Open AMC ILLEX GUNKI des Grands Lacs du Morvan 2018, une 24ᵉ place pour la team Esoxiste.
avatar

Chaque année cette épreuve « open » (ouverte sans licence) réussit à aligner un nombre de bateau impressionnant qui la place au rang européen des plus grosses compétitions de pêche au leurre.
Pour 2018 la barre symbolique des 168 équipages participants n’a pas été franchie mais égalée tout de même. Si pour certains, 168 bateaux sur un lac de 350 ha ça fait de trop, pour la très grande majorité des participants ça se passe très bien.
A titre personnel, je me réjouis de l’absence de ces imbéciles qui ne font que dans la critique, qu’ils restent chez eux, personne ne les regrette.

Nous sommes arrivés la veille, moi parce je fais partie du staff AMC et que je me dois de donner un coup de main au montage des infrastructures, Cathy et Patoche par choix de ne pas avoir a se lever trop tôt le lendemain. Nous avons été rejoints par Manu Gautheron qui fera équipe avec Cathy et par Fred Chassy (M. ponton) et David Pinto (le roi du crank) qui partageront le repas du soir avec nous après avoir sondé un peu le lac.

Cette soirée a été l’occasion pour nous tous de porter un toast à l’équipage des Carnapéro qui aurait du être là ce soir avec nous. Nous avons pensé très fort à notre copain Dom qui s’est éteint voilà une semaine et a son coéquipier Dom2 absent.

Nous avions loué un chalet au camping (qui a changé de gérant, celui-là aime les pêcheurs) et nous avons sagement limité l’apéro afin d’être un peu plus frais le matin. C’est donc presque en forme que je me lèverai à 05h30 pour mettre à l’eau une heure plus tard.

Photos Fred et manu:

Nous étions donc 336 participants, quelques-uns dans de superbes bass boats et d’autres dans des coquilles de noix, tous prêts à s’affronter amicalement. Le temps annoncé était superbe, pour une fois le Morvan nous aura épargné sa pluie légendaire et ses gelées matinales. L’Efferalgan ayant fait effet c’est en forme que nous attaquions cette compétition.

C’est bien la première fois que depuis 2011 où ce concours a lieu au Settons que les mises à l’eau se sont déroulées aussi vite. Les 168 embarcations étaient guidées par les commissaires et prises en charge rapidement, ainsi pas de remorque tampon sur les mises à l’eau et une rapidité qui m’a laissé pantois.

 

Au moment du briefing, encore 5 équipes en retard, comme tous les ans puis une fois les consignes passées tout le monde a mis à l’eau en attendant le coup de corne libérateur de 09h00 qui allait lancer les hostilités. Et c’est parti !! Je prendrai la direction du spot choisi après mûre réflexion la veille. Je n’étais pas le seul puisqu’au bas mot une dizaine de barques avaient eu la même idée mais j’ai pu me glisser pile poil sur mon point GPS annonçant une cassure au niveau d’une pointe, un poste idéal pour le carnassier.

 

Il n’aura pas fallu 10 lancers à Patoche avec un crank pour atteler sa première perche alors que je préparais mes lignes. Tout autour de nous nous voyions plier du carbone et je priais pour que le brochet du secteur ne se fasse pas piquer par d’autres. J’apprendrai ensuite que nos voisins l’auront loupé alors que nous pêchions la même zone. Il était là et aurait pu nous classer dans le top ten ! Mais les dieux de la pêche en ont décidé autrement.

Nous prendrons 4 perches de plus de 20 cm sur ce poste avant que mon intuition ne me fasse changer mon crank de 55 mm pour une lame de 45 mm. Bonne intuition puisque après quelques lancers c’est une belle perche mesurée à 34 cm qui montera à l’épuisette. A ce moment-là j’y crois très fort d’autant qu’autour de nous ce sont des petites perches qui se font prendre.

