Les nouveautés Navicom 2013
avatar

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore Navicom, il s’agit d’une entreprise française distribuant de l’électronique marine. Navicom distribue entre autres deux marques très célèbres dans le petit monde des pêcheurs : Humminbird pour les sondeurs et Minn Kota pour les moteurs.

Ceux qui ont eu la possibilité de se déplacer au salon de Clermont ou sur celui de Nantes ont ainsi pu découvrir de visu les nouveautés que propose ce distributeur. Voyons ensemble de quoi il s’agit.

Commençons avec les moteurs Minn Kota.

Si aux Etats Unis, Minn Kota fait jeu égal avec son concurrent, en France on peut parler d’hégémonie de la marque tout simplement  parce que notre façon de pêcher n’est pas la même. Motor Guide est leader en moteurs avant commandés par pédale à câble  alors que Minn Kota a réussi à faire s’installer la technologie de pointe dans ses produits.

Cette entreprise qui a démarré en 1934 a choisi ce nom étrange car son usine était située à la limite des états du Minnesota (rappelez-vous Wallnut Grove, patelin de Charles Ingalls) et du Dakota (état où est mort le vrai  Charles Ingalls!).  Minn Kota n’est donc que l’abréviation de Minnesota Dakota et non un obscur nom Ouzbek ou Chinois de la province du Wang Xuy.

 

Au fil des ans Minn Kota a su s’imposer dans le monde avec des produits innovants : arbre en composite, Co Pilot, Auto Pilot et dernièrement le I Pilot en 2010. Pour 2012 l’évolution principale de la marque est le I Pilot Link que je vous ai déjà présenté dans un article précédent, relire l’article.

 

Mais Minn Kota c’est aussi la gamme des moteurs endura, ces moteurs arrières très robustes qui équipent nombre de bateaux. Ce sont aussi les propulseurs E-Drive ou Vantage devenu indispensable dans les grands plans d’eau où seul l’électrique est toléré et bien que cela me désole, on s’approche à grands pas d’une interdiction du thermique dans pas mal de lacs.

Là où Minn Kota est loin devant les autres c’est avec les moteurs avant. Le power drive équipe nombre de barques et permet une navigation au poil, il équipe d’ailleurs  mon Esoxiste II.

L’autre modèle fleuron de la gamme est le Terrova dont je viens de m’équiper et que je vous présenterai en détail dans un prochain article.

 

Humminbird est elle aussi une marque innovante. Leader français des sondeurs, combi GPS et autres, elle a en peu d’années révolutionné la pêche.

L’arrivée du Side Imaging puis du Dow Imaging a donné une nouvelle impulsion à la prospection des lacs et fleuves pour la pêche. Désormais tous ceux qui n’en sont pas encore équipés rêvent d’avoir un de ces sondeurs. Justement, à ce propos, Navicom propose de reprendre votre ancien sondeur pour vous équiper à neuf, rendez vous sur le site Navicom ou chez votre détaillant.

 

La lecture du side demandant un temps d’adaptation, et n’étant utile qu’en prospection, Humminbird a eu l’idée de s’inspirer d’une vue radar qui balaye tout l’horizon autour de soi pour donner une image plus « spatiale », tout du moins qui situe mieux le pêcheur dans son environnement. Ainsi est né le 360 imaging dont vous avez pu voir les publicités dans les magazines ou en vidéo. En voici une pour vous faire rêver.

Certes cet équipement demande un bel investissement et un bateau capable de supporter le bras de commande de la sonde tournante néanmoins, les ingénieurs d’Humminbird travaillent pour miniaturiser cet équipement  et ainsi pouvoir le rendre amovible. On pourra alors monter ce système sur le coté ou devant sa barque de pêche et le retirer une fois la partie de pêche terminée. Soyez patients, cette nouvelle sonde 360 imaging n’est pas annoncée pour 2014 mais il se pourrait bien qu’en 2015….

 

Humminbird propose aussi des mises en réseau de nos sondeurs car nous sommes de plus en plus à en avoir deux sur le bateau mais aussi pour ceux naviguant en zone dangereuse la possibilité d’installer un véritable radar et de le configurer sur son sondeur, idem pour les infos moteur.

Dernière innovation, le dialogue entre un sondeur Humminbird et un moteur Minn Kota via le IPilot Link qui préfigure ce que sera plus tard la navigation via son sondeur.  On peut désormais quasiment  programmer un cap sur le sondeur et le moteur nous y mène avec le IPilot Link.


 

Prochaine évolution des sondeurs Humminbird, les écrans tactiles que la marque concurrente a sortis cette année et qui devraient arriver l’année prochaine si tout va bien.

 

Imaginons, une mise en réseau totale via Wifi entre son sondeur, son moteur, son ordi et son smartphone…C’est à quoi les ingénieurs de cette marque travaillent, sans doute, car ils ne le disent pas ouvertement, concurrence oblige.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Aménagement de barque, Barque et electronique embarquée, Moteurs et accessoires, Sondeur and tagged , , . Bookmark the permalink.

