Pêche électrique en rivière de première catégorie avec la fédération de Saône et Loire
avatar

 

Ce matin, la Fédération de pêche de Saône et Loire (71) a effectué une pêche électrique sur deux secteurs de la rivière « le Méchet », cours d’eau moyen de première catégorie large de 5 à 10 m.

Cette pêche électrique se pratique deux fois par an et vise à suivre le peuplement piscicole en aval et au milieu du parcours truite NoKill.

Aujourd’hui c’est donc une équipe de 6 techniciens fédéraux qui ont effectué ces opérations qui consistent à  marcher en ligne armés de trois anodes et trois épuisettes cathodes.

 

Les poissons sont étourdis par le courant électrique et récupérés par les épuisettes. Sur trois pêches auxquelles j’ai assisté aucun poisson n’en est mort, tous sont repartis en bonne santé.

 

En aval de la zone Nokill la présence de truites était moindre qu’en plein centre de la zone ce qui est facilement compréhensible.

 

J’ai noté la présence de loches franches, de goujons, de vairons, de chevesnes, de truites farios, de tacons (jeunes saumons), de lamproies de planer mais surtout une forte quantité de chabots qui donnent une idée de la pureté de ces eaux.

 

 

Tous les poissons sont triés dans des bacs en fonction de leurs espèces et de leurs tailles. Ils sont  pesés, mesurés, pris en photos afin que les techniciens puissent comparer les résultats d’une année sur l’autre et en déduire que la portion pêchée convient mieux à telle ou telle espèce piscicole.

 

Plus en amont, sur le parcours, les truites farios de souche étaient bien plus nombreuses dont quelques une de presque 30 centimètres.

 

Les résultats de ce matin sont à pondérer car bien que le soleil brillait la température de l’eau était encore froide et les niveaux d’eaux importants d’où de nombreuses truites qui n’ont pas pu être attrapées à cause du fort courant.

 

Grosse surprise lors de la seconde passe, la capture de ce qui semble être une petite lamproie marine. Ce poisson qui n’en est pas un effectue une migration de la mer vers les têtes de bassin pour se reproduire. Après vérification il apparaitra que ce n’est qu’un lamproie de planer ayant revêtu son habit nuptial.

Je ne suis pas un spécialiste mais voir autant d’espèces en tailles différentes prouve que nos rivières du Morvan sont de qualité.

 

Merci à l’équipe de la Fédé 71 pour leur accueil et leur disponibilité.

Gardez la pêche.

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in AAPPMA, Fédérations, ichtyologie, informations diverses pêche, Tourisme pêche des carnassiers. Bookmark the permalink.

Comments are closed.