Avec Patoche nous alternons alors drop shot, crank, lames, tailspins et shad en linéaire mais c’est le crank qui se démarque le plus à ce moment-là.
Vers midi après avoir enchaîné 7 perches et deux décrochées nous nous mettons en mode pause afin de déguster un bon apéro crée en 1932, suivi d’un casse-croûte arrosé d’un bon crû de Bourgogne.

Nous sommes allés faire mesurer nos prises après le repas puis la question de la tactique à mettre en œuvre pour l’après midi s’est posée. Quelques coups de fils a des équipes amies m’apprendront que beaucoup ont rentré un quota perche, il aurait été logique de chercher le brochet en power fishing mais à ce moment je restai persuadé que le brochet de notre poste était encore une option possible, malheureusement il avait été piqué et avait coupé le bas de ligne de nos voisins de bon matin. J’apprendrai à la buvette cette anecdote de la bouche même des concernés qui ne voulaient pas rameuter toutes les équipes du coin et qui sont restés très discret durant la journée. Puis, j’apprendrai aussi que ce brochet du coin mesurait 77 cm car il avait été pris par une autre équipe il y a deux semaines sur ce poste. Je trouvais bizarre que nous étions plusieurs bateaux à insister lourdement sur ce coin !!

 

Bref, vers 14h00, constatant que ça sentait le roussi sur le poste j’essayais plus profond, plus au large mais mauvais choix car aucune touche à l’horizon.
A 15h00 je décidais de tenter le tout pour le tout sur une autre pointe qui nous avait fait terminer 3ᵉˢ en 2011 mais arrivé à proximité il y avait trop de monde, je bifurquai alors sur un waypoint m’annonçant un tas de cailloux dans 6m au milieu de nulle part.

Je me plaçais à 20 m et montait un tail spin que j’animai en traction. Au premier passage, une touche loupée puis deux minutes plus tard ce fut une perche maillée suivie de deux autres en moins de 10 minutes. Bien entendu le coin fut éventé et je repliais à 15h30 pour faire mesurer et gagner quelques points sur notre quota perches.

 

Nous pêcherons encore le dernier quart d’heure sur le poste du matin, désormais déserté, en espérant mais il avait été tellement poncé qu’il en était lisse de poissons ! Retour au coup de corne où après avoir beaché la Quatre et remis ma feuille de match, j’apprendrai peu après que nous finissons 24ᵉˢ avec 10 perches prises dont seulement les cinq plus grosses comptent.

 

Alors que Patoche affiche un sourire des grands jours, je me dis que nous aurions quand même pu faire mieux, ce sera donc pour une prochaine fois.
Cathy et Manu terminent à la 140ᵉ place avec une perche maillée, Fred et David à la 68ᵉ place avec 4 perches.

Félicitations aux frères Jammot qui remportent cet open pour la seconde fois.

 

514 perches de plus de 20 cm, 11 brochets et 9 sandres ont été validées par les commissaires et dire que certains, qui n’ont pas participé à l’open, disaient qu’il n’y avait plus rien dans ce lac ! Les perches semblent s’être réveillées et ceci augure une belle fin de saison.

Je n’ai plus qu’à attendre le prochain deuxième samedi de septembre en 2019.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Association Morvan Carnassiers, Compétition. Bookmark the permalink.

10 Responses to Open AMC ILLEX GUNKI des Grands Lacs du Morvan 2018, une 24ᵉ place pour la team Esoxiste.

  1. pikefisher says:

    Je ne sais pas si les détracteurs que tu cites en ont contre les compétiteurs, contre les bateaux ou contre la pression de pêche que cela représente avant et pendant l’Open car cela fait une pression de pêche très importante avec de la casse à la sortie. Il est compréhensible que certains des adhérents à cette APPMA râlent… Quel est le bénéfice pour eux ?

