute l’année.

      Ton sujet a réussi à pousser ma reflexion plus loin, et maintenant je pense que les périodes de fermeture sont totalement en désaccord avec les espèces présentes dans nos eaux.

      Ce qui me faisait peur c’était effectivement la période de frai du sandre, parce que même si le pêcheur est respectueux de la réglementation (et je pense que la majorité l’est) rien ne nous dit qu’un sandre sorti de son nid y retourne après le release.
      Comme tu le mentionnes le cas du brochet est complètement différent, il ignore totalement les farces et attrapes pouvant lui passer devant le bout du nez.

      Donc oui, pourquoi ne pas repousser la fermeture en 2nde catégorie au mois d’avril par exemple, et protéger nos amis sandres, blackbass et silures jusqu’au mois de juillet. Et pendant ce temps là, il reste aux plus acharnés la pêche en 1ere catégorie. Et au final, la pêche serait ouverte toute l’année.

      Pour justifier un peu ma volonté de maintenir une fermeture, je dirais que la majorité des pêcheurs que je croise (je pêche uniquement du bord) sont des pêcheurs occasionnels (ceci n’est pas une insulte) , et ils ne sont pas aussi soucieux, que nous pêcheurs plus acharnés, de maintenir dans de bonnes proportions les espèces présentes dans nos eaux. Je discute énormément avec les pêcheurs que je croise, et très peu pratiquent le catch and release. Ils sont dans leur droit de prélever leur capture, et je respecte leur choix. Mais tous les pêcheurs sont-ils aussi sensibilisés que nous? Tous les pêcheurs savent-ils identifier une frayère de sandres, de silures, un nid de bass et éviter de les déranger?

      Ce n’est pas être extrémiste de vouloir maintenir coûte que coûte une période de fermeture, pour moi c’est surtout éviter d’ajouter un nouvel handicap à nos eaux.

      My 2 cents

      • gébé says:

        À peu de chose près on revient 30 ans en arrière quoi. Juste avant la loi pêche de 1984. …

        • Gwen says:

          Je suis trop jeune pour avoir connu ça 🙂

          • Popeye le marin says:

            Il y a 30 ans avec une fermeture générale qui durait plusieurs mois on avait 3 millions de pêcheurs,en 2014 nous sommes encore environ 800 000 à prendre une carte majeur complète et cela a encore baissé pour 2013 et pourtant plus de fermeture générale.
            Dans 5 ans,combien…….quelques centaines tout au plus !!!
            El là,les poissons auront ENFIN une fermeture GENERALE !!!
            Si c’est votre souhait…..continuez sur votre lancée !!!

  8. John says:

    D accord avec toi pas grand chose a rajouter ouffff……………….

  9. Bernard Cédric says:

    D’accord à 100 % avec toi, rien à rajouter.

  10. philibert says:

    Alors on vient de signer une pétition pour demander que les pêcheurs pros respectent la reproduction des brochets dans notre dpt 71…et maintenant on va …
    et bien je voudrais pas être à la place du gars qui va aller expliquer ça aux décideurs!

    Dire que ça se passe bien à l’étranger et bien pas toujours à Lugano les cartons de gros bass au printemps sur les bordures ne sont que des souvenirs… les espèces qui font un nid sont vraiment trop vulnérables et pour nous les densités de poissons ne sont déjà pas terribles.
    La fermeture est l’occasion de pratiquer d’autres pêches toute aussi ludiques et puis on a le plaisir de « r’attaquer  » alors ça !!!…….

    • gébé says:

      Ou de « jeter l’éponge et passer à la randonnée ou au VTT »…. nobles activités s’il en est mais pas forcément garantes de la protection des milieux aquatiques.

    • philibert says:

      Evidemment des interrogations quand à la diminution des effectifs mais surtout des grosses inquiétudes quand à la santé des pêcheurs qui semblent sujet aux maladies neurologiques ; narcissisme,paranoïa,mythomanie,tristesse,désespoir…..
      qui pourraient être induites par certains facteurs : cirrhoses, addictions ,perte de repères(le jour, la nuit,les saisons….),l’immobilisme,la malbouffe (obligé de manger des cyprinidés…)

      Alors que faire??? Perso j’ai essayé le VTT ou la rando mais j’arrête pas de me faire
      engueuler par les chasseurs!…Alors je vais continuer à supporter les autres pêcheurs
      finalement c’est eux que j’arrive le mieux à comprendre malgré toutes leurs contradictions . LOL

  11. romain says:

    +1 pour Ludo71. Je pêche en no-kill, donc je peux pêcher 100 poissons/jour sans faire de mal à l’écosystème…. mais est’ce bien vrai ? Le no-kill est bien en soit, mais ne doit pas servir d’excuse pour aller épuiser, blesser et stresser inutilement des centaines de poissons, surtout pendant les périodes de repro. Amis pêcheurs, soyons RAISONNABLES, et ne nous laissons pas déborder par notre passion au point de ne plus respecter les poissons. Malheureusement, tant que les gens ne seront pas raisonnables, la reglementation sera nécéssaire et jamais assez stricte.

  12. Baptiste Chanel says:

    Tout ce qui était à dire est dit.
    rien à ajouter à part que beaucoup plus de pêcheurs que vous le pensez seraient pour une ouverture toute l’année avec l’obligations de remettre à l’eau dans les meilleurs conditions un poisson pris pendant son frai,
    c’est pourtant pas si compliqué et ça ne nuirait pas à l’éco système
    en ce qui concerne le braconnage, comme le dit Sylvain, que le poisson soit ouvert ou fermé il y’en aura toujours
    alors….

