Ils vivent dans nos eaux : L’aspe
avatar

Ce nouveau venu dans nos eaux, quoique nouveau venu pas pour tous le monde, commence à faire tourner les têtes des pêcheurs qui délaissent dorénavant leurs spots classiques pour rechercher cette flèche d’argent à la défense incroyable.

L’aspe ce serait pour simplifier un gardon avec une gueule de bar et la défense de ce poisson au bout d’une ligne est à a hauteur de celle du bar.

L’aspe est originaire du bassin du  Danube, il a colonisé le Rhin où il a été » signalé en 1976, c’est ensuite à partir des canaux et de la volonté de certains pêcheurs qu’il s’est retrouvé en Seine et en Loire. On le retrouve aussi dans la Moselle et la Meuse.

En Alsace on le pêche sportivement depuis de nombreuses années et ceux qui ont eu la chance d’avoir ce poisson au bout de leur ligne ne pensent qu’à recommencer.

Image Guilhem Cognet

 

L’ aspe moyen mesure de 40 à 75 cm mais peut atteindre 120 cm pour 12 kg, c’est le seul cyprinidé exclusivement carnivore de notre pays.

On retrouve l’ aspe dans les grandes rivières et les zone dites à barbeaux assez rapides où il aime venir chasser dans les ablettes. Les jeunes vivent en bancs et les plus vieux aspes sont solitaires.

Lors de la période de reproduction les aspes sont capables de migrer sur plusieurs centaines de kilomètres, cette période se déroule d’avril à juin où la ponte se déroule sur un substrat de gravier parcouru par un fort courant.

Image Guilhem Cognet

 

La femelle pond au sol environ de 80 000 à 1 millions d’oeufs selon sa taille et son âge, l’incubation demande entre 10 et 17 jours. Les alevins se nourrissent de plancton puis d’insectes, de larves,  avant de manger les alevins d’autres espèces.

Ce poisson a une durée de vie moyenne de 15 ans, sa croissance est plutôt rapide et sa maturité sexuelle intervient entre 3 et 5 ans pour un poids d’un kilo.

Selon les pêcheurs qui le traquent de plus en plus, l’aspe préfère les zones à l’aval des barrages ou des ponts où l’eau est assez rapide. Les leurres pour le rechercher ne doivent pas être trop gros car ses proies de prédilection sont les ablettes d’une dizaine de centimètres.

Image Guilhem Cognet

 

Point important, l’aspe semble donner toute sa puissance lors du combat et c’est véritablement éreinté qu’il se rendra, il convient de le remettre vite à l’eau car il est alors très fragile.

A l’heure où j’écris ces lignes je n’ai pas encore eu la chance de toucher un de ces poissons mais ça va venir, j’en suis persuadé d’autant qu’il se rapproche chaque année un peu plus près de chez moi.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in ichtyologie. Bookmark the permalink.

Comments are closed.