Le retour de la cuiller

cuiller MEPPS AGLIA (doc fabricant)

La cuiller, de leurre magique du débutant au pêcheur expert ! Délaissée ces dernières années par une majorité de leurristes qui ont trouvé dans la collectionnite de poissons nageurs une nouvelle vocation, la cuiller prépare doucement son retour sur le devant de la scène.

Certes, elle n’a jamais été oubliée comme la lame vibrante le fut avant son fracassant retour, mais elle s’éteignait doucement, victime du manque d’innovation, victime du désintérêt des fabricants.

 

 

 

Ma première cuiller fut une Agglia MEPPS dorée en taille n°2, je l’avais trouvée dans les affaires de mon grand père lorsque le virus de la pêche m’a pris vers les 12/12 ans.

Je m’en rappelle encore, elle trônait dans une boite à cigare en ferraille, accompagnée d’un devon et  d’une autre Agglia mais argentée et en taille 1. Le devon en photo ci contre est l’original mais pas la cuiller.

A cette époque, point n’était besoin d’avoir 100 leurres dans une boites, en premier lieu ils étaient chers et la mentalité d’alors voulait qu’on aille à l’essentiel avant tout.

 

 

L’Aglia (nom latin du papillon) fut inventée en 1938 par M. André Meulnart qui créa sa société pour l’occasion: MEPPS, Manufacture d’Engins de Précision pour la Pêche Sportive.

MEPPS connu le succès a partir des années 50 quand des américains ramenèrent au pays ce french lure qui prenait tant de poisson. Désormais MEPPS est une société américaine et le nombre de cuillers vendues avoisinne les 500 millions.

Cette Aglia dans cette boite, je l’ai chapardée à mon pépé qui ne pêchait plus depuis longtemps au lancer, il préférait taquiner les truites et les chevesnes à la canne en bambou de 6m. Avec moi, elle a vécu quelques semaines  avant de finir plantée au milieu de la rivière Arroux qui serpente au pied d’ AUTUN.

Elle a pris un magnifique poisson un jour dans cette même rivière. Une truite fario de 50 cm prise par mon copain Franck. J’avais quelques cuillers neuves et je lui ai prété ma vieille Aglia, celle de pépé. Il m’a pris cette truite sous le nez avec, un excellent souvenir.

 

Cuillers ondulantes MEPPS SYCLOPS (doc fabricant)

Les cuillers ont garni ma boite de pêche durant de longues années. Arrivé à l’age adulte lorsque j’ai eu 4 sous pour me payer mon premier poisson nageur, j’ai continué à utiliser mes cuillers.

J’avais des Aglia, des Comets, des Lusox et des Cyclops. Il faut dire qu’à l’époque (le début des années 80, on ne trouvait que MEPPS).

Je dois à ces cuillers de nombreuses prises parmi lesquelles de belles truites, des perches, des brochets….

Désormais je les ai mis à la retraite mais il m’arrive encore de les utiliser à la truite ou pour taquiner les perches en été.

 

Comment utiliser une cuiller:

Et bien tout simplement, sans aucune animation. On lance, on ramène et c’est tout. Et l’on oublie pas d’insérer un émerillon au lieu de l’agrafe car il n’y a rien de pire qui vrille un nylon ou une tresse qu’une cuiller tournante.

Une cuiller se ramène lentement à la limite du décrochage, c’est là qu’elle est la plus efficace en lac et plan d’eau. En rivière, selon que l’on vise la truite ou un autre poisson, des passes rapides le long des bordures ou en travers sont l’animation la plus courante mais n’oubliez pas qu’un poisson ne courra pas derrière une cuiller qui passe à 100 à l’heure.

L’Aglia possède une palette qui tourne à 60° autour de son axe, elle papillonne beaucoup et ses reflets attirent le carnassier. Les autres modèles tournent plus près de l’axe, Comet, Raimbo et Lusox en gros modèles tirent moins sur la canne que les Aglia.

Pour les ondulantes, l’animation est inutile mais quelquefois arrêter de mouliner pour la faire descendre en feuille morte peut décider un carnassier, à essayer un jour.