  13. Popeye le marin says:

    Salut Sylvain,
    encore un bon article et d’actualité,pour le reste que dire fermeture ou pas ?
    Il faut savoir aussi qu’à cette question pour l’enquête nationale,le OUI l’emporte !!!
    Mais à la FNPF,la décision reste en suspend,nos supers décideurs halieutiques en costards cravate mettent en place une NOUVELLE commission qui va APPROFONDIR la réflexion sur les éléments techniques,décision finale attendue pour le mois de juin 2014 !!!
    Il ne faut pas se leurrer,ce sera……NON comme d’hab !!!
    J’oubliais,pour 2013…..nouvelle chute des effectifs !!!
    On coule,on couleeeeeeeeeeeeeeeeeeee………….Help my !!!

  14. ludo71 says:

    Non mais attendez, là je crois qu’il faut se poser les bonnes questions… Il ne suffit pas de se dire « c’est la période de repro, je l’ai relâché donc je suis clean »… Dans le principe je ne suis pas contre « une ouverture toute l’année avec no-kill des espèces en période de reproduction », mais est-ce qu’un poisson (un sandre) entrain de guetter son nid, pris à la ligne et relâché dans de bonnes conditions à l’endroit où il a été pris et non abîmé continue-t-il son job ? En bref, est-ce qu’un sandre fraîchement relâché retourne-t-il IMMÉDIATEMENT sur son nid ? Est-il apte à le défendre comme si rien ne c’était passé ? Va-t-il le faire aussi longtemps même si d’autres bateaux repassent avec des leurres quelques heures après (ou va-t-il se sauver par méfiance, et donc abandonner son nid) et si un mâle continue son taf va-t-il se faire reprendre plusieurs fois et reprendre son rôle à chaque fois jusqu’à l’éclosion ? Y’en a-t-il qui se sont déjà posées ces questions ? Honnêtement je ne suis pas certain qu’un fish pris sur un nid fasse comme si de rien n’était et retourne faire son boulot, mais ce n’est qu’une supposition de ma part, je n’ai jamais pu vérifier. Mais c’est sûr qu’il vaut mieux une ouverture avec no-kill pendant la repro plutôt qu’une ouverture sans no-kill…

    • Hervé says:

      Je te rejoins la dessus Ludo , a force de sollicité sans cesse un poisson juste pour sa pomme , sans arrêt , il finira par être de plus en plus méfiant , déjà que c est pas facile a l heure actuelle alors allez faire le cake sur les frayères je trouve franchement pas cela très malin , comme je le disais a un ami cet après midi après avoir lu cet article , j aimerais bien vous voir être sollicité 365 jours /365 par votre facteur qui passerait tous les jours a n importe quelle heure du jour et de la nuit , je crois qu arrivé un moment vous péteriez un câble !!! Ceci est une métaphore amusante mais terriblement réelle !!! Laissons nos poissons tranquilles un moment dans l année , pratiquons d autres pêches en attendant et réjouissons nous des ouvertures qui sont de bons moments passées entre amis et des souvenirs mémorables , arrêtons ces idées délirantes qui n apporteront aucun plaisir au final !!!

  15. Da silva says:

    Bonjour sylvain tout a fait d’accort avec toi sa serait bien,mais en France pas la même Mentalités .

  16. BRAY says:

    Le débat fait fureur, après avoir un peu hésité ma position est responsabilité individuelle.
    Donc oui à 300% pour la pêche toute l’année avec protection de période de reproduction de chaque espèce (interdiction de prélèvement, réserves temporaires, etc…et responsabilité du pêcheur)
    Enfin bref tenir compte de la réalité de nos eaux d’aujourd’hui (diversité des espèces de carnassier) et ne pas rester sur des positions rétrogrades et conservatrices.
    Vve le passé pour me pas répéter les mêmes erreurs, vive le présent pour s’ancrer dans la réalité et vive le futur pour que la pêche de loisir existe encore et toujours
    bYE Hugues

  17. CLAUDE says:

    Je constate que nous sommes nombreux a penser la même chose tout bas.

  18. Philippe says:

    Très bon article, comme d’hab !!! Et il est vrai qu’en Côte d’Or, l’ouverture comparé aux autres départements est trop tardive. C’est pour ça que je fais des excursions dans les départements voisins. La remise à l’eau en période de reproduction serait LA solution pour les passionnés que nous sommes, mais tout le monde ne l’entend pas de la même façon, même si le no kill commence à entrer dans les mœurs.

  19. lilian fautrelle says:

    Je pensais être le seul à penser strictement la même chose tout bas!
    🙂

  20. JOUVET clément says:

    Article très intéressant et bien étayé !

    Pour habité en Aveyron, je peut apporter mon témoignage qui va dans ce sens.

    Les grands lacs de barrages (Pareloup, Pont de Salars …) et autres rivières (Lot …) disposant d’effectifs de brochet naturellement sont fermés à la pêche classiquement de février à mai. Par la suite, vu la période de repro du sandre ici (mai juin), on applique des réserve temporaire sur ces lacs afin de favoriser la repro des sandres et perches ( de mai au 15 juin).

    Pour tout les autres lacs donc le brochet n’est pas présent ou peu naturellement , la pêche est ouverte toute l’année, à toutes techniques, et le principe des réserves temporaires est maintenu.

    Il est impossible de faire des généralités sur nos milieux aquatiques, mais les fédérations disposent des connaissances, des savoirs et de la législation pour répondre aux attentes des pêcheurs.

    • philibert says:

      Tout cela est parfait à condition que l’on nous ponde pas une législation nationale !
      Donc liberté aux fédé départementales.