10 Responses to Les nouveautés Navicom 2013

  1. Les instruments que cite Sylvain dans son article sont ce qui se fait de mieux actuellement, et Sylvain vise l’excellence en tous points, que ce soit pour les agrafes ou les moulinets, il est donc logique qu’il vante les mérites des dernières avancées technologiques.

  2. Nath52 says:

    Heureusement qu’il y a des avancées technologiques, après si on est contre et bien on ne les utilise pas.
    Certes j’avoue être des fois frustré de ne pouvoir me payer un sondeur plus récent, je possède un humminbird 717 depuis 2007,mais c’est la vie…
    En tout cas je ne pourrais plus me passer de mon sondeur.
    C’est sûr le sens de l’eau et le savoir pêcher ne remplaceront jamais les machines mais le sondeur est très utile pour voir les poissons mais aussi la profondeur, les structures,…
    Quand on a goûté à cela on ne peut plus revenir en arrière.
    Je vais tous les jours sur le forum humminbird et je peux vous assurer que ce n’est pas parce que certains ont du matos à plusieurs milliers d’euros qu’il prennent les autres de haut, non au contraire il y a une vraie entraide entre les membres et pas de préjugés!!!
    Merci pour ton article Sylvain!!!

  3. Jean-Paul Charles says:

    C’est vrai que la réflexion de carnphil est fondée: il y a une sorte de pêche à deux vitesses en France, celle des passionnés férus de technique et celle des amateurs qui veulent juste pêcher correctement, dans l’air du temps, sans trop se ruiner. Personnellement, je suis entre les deux :mrgreen: ! La ruine arrive inévitablement au bout du compte, mais je pense qu’il faut bien faire la part des choses: Les instruments que cite Sylvain dans son article sont ce qui se fait de mieux actuellement, et Sylvain vise l’excellence en tous points, que ce soit pour les agrafes ou les moulinets, il est donc logique qu’il vante les mérites des dernières avancées technologiques ( peut être pas si au point que cela ;-)) , sans pour autant porter jugement sur ceux qui pratiquent « à l’ancienne », c’est à dire il-y-a moins de 10 ans, car tout évolue très vite. La crise nous freine tous, elle exacerbe aussi le sentiment d’inégalité, et c’est dommage, car ceux qui ont la chance de s’offrir ces merveilles technologiques ont le mérite de partager avec les autres leurs expériences, bonnes ou mauvaises. Cette notion de partage est essentielle, sinon Sylvain ne serait qu’un frimeur bavard!
    Ce n’est pas le matos qui fait le pêcheur, mais le pêcheur qui fait le matos…

    • Merci de ton soutien et je rajouterai, pour paraphraser Dominique Chapatte (Turbo M6) « Pourquoi on ne vous présente que des voitures de rêve….Regardriez vous cette émission si on parlait tout le temps de votre 205 diesel ? »

  4. carnphil says:

    Je crains que le fossé ne se creuse toujours plus entre la pêche de loisir et les semi professionnelles. Cela laisse présager de belle prise de tête.
    A+

    • Pourquoi n’y a t’il que dans la pêche que certains pratiquants soient rétifs aux avancées technologiques. Vous avez surement une télé écran plat, une voiture avec la fermeture centralisée, un smartphone peut être ? Est ce que cela vous rend plus mauvais, plus critiquable que celui qui n’a pas de télé, roule en 4L et refuse d’avoir un portable ? Un de mes copains à une grosse moto, une voiture de sport, je ne le critique pas, s’il peut se l’offrir tant mieux moi je prends un crédit mais pour des équipements pêche high tech.
      Que ceux qui veulent continuer de pêcher avec des gaules en bambou le fassent mais qu’ils ne critiquent pas les autres qui ne prennent guère plus de poisson mais ont une approche différente et plus ludiquement sportive de la pêche. D’ailleurs par extension, si j’existe sur le net c’est bien à cause de cette forme de pêche, sinon il n’y aurait pas de sites, de blogs où on apprend beaucoup en temps réel !!! 😉

      • Nico says:

        Je crois pas que ce soit une réticence absolue des avancées technologiques mais pour le mec qui connait la pêche, pas besoin de tout ce matos onéreux pour s’amuser! Cela dit la technologie c’est bien, il en faut sinon comme dit Sylvain on serait encore aux cannes en bambou…
        Tiens tant que j’y pense voilà le lien d’un film qui m’a bien fait marrer ou on retrouve cette espèce de rivalité amateur/pro…
        http://streamay.com/309-les-appgts-du-gain.html

      • carnphil says:

        C’était juste une réflexion à chaud, en aucun cas je ne jette la pierre, je serais bien mal placé pour le faire.
        Je tente de m’investir dans une AAPPMA local et j’essaie de défendre la pêche moderne, parfois assistée des dernières technologies, comme tu la pratiques.

  5. Lavarenne says:

    Que du bon matériel et avec de plus en plus de « technologie embarquée » nos « boats » n’auront plus rien à envier aux chaluts et autres croiseurs de haute mer 😆