Open AMC ILLEX GUNKI des Grands Lacs du Morvan 2018, une 24ᵉ place pour la team Esoxiste.
avatar

Chaque année cette épreuve « open » (ouverte sans licence) réussit à aligner un nombre de bateau impressionnant qui la place au rang européen des plus grosses compétitions de pêche au leurre.
Pour 2018 la barre symbolique des 168 équipages participants n’a pas été franchie mais égalée tout de même. Si pour certains, 168 bateaux sur un lac de 350 ha ça fait de trop, pour la très grande majorité des participants ça se passe très bien.
A titre personnel, je me réjouis de l’absence de ces imbéciles qui ne font que dans la critique, qu’ils restent chez eux, personne ne les regrette.

Nous sommes arrivés la veille, moi parce je fais partie du staff AMC et que je me dois de donner un coup de main au montage des infrastructures, Cathy et Patoche par choix de ne pas avoir a se lever trop tôt le lendemain. Nous avons été rejoints par Manu Gautheron qui fera équipe avec Cathy et par Fred Chassy (M. ponton) et David Pinto (le roi du crank) qui partageront le repas du soir avec nous après avoir sondé un peu le lac.

Cette soirée a été l’occasion pour nous tous de porter un toast à l’équipage des Carnapéro qui aurait du être là ce soir avec nous. Nous avons pensé très fort à notre copain Dom qui s’est éteint voilà une semaine et a son coéquipier Dom2 absent.

Nous avions loué un chalet au camping (qui a changé de gérant, celui-là aime les pêcheurs) et nous avons sagement limité l’apéro afin d’être un peu plus frais le matin. C’est donc presque en forme que je me lèverai à 05h30 pour mettre à l’eau une heure plus tard.

Photos Fred et manu:

Nous étions donc 336 participants, quelques-uns dans de superbes bass boats et d’autres dans des coquilles de noix, tous prêts à s’affronter amicalement. Le temps annoncé était superbe, pour une fois le Morvan nous aura épargné sa pluie légendaire et ses gelées matinales. L’Efferalgan ayant fait effet c’est en forme que nous attaquions cette compétition.

C’est bien la première fois que depuis 2011 où ce concours a lieu au Settons que les mises à l’eau se sont déroulées aussi vite. Les 168 embarcations étaient guidées par les commissaires et prises en charge rapidement, ainsi pas de remorque tampon sur les mises à l’eau et une rapidité qui m’a laissé pantois.

 

Au moment du briefing, encore 5 équipes en retard, comme tous les ans puis une fois les consignes passées tout le monde a mis à l’eau en attendant le coup de corne libérateur de 09h00 qui allait lancer les hostilités. Et c’est parti !! Je prendrai la direction du spot choisi après mûre réflexion la veille. Je n’étais pas le seul puisqu’au bas mot une dizaine de barques avaient eu la même idée mais j’ai pu me glisser pile poil sur mon point GPS annonçant une cassure au niveau d’une pointe, un poste idéal pour le carnassier.

 

Il n’aura pas fallu 10 lancers à Patoche avec un crank pour atteler sa première perche alors que je préparais mes lignes. Tout autour de nous nous voyions plier du carbone et je priais pour que le brochet du secteur ne se fasse pas piquer par d’autres. J’apprendrai ensuite que nos voisins l’auront loupé alors que nous pêchions la même zone. Il était là et aurait pu nous classer dans le top ten ! Mais les dieux de la pêche en ont décidé autrement.

Nous prendrons 4 perches de plus de 20 cm sur ce poste avant que mon intuition ne me fasse changer mon crank de 55 mm pour une lame de 45 mm. Bonne intuition puisque après quelques lancers c’est une belle perche mesurée à 34 cm qui montera à l’épuisette. A ce moment-là j’y crois très fort d’autant qu’autour de nous ce sont des petites perches qui se font prendre.

Avec Patoche nous alternons alors drop shot, crank, lames, tailspins et shad en linéaire mais c’est le crank qui se démarque le plus à ce moment-là.
Vers midi après avoir enchaîné 7 perches et deux décrochées nous nous mettons en mode pause afin de déguster un bon apéro crée en 1932, suivi d’un casse-croûte arrosé d’un bon crû de Bourgogne.

Nous sommes allés faire mesurer nos prises après le repas puis la question de la tactique à mettre en œuvre pour l’après midi s’est posée. Quelques coups de fils a des équipes amies m’apprendront que beaucoup ont rentré un quota perche, il aurait été logique de chercher le brochet en power fishing mais à ce moment je restai persuadé que le brochet de notre poste était encore une option possible, malheureusement il avait été piqué et avait coupé le bas de ligne de nos voisins de bon matin. J’apprendrai à la buvette cette anecdote de la bouche même des concernés qui ne voulaient pas rameuter toutes les équipes du coin et qui sont restés très discret durant la journée. Puis, j’apprendrai aussi que ce brochet du coin mesurait 77 cm car il avait été pris par une autre équipe il y a deux semaines sur ce poste. Je trouvais bizarre que nous étions plusieurs bateaux à insister lourdement sur ce coin !!

 

Bref, vers 14h00, constatant que ça sentait le roussi sur le poste j’essayais plus profond, plus au large mais mauvais choix car aucune touche à l’horizon.
A 15h00 je décidais de tenter le tout pour le tout sur une autre pointe qui nous avait fait terminer 3ᵉˢ en 2011 mais arrivé à proximité il y avait trop de monde, je bifurquai alors sur un waypoint m’annonçant un tas de cailloux dans 6m au milieu de nulle part.

Je me plaçais à 20 m et montait un tail spin que j’animai en traction. Au premier passage, une touche loupée puis deux minutes plus tard ce fut une perche maillée suivie de deux autres en moins de 10 minutes. Bien entendu le coin fut éventé et je repliais à 15h30 pour faire mesurer et gagner quelques points sur notre quota perches.

 

Nous pêcherons encore le dernier quart d’heure sur le poste du matin, désormais déserté, en espérant mais il avait été tellement poncé qu’il en était lisse de poissons ! Retour au coup de corne où après avoir beaché la Quatre et remis ma feuille de match, j’apprendrai peu après que nous finissons 24ᵉˢ avec 10 perches prises dont seulement les cinq plus grosses comptent.

 

Alors que Patoche affiche un sourire des grands jours, je me dis que nous aurions quand même pu faire mieux, ce sera donc pour une prochaine fois.
Cathy et Manu terminent à la 140ᵉ place avec une perche maillée, Fred et David à la 68ᵉ place avec 4 perches.

Félicitations aux frères Jammot qui remportent cet open pour la seconde fois.

 

514 perches de plus de 20 cm, 11 brochets et 9 sandres ont été validées par les commissaires et dire que certains, qui n’ont pas participé à l’open, disaient qu’il n’y avait plus rien dans ce lac ! Les perches semblent s’être réveillées et ceci augure une belle fin de saison.

Je n’ai plus qu’à attendre le prochain deuxième samedi de septembre en 2019.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Association Morvan Carnassiers, Compétition. Bookmark the permalink.

Comments are closed.