Ouverture 2013 au lac du Bourget
avatar

 

Au Bourget l’ouverture du brochet s’est déroulée cette année le 20 avril soit samedi dernier. Mes petites truites morvandelles ne m’amusant pas autant et surtout me faisant moins rêver que de grands combats épiques avec d’énormes brochets, nous avons donc décidé de faire cette pré-ouverture nationale au Bourget.

Nous devions tous y aller le samedi, amis de pêches, nouveaux potes à connaitre, mais pour la plupart les conditions dantesques annoncées pour ce jour là ont conduit à un report au lendemain.

Sauf pour nous, car habitant le plus loin (3 heures de route) nous avions pris un bungalow pour les nuits de vendredi et samedi.

 

Nous avons eu la chance d’être les premiers résidents du bungalow qui vient d’être construit au camping « les peupliers » à Chindrieux au nord du lac. Des chalets tout conforts, vastes avec un équipement complet dont une douche italienne ou les gens qui s’habillent en XL peuvent bouger. Dernier énorme avantage, la possibilité de pouvoir garer sans problème son bateau à coté du bungalow et de  pouvoir manœuvrer sans problème.

 

Autre très gros avantage, la gendarmerie se construit à l’entrée du camping, vu l’avancement des travaux elle devrait ouvrir d’ici un mois, donc une sécurité de plus pour les bateaux. L’accueil est très chaleureux et la responsable est très disponible.

Voir le site du camping: www.camping-lespeupliers.info

Nous sommes donc arrivés vendredi soir vers 21h00 sous une pluie battante avec l’espoir d’une fenêtre météo favorable de l’aube à 11h00 du matin.

Après un apéro léger, repas et dodo pour un lever avant l’aube. Bonne nuit sur une literie neuve et lever avec le bruit de la pluie qui frappe les carreaux. Une pluie de giboulée, forte et glaciale. Au bout d’une demi heure le jour pointe son museau et la pluie redouble, plus haut dans la montagne derrière nous la limite pluie neige est bien visible.

 

La fenêtre météo annoncée ne viendra pas nous décidons d’annuler cette sortie pour faire un peu de tourisme et visiter les mises à l’eau le matin.

Nous découvrirons la seule protégée du vent du nord, celle de Chatillon dont l’accès est correct en basse saison mais difficile pour manœuvrer dès que les véhicules de touristes se stationnent sur le port, dernier désagrément l’obligation d’aller stationner sa voiture et sa remorque à 500 m.

Je rencontrerai des pêcheurs du secteur avec un Tracker pro 170 qui auront choisi de pêcher la baie de Chatillon, protégée du vent qui commence à souffler. Ils nous connaissent via le blog, le monde des pêcheurs de carnassiers est vraiment petit.

 

Nous avons pris la route pour Aix les bains et ses cales de mises à l’eau au port, très classiques mais rien pour stationner sa remorque, à moins de l’avoir loupé.

Voici les photos du port d’Aix à 10h30 avec des creux d’un mètre :

 

Nous avons ensuite pris la direction de Charpignat au sud ouest du lac pour la plus belle cale de mise à l’eau du lac. Au sud, avec cette bise du nord, les creux dépassent le mètre, le vent est impressionnant. Nous avons croisé Raph et Claudia, organisateurs du Défi Est qui venaient récupérer leur bateau après révision chez l’un des nombreux spécialistes du nautisme installés sur les bords du lac.

 

Direction le port de Conjux que nous connaissons depuis l’année dernière où le vent souffle bien moins fort mais où les bateaux sont peu nombreux. Nous termineront ce tour du lac en voiture vers midi, la bonne heure..

 

 

L’après midi après une petite sieste digestive, direction Aix les bains pour une visite de l’aquarium. 7.5 euros pour voir une douzaine d’aquariums ça sent l’arnaque, même si j’ai pu admirer des aprons du Rhône, des blennies fluviatiles, j’ai trouvé cette visite horriblement chère. Petite visite au détaillant local du centre ville, à l’ancienne, un peu fourre tout et pas un gros choix de leurres mais Patoche découvrira une pince à sleeves d’excellente facture et très pratique avec différentes tailles d’encoches pour les sleeves.

Le lendemain nous nous sommes réveillés plus tard. La pluie avait cessé, le vent aussi. A 08h00 nous mettons à l’eau à Conjux  avec Patrice arrivé la veille au soir.

Nous sommes rejoints par Olivier, Rémy et Damien. Le Goujon Cuiserotain est en force.

 

Après un café croissant sur l’eau nous nous séparons pour tenter de trouver le poisson. Nous commençons par l’aval de Conjux puis décidons de pêcher l’amont de la baie de Grésine vers Brison sous les falaises. Nous trouvons des échos dans les 35m mais pas moyen d’avoir une touche.

Sur la baie de Brison, sur le plateau dans 6m d’eau, j’entends le frein de Patoche chanter, malheureusement le bec se décroche rapidement.

 

En milieu de matinée le vent forcit sur le secteur et il caille. Je décide de traverser le lac et d’essayer l’aval de l’abbaye de Hautecombe.

 

Je trouve un plateau au sondeur et me pose sur la cassure. Après avoir essayé de pêcher profond puis la zone des 10/15m et celle des 6m je me dis que faire les bordures ne serait peut être pas si bête et me rapproche du bord.

Je garde mon Divinator pourtant pas étudié pour pêcher les bordures  mais au second lancer c’est la touche dans 2/3m d’eau, c’est lourd mais ça ne combat pas beaucoup sauf une fois au bateau.

Le brochet arrive à l’épuisette, malheureusement il n’est pas métré, pas de chance. Il fait quand même 80 cm.

 

Alors que je le tiens pour la photo je constate qu’il saigne énormément, il  a littéralement gobé le Divinator 55g et une branche du triple est piqué dans un arc branchial. Il pisse le sang partout et me mazible le pont, je comprends qu’il va me falloir le garder. C’est mon cousin qui sera content, il en réclame un depuis un moment.

 

Nous continuons cette stratégie de bordures avant d’être rejoint par les copains pour le casse croute où « miracle » Olivier a emmené une bouteille de Ricard, gloria alleluïa !!!!

 

Après avoir charcutaillé comme de vrais pêcheurs et buvaillé du bon vin, nous quittons nos amis car nous devons plier à 16 heures, nettoyage du bungalow et voyage oblige.

 

 

A la mi journée, je suis le seul à avoir pris un poisson. Nous remontons au nord en suivant la bordure et en passant à coté des pêcheurs de lavarets. Malheureusement, je n’aurai qu’une touche, toujours au Divinator dans peu d’eau, une tape nerveuse mais sans suite….

Au retour au port, j’ai pu discuter quelques minutes avec pêcheurs lecteurs de blog, ça fait toujours  plaisir de rencontrer des lecteurs.

J’ai appris qu’Olivier avait quand même pris un poisson, une superbe perche de 45 cm qu’il vous présentera dans son compte rendu. Il m’apprend que les pêcheurs qui ont pris du poisson l’on fait dans peu d’eau. Les brochets sont encore sur les bordures, si vous devez monter au Bourget ces jours prochains, cette info vous sera utile.

 

Bilan de cette sortie, un brochet de 80 cm, mon premier de l’année. Un Ipilot link hyper pratique, un Terrova puissant, silencieux  et qui me permet de pêcher tranquille. J’ai pu dépuceler ma nouvelle Fantasista Shiro et mon Calcutta DC sur un joli bec….Que du bonheur.

Au revoir Le Bourget,  nous reviendrons en septembre.

Gardez la pêche

[subscribe2]

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche, Tourisme pêche des carnassiers and tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.