Le fluorocarbone c’est quoi ?
avatar

Révolution dans le domaine des bas de lignes carnassiers, le fluorocarbone ou polyfluorure de vinylidène a fait son apparition sur le marché français il y a moins de 10 ans. Appelé aussi PVDF pour Poly Vinyli Dène fluoride (version anglosaxonne), il a de nombreux avantages par rapport à la tresse armée ou à la crinelle gainée kevlar.

Tout d’abord son indice de réfraction de la lumière est de 1,42, celui de l’eau est de 1,33 celui du nylon est de 1,53, ce qui démontre simplement qu’il est moins visible dans l’eau qu’un nylon.

Le fluorcarbone n’absorbe pas l’eau contrairement au nylon dont la résistance diminue au fil du temps passé dans l’eau. Il est parfaitement étanche, mouillé ou sec son action reste toujours identique.

Doc Fabricant

 

Il est plus lourd que l’eau, sa masse volumique est de 1,78g au cm3 (rappel: l’eau est l’étalon, sa masse volumique est de 1g pour 1 cm3), donc il coule. Ce peut être un avantage comme un inconvénient, avantage au leurre souple et inconvénient (dans une moindre mesure) au leurre de surface, par contre gros avantage pour la pêche au vif au posé où il ne risquera pas de s’emmêler avec un vif particulièrement remuant.

Le fluorocarbone est très peu sensible au rayonnement ultra violet, sa résistance ne sera pas affectée par une longue exposition au soleil, contrairement au nylon qui finit littéralement par « cuire » après une longue exposition.

A diamètre égal, il est beaucoup plus résistant à l’abrasion qu’un nylon, donc idéal pour les têtes de ligne, les bas de ligne et les empiles.

Vendu par nos fabricants pour être très souple et sans mémoire, je peux dire d’expérience que c’est tout le contraire, le fluoro est raide et vrille très vite mais ces inconvénients n’éclipsent pas ses nombreux avantages.

 

doc fabricant

Il existe différentes qualités de fluorocarbone, ce qui explique les écarts de prix. Pour commencer on trouve sur le marché du 100 % PVDF ou du nylon coated.

Le pur PVDF  n’est constitué que de fluorocarbone. Un simple fluorocarbone mono extrusion comme un fluoro bas de gamme est efficace mais fragile au nœud, faites l’expérience avec un bas de gamme et avec la référence pour moi du haut de gamme le Parallélium Hyperfluorocarbone. Ce dernier est issu d’une technologie de trois extrusions successives de fluoro qui vont lui donner une souplesse accrue et surtout une résistance qui m’a bluffé. Je n’utilise plus que celui ci désormais.

doc fabricant

Les nylons coated sont un cœur de nylon sur lequel est appliqué une couche de fluoro. Coté discrétion on n’y gagne pas grand chose mais par contre pour la résistance à l’abrasion c’est pas mal, pour la souplesse aussi on y gagne.

 

 

 

 

Le Nylon coated Awa Shima Ion Power, fabriqué sur ce principe est lui aussi bluffant par sa résistance linéaire et sa résistance à l’abrasion, toutes deux dues à un nylon et un fluorocarbone assemblé.

Le fluorocarbone commence désormais à équiper directement les corps de ligne avec quelques marques qui ont mis sur le marché un produit dédié à cet usage. Perso je ne suis pas fan à cause d’une certaine raideur mais ces fluoro se lancent bien et mon coéquipier qui l’utilise ne m’a jamais signalé de soucis.

Le fluoro restera certainement l’innovation marquante de cette dernière décennie, tresse et fluoro équipent désormais 95 % des pêcheurs de carnassiers et les nouveaux fils qui intègrent cette matière (le PVDF) ne cessent d’arriver sur le marché. Qu’est ce qu’ils vont bien nous inventer maintenant ou dans les dix ans à venir?

Gardez la pêche.

[subscribe2]

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Equipement du pêcheur, Fils, tresses et fluoros and tagged . Bookmark the permalink.

