Pêche à la cuiller, un come back annoncé
avatar

Savez vous qu’une cuiller ça pêche aussi bien qu’un poisson nageur ou un leurre souple ? Non je ne plaisante pas, ce leurre  diabolique  qu’a connu mon arrière grand père a pris des millions de carnassiers et continuera d’en prendre partout à travers le monde.

La cuiller est un leurre très ancien, si l’ondulante est encore plus vieille, la tournante existait déjà bien avant l’invention de la fameuse Aglia de Mepps par André Meulnart.

Si notre cuiller Aglia nationale, qui fut et qui reste un des produits pêche les plus vendus dans le monde se porte encore bien pour la pêche de la truite, pour les carnassiers elle tend à passer dans l’oubli. Pourtant c’est mettre de coté son coté attractif souvent supérieur aux poissons nageurs.  Et oui j’ose le dire car certains jetaient l’opprobre sur la cuiller, celle ci est bien supérieure aux poissons nageurs.

 

Et pourtant je suis un fan des poissons nageurs et des leurres souples, je suis comme tout le monde, devant cet étalage de couleurs, de formes, de spécificités, je me suis équipé d’un grand nombre de PN de toutes marques jusqu’à en avoir des boites complètes qui tiennent plus de la collection que de la véritable approche pragmatique du pêcheur.

Et en quelques années, j’avoue que j’ai mis de coté ma bonne vieille cuiller pour le poisson nageur en enchaînant réussites et brecouilles. Si j’ai regardé plus attentivement mes cuillers c’est depuis ma découverte des tails spin, ces petits leurres métalliques qui me réussissent bien. Ce ne sont que des lests en forme de poissons et équipés d’une palette et ils font la différence avec un petit crank ou un lipless.

 

Lors d’un concours récent qui fut gagné en partie grâce à la cuiller, j’ai analysé la stratégie du vainqueur. Celui ci faisait bouger les brochet avec une bonne vieille Suissex puis affinait, lors d’attaques loupées, sa pêche avec un mort manié. Il a gagné avec une sacrée longueur d’avance en utilisant simplement des techniques vieilles de plus de 30 ans, vieilles certes mais efficaces comme par le passé.

Si la cuiller a résisté durant un siècle à pas mal de leurres c’est qu’elle ne valait pas cher et qu’elle prenait. Désormais la tendance actuelle est : Si c’est cher c’est que ça marche !  Bonne idée lancée par les marques et les détaillants à leur grand bénéfice mais pour celui du pêcheur, bôf !

 

La cuiller est un leurre de prospection qui peut pêcher creux comme sous la pellicule, et qui grâce à ses flashs déloge tous les carnassiers même les sandres. Nos carnassiers actuels deviennent blasés face au dernier modèle de poisson nageur, de leurre souple gorgé d’attractant  mais étonnamment ils réagissent encore à la ferraille et j’en fait l’expérience plus souvent qu’on ne pourrait le croire.

Si je devais conseiller quelques leurres à un jeune pêcheur au pouvoir d’achat riquiqui, c’est vers la cuiller que je l’orienterai. Avec elle pas besoin d’animation spécifique, elle se suffit à elle même en simple lancer ramener. Les palettes feuille de saule pêchent plus creux que les colorados et les cuillers plombées en têtes tournent même lorsqu’on ne mouline plus, idéal pour un mouvement en « traction ». Seule problème avec les cuillers, elles vrillent le tresses les rendant rapidement inutilisables et une tresse à 25 euros vrillée, ça fait mal au porte monnaie. Reste encore le bon vieil emerillon JB qui, moins cher qu’une agrafe japonaise, permet d’atténuer ce phénomène.

 

Les cuillers s’accrochent aussi plus au fond que les poissons nageurs, c’est inéluctable d’en perdre une de temps en temps mais c’est bien moins cher qu’un poisson nageur.

J’ai un faible pour les Agglia de Mepps et les Suissex, celles ci fonctionnent bien quelles que soient les conditions, les Mepps pour les secteurs peu profonds et les Suissex là où il y a un peu plus d’eau.

Les anciens coloris argent et or ont laissé la place à de superbes fire tiger qui semblent mieux fonctionner.

 

N’oublions pas non plus la Lusox de Mepps qui mériterait elle aussi quelques nouveaux coloris  plus actuels.

J’ai toujours eu dans mes boites de poissons nageurs quelques cuillers tournantes au cas où, mais là dernièrement elles sont revenues dans la catégories leurres à utiliser régulièrement.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Leurres carnassiers, Leurres métalliques and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.