    • Une subvention empoissonnement de l’ AMC tout simplement pour justement tenter de pallier à cette forte pression de pêche. L’ AAPPMA a d’ excellentes relations avec l’ AMC et est très contente que cette compet ait lieu aux Settons, sans son accord et ses bénévoles on ne pourrait pas faire cet open

  2. Raph says:

    Euh alors 168 bateaux, des moteurs HORS-BORD thermique qui dit pollution vu la puissance de certain le résultat est beau, des jet ski, ski nautique avec des 90 CV essence 2 temps une honte écologique. Voilà le résultat catastrophique de l état du lac des settons:
    PAVILLON Bleu pour la baignade.
    CYANOBACTERIE absente
    Taux oxygène constant.
    MORTALITÉ des poissons en canicule je n en ai pas encore vu cette année malgré l absence de pluie.
    Donc messieurs les détracteurs des bateaux prenez en de la graine.
    Lac de pannessiere interdite les gros moteurs 2 temps, déteste les pêcheurs qui polluent.
    Résultats pas de pavillon bleu, interdiction de consommer les produits de la pêche à cause de CYANOBACTERIE, mortalité des poissons.
    Euh peut être que les moteurs de tout ces engins brasse l eau et l oxygène. Je dis cela je dit rien. Ah bon entendeur.

    • Exact, la navigation permet de brasser les eaux et de les oxygéner et la pollution des échappements moteur est à mettre en parallèle avec celle amenée par le ruissellement sur les routes, tout part au lac, particules et hydrocarbures. Mais les détracteurs des bateaux s’en moquent, pour eux nous sommes trop visibles.

  3. Yoann says:

    Salut Sylvain, beau compte rendu, sympa pour vous que votre compétition soit une des plus grosses au niveau européenne par le nombre de bateau alignée, l’organisation à l’air top, et une chance pour le beau temps.

    2 Questions (je n’y connais pas pas grand chose en compétition/grands milieux):

    Pourquoi seulement les 5 plus grosses prises comptent ? Tous les poissons prit ne devraient pas compter pour le résultat final ?

    Autre question (je ne veux pas faire le rabat-joie mais ce chiffre m’étonne): Je ne pêche pas encore les grand milieux mais… je trouve que 11 brochets pour 350 hectares d’eau pêcher par 168 pêcheurs cela fait peu sur une journée… ai je tord ?

    Ma question à l’air bête mais sur un résultat de compétition, je m’attendais à 30/40 brochets sortie de l’eau minima, après c’est la pêche on choisi pas !

    Pour la perche et le sandre jolie score.

    Bravo pour ton résultat et mes condoléances pour ton ami pêcheur.
    Yoann

    • Bonjour Yoann
      5 prises par poisson pour éviter simplement que celui qui tombe sur une grosse bande de poissons ne pulvérise tout le monde, ainsi les autres ont plus de chances.
      Pour les brochets, effectivement c’est peu et pas de gros poisson, c’est du au fait que les Settons sont très pêchés par les vacanciers et que les brochets se font casser la gueule à longueur de temps.

      • Bernard says:

        Bonjour,pour les brochets se sont se n est visiblement pas que de la faute au tourisme ou alors il y en a beaucoup aussi à paneciere st angan chaumeçon….

  4. DEPERT ANTHONY says:

    Salut Sylvain .. joli compte rendu de ce bel open 2018 et félicitations pour votre performance ! pour ma part une perche maillee et trois non maillee…
    Merci pour ces photos et tes articles qui ne cessent de nous passionnés

    Amicalement

  5. Fred says:

    Bonsoir et merci pour ce partage Sylvain

    Ce fut un très bel open sous une très belle journée. Pour ma part c’était la première participation (équipage 75, je me suis présenté à toi lorsque nous attendions pour mettre les bateaux à l’eau), je me suis régalé de voir autant de passionnés sous un climat de sympathie et  »bon enfant », en plus les bières étaient fraiches, c’était top.
    En ce qui nous concerne nous avons eu droit qu’au poisson bonus, un brochet à 40 minutes de la fin. J’ai néanmoins une question, sais tu comment dans quelle profondeur et à quelle technique les sandres ont été pris ?
    a bientôt
    Fred

    • Bonjour Fred, malheureusement non, je ne sais pas, il aurait fallu que ceci soit dit lors de la remise des prix mais nos animateurs ne sont pas habitués à ça. j’en ferai part à notre débriefing.