10 Responses to Le fluorocarbone c’est quoi ?

  1. Quaggiotto Sébastien says:

    Bonjour
    après avoir lu les différents commentaire je tiens a dire que selon moi le fluorocarbone n’apporte pas une réel sécurité pour les coupe d’un brochet je me suis fait couper par un gros bec sur un fluoro diamètre 0.90 résistance plus de 30kg.
    Leurre a 30 euros perdu dans la gueule de se magnifique poisson,tampis pour le leurre mais très embeté pour le bec.
    Bref selon moi rien ne vaut un bas de ligne acier ou titane!!!
    Cordialement.

  2. tres intéressante comme article! merci… je vais essayé le fameux fluoro que tu conseilles ainsi que celui de la marque powerline que l’on m »a conseillé.
    Je n’etais pas trop fluoro mais apres avoir fait une cession avec des amis martiniquais venus pour pêcher en Guyane, il est vrai qu’en fleuve ou l’eau etait très clair, leur fluoro a fait la différence sur le nombre de touche et sur la tenue en abrasion après combat sur les t

  3. arno39 says:

    +1 !
    Parallelium.Parallelium et parallelium encore .
    Sans hésitation aucune. A bientôt aux Settons Sylvain : fais gaffe c’est du super parallelium qui prend énormément de poissons … et des gros ! 😀

  4. No gills says:

    Malheureusement, non, le fluorocarbone n’est pas imperméable. Il ne perd pratiquement pas en résistance linéaire une fois trempé, contrairement au nylon, mais il s’étire et reste déformé après étirement quand il s’est gorgé d’eau (test réalisés à sec puis après immersion de 90 et 160 minutes). La déformation passe de 1%-1,5% à sec à 2%-3% trempé. Un nylon étiré reprend sa forme d’origine, mais pas un fluorocarbone. Et ça, à la longue, c’est un vrai problème.

    Concernant la résistance à l’abrasion, le fluoro est effectivement plus résistant, une fois trempé, que le nylon. mais uniquement parce que le nylon perd la moitié de sa résistance à l’abrasion une fois trempé, et pas le fluorocarbone. Nylon sec et fluoro sec ont à peu près la même résistance (seules quelques marques de fluoro sortent du lot, et pas de beaucoup).

    Pour la confection de bas de ligne à brochet, c’est du Hard Mono qu’on utilise, pas du « simple » fluorocarbone, fut-il 100% PVDF. Seul le Hard Mono, et uniquement en (très) gros diamètre, assure une résistance qui reste toute relative.

    Pour finir je voudrais attirer ton attention sur un nouveau produit Asso qui vient de sortir en 2012, le High Stretch. C’est un fluorocarbone, un vrai, pas un hybride, mais avec une élasticité comparable au nylon. Même résistance linéaire à diamètre égal qu’un nylon, comme les meilleurs fluoros actuels, mais sans la raideur qui produit des décrochés à répétition. Bref, l’avantage de plus de discrétion, en pêche linéaire, et un fil coulant, tout en conservant la faculté d’amortir les chocs du nylon. Pas pour toutes les pêches, mais très prometteur…

