Le retour du saumon en Centre Est France, espoir ou gabegie ?
avatar

Notre journal local, le journal de Saône et Loire s’extasiait dernièrement  sur l’information fournie par le LOGRAMI (association Loire Grand Migrateurs) , six saumons ont été comptés cette année à la station de comptage de Geugnon (71) contre un l’année dernière et zéro en 2010. Houaaaahhhh !

 

Petite mise au point : Geugnon est une ville sur le cours de l’Arroux, rivière de seconde catégorie qui se jette dans la Loire à Digoin (71).  L’Arroux prends sa source en Côte d’Or mais toute remontée de migrateurs est impossible jusqu’à Autun (71) où se dresse un barrage d’agrément, j’insiste sur le terme utilisé. Barrage qui bloque toutes remontées de migrateurs vers des affluents propices à la reproduction et qui aurait du être démoli depuis de nombreuse années si quelqu’un avait eu le courage de faire appliquer la règlementation.

 

Donc au lieu de prendre le problème à l’endroit : Effacement du barrage, interdiction de la pêche pro du saumon dans et à  proximité des estuaires, on déverse à grand renfort d’argent public des centaines  de tacons  dans un affluent situé au dessus du barrage, le Ternin, rivière que je connais bien.

 Ces tacons, bien gras, qui rentrent en concurrence alimentaire avec la truite autochtone  sur ces rivières acides donc peu propices à une croissance rapide, dévalent au bout d’un ou deux ans, passent ce barrage à la faveur d’une crue et vont nourrir les pêcheurs professionnels et les cormorans.

 

Alors on s’extasie que tout ce pognon lâché depuis plus de dix ans fasse remonter six saumons à la passe de poissons de Gueugnon pour que ces beaux poissons se retrouvent bloqués au pied d’un barrage infranchissable.

 Ça me fait penser au genre de type de qui achèterait une voiture, construirait un garage, achèterait des équipements autos avant même d’avoir son permis.

 Pour que cette opération ait la moindre chance de réussir, il conviendrai avant tout de s’assurer que la rivière peut accepter ce poisson et que ce poisson puisse accepter cette rivière. Historiquement le saumon était présent par le passé sur la région autunoise mais il n’était pas bloqué par les barrages. Alors effacer celui d’AUTUN ne serait qu’un retour aux sources (au sens propre comme au figuré), certes en été l’entrée de la ville deviendrait moins jolie avec un Arroux de 10m de large contre 30 actuellement mais faut il que des considérations esthétiques priment sur la reproduction du saumon ?

En plus de 20 ans, les différents intervenants sur le sujet à propos de ce barrage ont fait montre d’une incompétence incroyable alors permettez moi de râler si dans mes impôts, une partie sert à relâcher des tacons qui ne reviendront jamais en tant que saumons.

 Reste que ce fameux barrage de Saint Andoche à AUTUN n’est pas le seul puisque plusieurs autres plus petits existent sur le cours des affluents dont celui où est relâché les tacons.

 Donc, à titre personnel, si je salue cette remontée de six saumons, je ne m’extasie pas sachant que ça n’ira pas plus loin que ça. C’est bien dommage de jeter l’argent par les fenêtres.

 Gardez la pêche.

 

 

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule. Bookmark the permalink.

Comments are closed.