L’inconvénient de la cuiller  c’est sa propension à s’accrocher aux branches, aux rochers en plus de la gueule des poissons. Contre ça, rien à faire sinon connaître son lieu de pêche et utiliser la bonne cuiller en fonction de la configuration des lieux.

En eaux calmes, l’Aglia et toutes palettes rondes en général conviennent bien. En rivière rapide  ou pour pêcher très creux en lacs les palettes feuilles de saule qui tirent moins  sur la canne sont à privilégier. Ceci n’est qu’une indication sommaire de la technique et j’utilise des palettes rondes en rivière.

 

Quelle couleur ?

MEPPS AGLIA point rouge, une légende

Pour les truites de bassine en début de saison, je les cherche à l’Aglia jaune fluo ou à la fire tiger. Pour les sauvages je reste classique avec le coloris argent ou or et quelquefois les points rouges.

En été, lors de l’étiage j’aime bien la noire à points jaunes qui fonctionne bien sur les chevesnes aussi.

Pour les perches, couleurs avec du rouge et un pompon en toutes saisons.

Le brochet aime tout mais chez nous, il a un faible pour l’orange et le jaune fluo, à tester. Ma cuiller ondulante préférée pour le brochet est d’ailleurs une Syclops en orange fluo.

 

 

Quelle taille ?

Pour la truite, dans la plupart des cas passez à la taille 1 ou 2 en début de saison puis descendez à la taille 0 et 00 pour l’été. Chez nous (dans le Morvan) la taille des truites n’est jamais très importante c’est pour cela que j’attaque dès l’ouverture en taille 1 maximum.

Pour la perche, j’apprécie la taille 1 surtout  pour la Raimbo a palette rouge irisée, il suffit de rajouter une chevrotine 20 cm devant pour pêcher et plus loin et plus creux. Sinon elles adorent aussi l’Aglia en fire tiger. Les grosses perches de lacs apprécient les belles cuillers, essayez la taille 2 et 3.

Le brochet: Je le pêche à la Lusox taille 3 ou à la Syclops taille 2 et 3. Il aime bien les effets de descente et apprécie les animations lentes.

Le sandre: accidentel à la cuiller il y mord pourtant, je l’ai constaté de visu avec une taille 2 au fond du gosier.

Vous prendrez aussi des chevesnes, des rotengles, des chats, des silures, j’ai même pris une carpe à l’ondulante….

 

la Vibrax de Blue Fox

Les marques connues:

Derrière MEPPS, on trouve la célèbre marque Suissex avec pas mal de modèles, Grauvell, Panther Martin, Dam et  Smith, la célèbre Vibrax de Blue Fox…..Et des saloperies chinoises qui ne tournent pas dans l’eau.

Toutes ces cuillers ont pris, prennent et prendront du poisson. Elles ne valent pas cher, en moyenne 2 euros pour une tournante en taille normale. Imaginez, pour le prix d’un poisson nageur vous aurez 7 cuillers, de quoi voir venir et s’adapter en fonction des postes.

 

 

 

Pour les stocker, j’ai trouvé une vielle trousse à  couture dans laquelle j’ai enfoncé en force de la mousse prise sur un tapis de souris. C’est idéal pour ranger et balader ses cuillers sans s’énerver à démêler les triples.

La mode du poisson nageur et du leurre souple atteint désormais son apogée. Les augmentations régulière des poissons nageurs ont fait grimper en dix ans leurs prix de 10 à 15 euros en moyenne et leur efficacité à coté d’une cuiller n’est pas super flagrante.

 

La cuiller revient je vous le dit, la pêche n’est qu’un éternel recommencement et ce leurre historique oublié de nos fabricants innovants va revenir sur le devant de la scène lorsque les compétiteurs, après le plomb palette et ces anciennes techniques, la redécouvriront.

Pour l’heure elle domine  toujours la  première catégorie et ses cours d’eau rapides mais elle pourrait bien reconquérir la place que lui a ravie le poisson nageur en seconde catégorie.

Une revanche de la France en quelques sorte…

Gardez la pêche

[subscribe2]

 

 

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Leurres carnassiers, leurres durs - Poissons nageurs, Techniques classiques and tagged , . Bookmark the permalink.

