Le scandale des pêches aux filets pour les inventaires piscicoles en plein mois d’août
avatar

Dernièrement, l’agence de l’ Eau Loire Bretagne, cet organisme omniscient, omnipotent, omni tout en ce qui concerne l’eau, a averti la fédération de pêche de Saône et Loire qu’elle avait décidé d’un inventaire piscicole dans un petit lac de barrage de la région autunoise : Le barrage du pont du Roi.

Situé sur les commune de Saint Emiland et Tintry (71), ce lac de 68 ha est assez récent puisque le barrage a été construit vers 1957 et selon les locaux, personne ne se souvient de l’avoir vu vidé.

Ce lac est autorisé à la pêche et géré par la fédération 71, la pêche en barque y est interdite à mon grand dam pour cause de réserve d’eau potable.

A priori un lac oublié car paumé en pleine nature, fréquenté par quelques amoureux des sites sauvages où il faut crapahuter avant de pouvoir poser ses cannes. Oublié, certes mais pas de l’Agence de l’ eau Loire Bretagne.

Si la cohérence d’un tel établissement ne me choque pas tant qu’elle s’occupe des fleuves et des rivières, que vient faire cette structure dans nos lacs ? Pourquoi vouloir faire un inventaire piscicole qu’aucun pêcheur ni élu de la pêche ne désire ? C’est encore l’un des mystères du comportement de cette agence qui vit entre autres de nos subsides via notre CPMA.

Jean Louis Gabriel

Cette Agence basée à Orléans a donc décidé de s’intéresser à un petit lac de barrage de 70 ha comme il en existe beaucoup dans la région, pourquoi ? C’est un mystère et Jean Louis Gabriel, le président de l’ UGAPM (AAPPMA d’ AUTUN) s’en est interrogé dans la presse locale. Il a envoyé un mail à cette agence où on lui a répondu que s’il désirait que son courrier soit pris en compte, il fallait qu’il leur parvienne par voie postale et non par mail, encore une preuve d’un certain archaïsme qui semble régner dans cette administration.

Le projet proposé par la société Asconit Consultants qui semble avoir remporté l’appel d’offre de l’ agence de l’eau, et basée à Combronde (63) fait appel à 19 filets maillants disposés en fin de journée et récupérés le matin durant trois jours et cela dans le mois d’ août.

Voici les spécifications techniques de cette étude à venir :

La surface retenue pour la pêche sera de 45 ha et la profondeur max de 24m. 16 filets benthiques comptant des mailles de 12 dimensions différentes de 5 à 55 mm disposés de façon aléatoire avant la pêche sur les zones littorales ou benthiques.

3 filets pélagiques (de profondeur) de mailles identiques (sauf la 5mm) seront tendus dans la zone de profondeur maximale.

Cette pose de filets se ferait les 11,12 et 13 août prochains.

Selon Asconit Consultants, les poissons capturés seront envoyés à l’équarrissage ou remis aux propriétaires/détenteurs des droits de pêche. C’est surtout cette dernière ligne qui fait bondir les pêcheurs du crû. Une grande quantité de poissons iront droit à la poubelle car pris une nuit d’août, on doute de leur fraîcheur le lendemain pour être distribués à la fédération 71 qui n’a pas que ça à faire !

Et ensuite, Asconit s’en ira, l’Agence machin ne communiquera que quelques mois plus tard sur cette analyse et le coût de rapière dans le cheptel piscicole passera aux oubliettes administratives.

De qui se moque t’on ? Ce sont les pêcheurs qui entretiennent ce plan d’eau, qui gèrent la population piscicole avec leurs propres deniers et là on prends, on jette à la poubelle et tchao les copains !!!


La colère gronde sur le secteur, elle gronde si fort que le président autunois a fort à faire à calmer les plus vindicatifs qui déclarent ouvertement s’occuper de ces filets après leur pose.

Cette pêche entraînera une forte mortalité de poissons dont des variétés à fort impact halieutique et pour quoi faire ? On se le demande. Si l’ Agence de l’ Eau Loire Bretagne veut en savoir plus sur l’analyse de l’eau, elle peut le demander au SMEMAC (Syndicat Mixte de l’ Eau Morvan Autunois Couchois) et à l’exploitant (Véolia), s’ils veulent en savoir plus sur la population piscicole, ils peuvent demander à la fédération 71.

Et pour poser des filets, il faut des bateaux à moteur, donc c’est interdit sur ce lac pour les imbéciles de pêcheurs mais autorisés pour l’agence de l’eau ? C’est pas du foutage de gueule ça ?

En tant que pêcheur, je me demande vraiment si on nous prendrait pas pour des jambons beurres. Remontons nos mailles, fixons des quotas, bossons contre les pollutions, aménageons des frayères, en gros démerdons nous pour que nos milieux aquatiques soient meilleurs d’années en années et fermons là lorsque qu’une administration décide de sacrifier un cheptel piscicole pour une pseudo étude qui ne servira à rien !

Gardez la pêche, et si une manif est organisée contre cette pêche aux filets maillants, je m’en ferai bien entendu l’écho !

 

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule. Bookmark the permalink.

Comments are closed.