Petits tours sur la Saône: Episode1, Aout-Sept. 2014
avatar

Une quinzaine de sorties aux carnassiers (hors sorties spécifiques silure) depuis fin août…des sandres, quelques brochets, des bass…. des eaux à 15°, puis 10°, puis 3.5°…. des niveaux bas, des crues, des eaux chargées, des eaux claires…. voilà ce que je vous propose de revivre de manière chronologique à travers une petite série de récits à venir. Le tout agrémenté de constats a posteriori qui nous entrainerons sur quelques réflexions qui à leur tour je l’espère, déboucheront sur des nouvelles stratégies, techniques et pratiques à expérimenter en 2015.

So let’s go to the Episode 1: Black Bass Time! Découverte et apprentissage…

Le black-Bass… un poisson que je ne pêchais qu’en de très rares occasions, généralement lors de session street fishing en canal, sur des fins de soirées de chaudes journées d’été. Autrement dit, « j’y connais quedal! » comme l’on dit en bon gentilhomme  bourguignon. Pourtant, à les voir rôder dans les eaux de mes parcours habituels, l’envie de me pencher sur ce poisson se fait de plus en plus ressentir. Par chance, 2 amis locaux qui maitrisent le sujet, Gaël (Violet) du team Ultimate Fishing et Micka (Grappe, Team Orka) acceptent bien sympathiquement de me montrer quelques bases de cette pêche.

Black45-ASous leur houlette, je prendrais rapidement mes premiers Bass de Saône prémédités ! Débuter en goutant de suite à quelques succès, ça ne peut qu’encourager à poursuivre!

J’adhère complètement à cette pêche très active! Une pêche de précision extrême aux lancés très techniques sur des spots chargés. Roseaux, cover, bateaux, pontons, piles de pont, il faut pêcher profond dans les caches (montages antiherbes et texans de rigueur). La concentration requise est immense, encore plus pour moi qui ne lance pas ainsi  toute l’année! Dès que ma vigilance baisse, c’est perruques, manque de précision, posé du leurre disgracieux et bruyant… bref, à chaque fois, un potentiel poisson effrayé voir un poste complètement cassé et une précieuse touche qui s’envole.

Les touches, parlons en justement. La variabilité des formes qu’elles peuvent revêtir est assez surprenante au départ. Parfois (mes préférées :-P), c’est une belle tape avec une grosse résonance dans le blank qui trahi l’interception. Là au moins pas de doute. Souvent, c’est plus délicat. Déplacement latéral de fil (toujours concentré vous vous souvenez?? 😛 ), retour sur soi, chatouillis… là, sans un minimum d’expérience, ça se corse. Comme toujours, j’ai appliqué de mon côté la devise: « en cas de moindre doute….. ferre! ». Alors oui, il y a eu quelques ferrages roseaux, des ferrages en plein vide, des ferrages enracinés…. mais au moins après, plus de doute :-).

BlackA-ACe joli petit bass capturé sur un Rubber Jig en 3/8 oz + trailer écrevisse aura ramassé le leurre inerte posé contre une souche dans 80 cm d’eau. A peine une sensation de délestage dans la canne, le petit ventre anormal dans la bannière suite à l’aspiration  aura suffit à déclencher le fameux « c’est bizarre…ferre! ». Et cette fois ci, ce ne fut pas un caillou… tant mieux pour moi!

En terme de leurres et de techniques, n’ayant aucune expérience, je n’ai pas fait dans l’original. Les conseils des copains, quelques clics sur internet, et j’ai opté pour une dizaine de patterns qui semblaient faire une relative unanimité. (the simpler, the better! au moins pour se faire la main!)

Voici ceux qui, au final, auront été les plus prenant pour moi ces quelques semaines:
==> Temps dégagé: Wacky en finesse avec Orka Worm BR == Wacky finesse Yamamoto Pro Senko Watermelon == Montage texan 3/8 d’oz + Fat Ika 051
==> Temps couvert et pluie: Carolina+Lézard021 Yamamoto+Skirt Orka == Rubber Jig Mogula 1/2oz + Créature yamamoto 522 et 523.

Blacks-CVivierDes sessions donc toutes plus agréables les unes que les autres avec quelques variantes: perches, mais aussi brochets (et donc coupes…) et de nombreux silures (et donc casses :-P…).

Les silures, je vais m’y arrêter juste quelques secondes. Voilà qu’après une saison silure tout juste correcte, avec beaucoup de passage à vide et quelques capots plutôt raides (voir ICI par exemple), je touche sans le vouloir de nombreux sujets, et pas que des petits! Techniques différentes? Présentations différentes? Aléas de la saison? Il va falloir  prendre cette nouvelle expérience en considération pour la nouvelle année.
SIlure sur jigEn traquant le bass, sur 24 Heures de pêche en 4 jours différents étalés sur 3 semaines , je me ferais atteler 9 fois… mais ne sortirais vainqueur que de 2 duels… Si le ratio temps de pêche / nombre de touches est plutôt bon (voir très bon en comparaison de mon année sur ce parcours!), son homologue nombre de touches / nombre de poissons sortis est plutôt catastrophique…. mais il y a matière à réflexion pour la saison à venir…

Pour conclure, une première expérience Bass qui m’a enthousiasmé au plus haut point, et m’a permis d’apprendre nombres de nouvelles choses! Pour ne rien gâcher, elle fut riche en captures et surprises, ce qui vous le verrez, n’a pas du tout été le cas de l’épisode suivant 🙂

See You

Esox black fin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

About Lilian

Docteur en sciences dans la vie professionnelle, je partage mon temps libre entre ma famille, le monde de la pêche, de l'eau douce et des poissons, et le sport. A propos de la pêche, puisque c'est ce qui nous intéresse ici, j'ai commencé très tôt à arpenter les rivières de première catégorie en Côte d'Or et les nombreux étang de la Saône et Loire. Une petite décennie plus tard, je découvrais la pêche des carnassiers aux leurres. Au début des années 2000, une véritable passion pour le silure et sa pêche se développa chez moi, copieusement alimentée par l'arrivée d'internet. Il est depuis lors mon poisson fétiche, embrassant pleinement cet univers, de ses multiples techniques de pêches à ses multiples réflexions halieutiques, éthiques,et parfois même ethnologiques .... Au travers cet univers silure, j'ai eu le privilège de vivre quelques expériences extra- ordinaires par exemple en compétition (3ème au classement silure AFCPL D2 2011 avec Rémi Seigler, Vainqueur du King-Cat au WCC 2012 avec Laurent Checko et Sebastien François), en vidéo (avec la naissance de www.l6-video.fr), ou tout simplement sur l'eau avec mes compagnons d'aventure. En voici d’ailleurs une nouvelle, celle de partager ma passion silure avec vous à travers le site de l'esoxiste. Amicalement. Lilian.
This entry was posted in pêche, reportage de pêche and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.