28 Responses to Le retour de la cuiller

  1. frederic says:

    bonjour a tous,
    je viens de découvrir se petit reportage sur la cuiller ford interessant et qui rappel comme pour beaucoup des souvenirs.
    moi qui souhaite me mettre a l’ondulante en se milieu d’annee 2013, j’ai beaucoup de mal a trouver des reportages intéressants.
    Polo peux tu me donner un lien sur ton expérience de l’ondulante et son maniement?
    merci a toi et merci une fois de plus pour se reportage sur la cuiller

  2. Octave Gilles says:

    Selon moi, à la pêche aux leurres, la confiance dans le matériel utilisé est la chose la plus essentielle à maîtriser dans un premier temps, et en cela la cuiller tournante constitue un excellent exercice.
    En effet, quand on se retrouve avec cet « engin » entre les mains pour la première foi, il est difficile de croire que cela puisse réellement prendre du poisson…et pourtant ! J’ai personnellement passé plusieurs étés à « tremper » des cuillers sans conviction et sans enregistrer une seule prise, jusqu’au jours (béni) ou je pris mon premier poisson, un chevesne.
    Je pense que tout novice qui souhaite s’adonner à la pêche aux leurres devrait commencer par la.

  3. ALMUNIA says:

    Bonjour, je voudrais savoir si vous descendez jusqu’au 12 centième pour les pêches difficiles en été ou si c’est une trop grosse prise de risque?

    • Bonjour, tout dépends des truites visées, en petite rivière du 12 cts est un choix cohérent mais tout dépends des rivières et de la taille des truites accueillies.
      Par contre avec du 12, règlage du frein au top avec moulinet au top sinon je préfère un Nanofil ou une tresse 6 ou 8 cts.

  4. ALMUNIA says:

    Bonjour et merci pour votre article, est ce que vous pensez que la cuillère est un leurre qui peut encore faire l’objet d’innovations?

    • Pourquoi pas, l’esprit humain n’a pas de limites mais je pense que le plus gros a déja été inventé

      • ALMUNIA says:

        C’est vrai que les poisson nageurs agissent comme de véritables tentations à l’achat, j’en ai perdu un dernièrement à plus de huit euros l’unité et j’ai du traverser l’eau glacée de la rivière pour en récupérer un autre (même tarif)ils sont super sympa à voir nager mais ça fait trop mal au moral et au portefeuille quand j’en perd un.Comme en opêche aux leurres on est tout le temps en prise de risque, je me demandais si on pouvait pêcher exclusivement à la cuiller sans que les pn nous manquent plus que ça….. 🙄

  5. Hervé says:

    voila celle que je recherche mais en colori argenté avec le meme rouge que cette dorée en taille 2 , merci :

    [URL=http://imageshack.us/photo/my-images/215/cybeles.jpg/][IMG]http://img215.imageshack.us/img215/6044/cybeles.th.jpg[/IMG][/URL]

  6. Hervé says:

    Bonsoir Sylvain , ton article est très interessant ! Personnellement je suis un fanatique de la peche de la perche , mon record perso est de 56 cm il y a trois ans au spinner en casting dans l Arroux ! De ce fait je la peche beaucoup aux poissons nageurs car j en ai beaucoup , j adore les pechers aux sammy quand les années le permettent et je peche principalement a la cuiller n 1 , j ai une grande trousse un peu comme la tienne remplie d une multitude de modele et j ai quasiment tous les coloris , je les ai toutes en double en cas d une perte , j ai constaté d année en année que certains modeles et surtout couleurs étaient plus prenantes que d autres , des mes premiers pas au bord de l eau j essaie tous mes coloris et une fois la bonne trouvée je reste sur celle ci tout au long de l année ! Je peche la truite de bassine a l ouverture et j ai aussi une banane en plastique (acheté a Hong Kong) ou je loge pas mal de cuiller n 2 , j en ai beaucoup mais moins que pour la perche , je peche aussi avec les marques que tu as cité mais j ai eu de bons résultats il y a plusieurs années avec les cuillers Cybeles ,marque Francaise, qui ne se font plus , j arrive quelques fois a en acheté a des collectionneurs car j avais perdu toutes les miennes , moi je recherche le modele dit « Mane » argenté avec des traits rouges ressemblant au drapeau des kamikazes Japonais , j ai réussis a degoté 25 cybeles en modele vaironnée a un collectionneur mais je ne les utilise peu pour l instant , j y tiens trop ! j ai aussi de cette marque le modele Ultra mais bien moins prenant qu une belle  » Mane  » !
    voila l ami