  5. Jean-Paul Charles says:

    Pour une fois Sylvain, je ne te suis pas vraiment dans ton analyse
    J’ai testé de nombreux fluoros, notamment l’hybrid de parallelium qui est très agréable comme corps de ligne (il fait partie des fluoros « à bobiner »), mais j’avoue que je suis septique sur les deux arguments de vente principaux, à savoir l’invisibilité et la résistance à l’abrasion.
    Je veux bien que l’indice de réfraction des fluoros soit proche de celui de l’eau et que cela améliore la discrétion, mais je pense surtout que ce qui améliore la discrétion d’une ligne c’est sa finesse, et les fluoros à diamètres égaux, font moins bien que les nylons hauts de gamme dans ce domaine, niveau diamètre/résistance, et bien moins encore que les tresses. D’autre part, « l’invisibilité » d’un fil, surtout pour la pêche au lancer, et même dans des eaux cristallines, me semble un facteur secondaire. Pas négligeable, mais secondaire. C’est toujours la même chose: une tresse en12/100° sera toujours plus « invisible » qu’un bas de ligne fluoro de 30/100° parce qu’elle engendrera moins de vibration, et aussi parce que les carnassiers attaquent souvent par réflexe au dernier instant, sans regarder très attentivement ce qu’ils attaquent (heureusement pour nous!) y compris des leurres attachés à des bas de lignes acier assez épais…
    Pour ce qui est de la résistance à l’abrasion, je suis un peu septique aussi… Tu a pu vérifier par toi même que les brochets coupent les fluoros aussi facilement qu’un nylon basique. Je me suis fait couper aussi. Je me suis fait couper avec de la tresse également… A part l’acier, je suis désolé, mais je ne vois pas ce qui résiste aux dents d’Esox!
    Ok, admettons que les fluoros soient moins facilement « éraillés » que les autres fils sur les rochers et autres obstacles, mais où est l’avantage si le bec que l’on vient de ferrer disparaît avec un leurre à 30 € en travers du gosier? Hummm?
    Quant aux qualités de vieillissement, je ne suis pas convaincu non plus: j’ai du abandonner le parallelium au bout de quelques séances, justement à cause des points faibles créés sur la ligne par les divers et inévitables accrochages. Pour le UV je ne sais pas, mais il est clair que les trente mètres de lignes les plus exposée à la lumière blanchissent et deviennent moins solides. Ceci dit, c’est pareil pour le nylon et la tresse : au fond, le fluoro ne fait ni mieux ni pire.
    Ma conclusion est que les nylons Fluorocarbones (je parle des meilleurs, pas des imitations!) ne sont tout simplement pas encore au point, comme ne l’étaient pas les tresses il-y-a 20 ans 😉 ! C’est une avancée un peu trop précoce mais extrêmement bien vendue grâce à un matraquage marketing impressionnant, dont moi aussi je suis la victime…
    Pareil pour le nanofil de Berkley.: c’est pas au point mais on a envie de l’acheter!
    Bref, je pense que les tresses ont toujours une longueur d’avance, et que les nylons ne sont pas morts…

    • Excellente analyse comme toujours, je n’ai pas la prétention de tout savoir, je ne fait que reprendre les infos à dispo des pêcheurs sur les sites divers. Par contre je suis vraiment scotché par le parallélium hyper fluoro que m’a conseillé CH Canto (guide de pêche en finistère) il ne casse pas au noeuds comme les autres et est franchement plus résistant.
      Pour les hybrides, l’Awa Shima garni un moulinet depuis un an et ne faiblit pas. Peut être ne sont ils pas si invisibles mais ils sont pratiques et j’y croit. Perso je n’ai jamais été coupé sur du fluoro de plus de 50 centièmes mais je suis un veinard.
      Pour la discrétion je crois que c’est un élément terminal dans une action de pêche, si le carnassier veut mordre il faut essayer d’être le plus discret possible pour réussir sauf brochet affamé. Avant je pêchais en nylon de 14 centièmes au posé pour les sandres, avec le fluoro je suis monté au 20 centièmes avec les mêmes résultats et oins de frayeur de casse.
      Pour conclure je pense comme toi que les nylons ne sont pas morts (le marketing nous fera le come back) et que les tresses ne sont pas au bout de leur évolution.
      Par contre j’y crois au fluoro et la croyance peut devenir mystique (ou mystic, c’est aussi de la pêche), j’ai eu des résultats avec donc je m’y accroche.
      A bientôt

      • Jean-Paul Charles says:

        Moi aussi j’y crois au fluoro! Enfin surtout en son avenir…
        Je recommande sans réserve le Parallelium Hybrid, qui est vraiment top!
        Mais je recommande surtout la tresse en mode intensif!
        En mer, le fluoro est vachement intéressant aussi!!! Pour toutes les raisons que tu as énumérées..
        C’est une question de dosage!.