    • J’espère que ce commentaire te permettra de nouer un contact avec des amateurs de Cybeles, qui sait.
      La cuiller a encore de beaux jours, à Clermont elle était encore bien présente surtout sur les stands allemands.

      • Hervé says:

        Pour l instant mon porte monnaie est pas lourd donc j ai pas été voir sur le bon coin , e bay , je m inquiete avec l ouverture du mag de Seb , tous les salons et celui qui m intéresse est celui de Montlucon car je peche la carpe 50% de mon temps ! Bref encore des frais lol !

        il n y a rien de mieux de des ferrailles :mrgreen: !

  7. GILLES says:

    superbe article,

    j’ai reconnu une OLYMPIC dorée en numéro 3 sur la photo, pfffut j’achetais ça chez un grossiste/détaillant à ST BERAIN il y a plus de 30 ans … J’aimais bien aussi les CELTA !

    merci à toi

    GILLES

  8. Polo says:

    Salut Sylvain,

    Personnellement je suis devenu un accro de l’ondulante depuis quelques années, je lui dois mes plus belles prises toutes espèces confondues (elle marche aussi sur le sandre). Si ça t’intéresse j’ai écris un article poussé sur le sujet, que je partagerai volontiers avec les autres lecteurs de ton blog.
    Quant à la tournante, c’est le sauve bredouille par excellence, n’ayons pas peur de l’avouer! Je pense que la ferraille a encore de l’avenir, d’ailleurs je constate que les fabricants s’y remettent avec de nouveaux(?) modèles.

    • Bonjour Polo
      Je suis bien entendu interessé pour partager ton article sur l’ondulante, leurre pour lequel j’ai un profond attachement (mon ondulante préférée est le seul leurre « feraille » dans ma boite de poissons nageurs.

      Fais passer ton article, lien vers site ou publication sur celui ci comme tu veux.

      A bientôt

  9. J’ai toujours des tounantes en stock (surtout pour la truite et la perche) et je me suis remis il y a quelques années à l’ondulante que j’adore et qui marche du tonnere!Pour la petite histoire , j’ai croisé cette année deux jeunes pecheurs « modernes » avec du materiel recent , varié et haut de gamme qui apres n’avoir enregistré aucune touche avec des leurres hi-tech terminaient leur partie de pêche avec de bonnes vieilles cuilleres et etaient ravis d’avoir enfin touché du poisson même si c’etait avec ce leurre d’une autre epoque .

  10. jerem72 says:

    La cuillère est un leurre que j’adore en effet cela fais deux ans que j’ai repris la peche et toute l’année dernière je n’ai péché qu’a la cuillère, c’etait mon leurre fétiche parfois je faisait quelques lancé avec un PN et je remettait ma cuillère que je pensai beaucoup plus efficace.
    A Noël de l’année dernière j’ai eu quelques PN 🙂 J’y est pris goût et ai mis la cuillère de coté …
    et bien bilan j’ai attrapé plus de poissons en 2010 exclusivement a la cuillère tournante qu’en 2011 avec mes poissons nageur …

  11. Sheps says:

    Les ondulantes (notamment les MEPPS syclops) sont particulièrement efficaces – selon les tailles : truites, perches, brochets, silures,… (Et même une brème !)

  12. Arno39 says:

    Une valeur sûre …. et indémodable 😎

  13. Nomka says:

    C’est un leurre tellement simple et si peu cher que l’on ce demande si il a une réelle efficasité.

    Merci de remettre les choses à leurs places dans ton article et merci pour les petites références historique j’irai dormir un peu moins bête ce soir :mrgreen: :mrgreen: