Les évolutions réglementaires pour 2017 demandées par la fédé 71
avatar

brochet torcy 100814 (10)Ma fédé 71 est à la pointe du combat pour faire évoluer la pêche du carnassier sur le département dont elle en à la charge et elle le prouve une nouvelle fois.

A cet effet, comme chaque année, elle demande aux services préfectoraux quelques mesures afin de faire évoluer la réglementation qui sera édictée par l’ arrêté préfectoral annuel relatif à la pêche.

Voici les mesures, selon moi courageuses, qu’elle a demandé :

  • En premier lieu, elle a sollicité cette évolution réglementaire pour une période cinq ans, donc ne reviendra pas sur ces propositions.
  • Date de fermeture identique du sandre et du brochet au dernier dimanche de janvier.  Dans mon département de Saône et Loire le sandre ferme début mars sous la pression des pêcheurs pro qui officient sur la Seille et sur la Saône. Ce n’est pas tant la pêche du sandre à cette époque qui est gênante car il ne s’est pas encore reproduit mais c’est le fait que les filets tendus par les pros pour attraper les sandres capturent des brochets qui eux sont en train de frayer. Bien qu’ils s’en défendent à grand coups de gros mensonges éhontés, les pros attrapent des brochets qui finissent crevés dans leurs filets ou agonisants si, avec beaucoup de chance, ils ont réussi à survivre.
  • brochets breuil 25051410Pour favoriser la reproduction du brochet, il faut certes interdire sa pêche à cette période mais aussi interdire tout mode de pêche pouvant accidentellement le prendre et le tuer. Décision de bon sens pour moi et pour la très grande majorité des pêcheurs mais qui n’a quasiment aucune chance de passer vu le poids des pros auprès de nos instances administratives.  Mais félicitons quand même la fédé qui continue le combat années après années sans rien lâcher.
  • Pour se plier à la réglementation nationale, alors que le 71 traînait des pieds et faisait partie des 6 derniers départements à ne pas l’ appliquer : Ouverture du brochet au 1er mai, enfin…..
  • Pour préserver la fraye du sandre, demande d’une ouverture différée de celui ci au 3 ème samedi de mai. Une requête logique qui a toutes les chances d’ être acceptée par la DDT.
  • Pour aller plus loin que la réglementation et protéger le brochet : Quota de trois carnassiers mais avec seulement un brochet maximum.
  • Demande que les tailles de capture  du brochet et du sandre soient portées à 60 cm et 50 cm respectivement sur le département de Saône et Loire.
  • Demande de porter un quota fario à 3 truites/jour contre 6 aujourd’hui, tout en laissant le quota salmonidés à 6/jour afin de protéger les farios de nos rivières. Connaissant les pêcheurs de truites des AAPPMA cette demande va faire tousser !!!!
  • Et le gros truc en avance sur son époque, accrochez vous : La black bass en no kill total sur tout le département !!!

bass 38 patoche breuil

 

Ces quelques mesures montrent le courage dont fait preuve cette fédé face à certaines AAPPMA qui ne manqueront pas de faire part de leur désapprobation  lors de l’ AG 2017.  Selon moi ces mesures vont dans le bon sens, un brochet par jour c’est suffisant, on peut même garder si on le veut 3 sandres, il y a de quoi faire pour ceux qui aiment manger du poisson.

Quant au bass, le mettre en no kill est une bonne mesure qui lui permettra de se développer et ainsi de devenir le poisson de sport qu’il pourrait être vraiment sur notre département.

Concernant le point de la fermeture du sandre, peut d’entre nous le pêchent en février au ver et mettre ça en balance avec le fait de faire un croche pied aux pros qui pillent certains secteurs n’est pas pour moi un argument de poids.  Nombre de brochets seront sauvés sur le domaine public, je pense à la Seille en particulier et ils contribueront à faire remonter un peu les effectifs de mon poisson préféré. Les 10 pêcheurs au ver manié pourront profiter de ce mois pour faire autre chose.

Truite Atlantique Salmo Trutta

Truite Atlantique Salmo Trutta

 

Trois truites fario seulement, ça je sens que ça sera dur !! Déjà que dans ma petite AAPPMA la majorité des pêcheurs ne veulent pas de truites arcs en ciel, il faudra leur expliquer qu’on sera obligé de déverser des TAC s’ils veulent en garder 6, sinon ce sera 3.  Voir un pêcheur repartir avec 6 farios sauvages chez moi, c’est du quasiment  jamais vu mais ça existe dans quelques rares endroits et descendre le quota à 3 n’est pas si restrictif que ça, il faudra beaucoup de pédagogie si cette mesure est actée mais je la soutiens.

En références, voici  les articles du code de l’environnement sur les quotas et tailles, concernant les tailles elles « peuvent être portées » à et non « sont portées ». la distinction est subtile car si personne ne le demande le brochet restera à 50 et le sandre à 40, il paraît que certains départements ne demanderont pas ces tailles augmentées.

Félicitation à cette fédé 71 en pointe du combat pour l’avancée de la pêche des carnassiers, il leur reste maintenant à nous créer des mises à l’eau et favoriser le bateau là où il est encore étonnamment interdit.

Gardez la pêche

 

Reférences :  Code de l’ environnement
L’article R. 436-19 est ainsi modifié par Décret n°2016-417 du 7 avril 2016 – art. 16 :
1° Au premier alinéa, après les mots : « porter à », sont insérés les mots : « 0,30 mètre ou » et après les mots : « dans certains cours d’eau » sont ajoutés les mots : « et plans d’eau » ;
2° Après le premier alinéa sont insérées les dispositions suivantes :
« Il peut également, dans les mêmes conditions, porter la taille minimum :
– du brochet à 0,60 mètre, du sandre à 0,50 mètre, du black-bass à 0,40 mètre dans les eaux de la 2e catégorie ;
– de l’ombre commun à 0,35 mètre dans les eaux de la 1re et de la 2e catégorie. »

Ce même décret modifie l’ article R 436-21 :
Après le premier alinéa de l’article R. 436-21, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :
« Dans les eaux classées en 2e catégorie en application du b du 10° de l’article L. 436-5, le nombre de captures autorisé de sandres, brochets et black-bass, par pêcheur de loisir et par jour, est fixé à trois, dont deux brochets maximum. »

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in informations diverses pêche. Bookmark the permalink.

32 Responses to Les évolutions réglementaires pour 2017 demandées par la fédé 71

  1. Vauxrien says:

    Pas d’accord avec toi Sylvain…le brochet en no-kill serait au contraire très très pertinent.
    Je vais prendre en exemple un cas que tu connais très bien:le barrage de Pannecière…
    Retenue qui a été en « no-kill » obligatoire pendant 4 ans pour cause de travaux (pêche interdite)
    En 2015…tout le monde a encore en tête l’ouverture « magique »(ainsi que les mois qui ont suivis),qui a permis à presque tous les pêcheurs présents d’attraper de nombreux brochets de très belle taille(moyenne 75cm environ…ce qui est vraiment exceptionnel,voir même unique en Bourgogne)
    Un an et demi plus tard… (et malgré le quota de trois carnassiers/jour en vigueur depuis l’année dernière),la population de brochets est redevenue… »normale »…c’est à dire extrèmement faible.
    A qui la faute???pas celle des pêcheurs pro(pour une fois),ni de la pollution,mais belle et bien des pêcheurs amateurs.
    Ceux-ci ont été extremement nombreux en 2015,et à raison d’un brochet/jour(pour ceux qui respectaient la règlementation),les populations ont très rapidement déclinés

    Maintenant…si ces brochet avait été protégé par un no-kill total depuis cette fameuse ouverture,les sujets de plus d’un mètre pulluleraient probablement cette année,et les amateurs de belles prises se déplaceraient de très loin pour assouvir leur passion(au lieu d’aller en Irlande ou en Suède)
    Et Pannecière serait devenu un haut lieu de la pêche en France(mais là…je fantasme…malheureusement)

  2. Vauxrien says:

    Dire que mettre le brochet en no-kill ne serait pas pertinent…est vraiment très très discutable Sylvain.
    Je pense que tu as du remarquer que la population de brochets à Pannecière a été fortement diminuée(je dirais même décimée…car le fameux quota des trois prises par jour en vigueur depuis 2015 n’a absolument pas été respectée).
    Certe,il en reste un peu,mais rien de comparable aux populations de 2015,ou on pouvait espèrer attraper plusieurs poissons de 70+ dans la même journée.Aujourd’hui,en attraper un seul est très rare
    Dans ce cas précis,le pêcheur amateur est le seul responsable de cette énorme diminution de cheptel(pas de pêcheur pro à ma connaissance à Pannecière)

  3. Le regulateur says:

    Bonjour sylvain, on va parler des farios sauvages, tu dis que prendre six farios c’est du jamais vu ! Cela m’arrive régulièrement en cours de saison, bien que je garde rarement six truites quand c’est des sauvages (je précise ), les surdensitaires je ne fait pas de prisonniers, je connais certains bons pêcheurs au toc en prendre plus de six et les garder , (bien que ces pêcheurs soient en voie de disparition), certains coins du morvan ont de bonnes populations de salmonides, mais ce sont des truites qui se méritent, après ta sortie tu dors bien le soir! Mais tu connais ça! Allez à plus!

  4. Lesfilmu. says:

    En tout cas, je salue le cadre général et la direction prise, si seulement c’était pareil par chez nous…
    Pour les pros, no comment… certains doivent lire et n’aimeraient pas ma façon de voir les choses…
    Lesfilmu.

  5. Lesfilmu. says:

    Salut,
    Je pense pareil que pyke.nokill.
    Le brochet est endémique ET officiellement classé « vulnérable » quand le Bass est une espèce introduite.
    Laisser prélever le premier et pas le second relève d’un paradoxe qui perso me pose problème.
    Je suis d’accord sur le fait que « çà aille dans le bon sens » mais pour moi, ça serait plutôt de protéger les espèces endémiques ET vulnérables plutôt que d’introduire une espèce exogène qui occupe une partie de sa niche écologique.
    Pour la truite, je suis d’accord, c’est un progrès. On a une telle tradition du pillage de ce poisson en france que même si cette protection est très largement insuffisante, je conçois qu’il faille y aller progressivement.
    Quant à l’interdiction de pratiquer la pêche pendant les périodes de repro, là aussi, c’est une approche qui me parait assez obsolète (je ne parle pas des salmonidés)… çà pénalise bêtement tout en ne réglant pas le problème… ce sont les zones de repro qu’il faut protéger (réserves temporaires), certainement bien plus efficace… (je sais, on va me parler de la police de l’eau, et je suis malheureusement d’accord… mais c’est déjà un problème avec la fermeture telle que pratiquée aujourd’hui).
    L’aveyron pratique comme çà sur certains plans d’eau, pêche ouverte toute l’année avec mise en réserve des frayères, sur des périodes décalés pour coller à chaque espèce. Je n’ai pas l’impression ni que les gens s’en plaignent, ni que les populations dans les lacs concernés en aient subi le moindre déclin…
    Lesfilmu.

    • La Nièvre et en place des réserves sur ses grands lacs mais en Saône et Loire il n’y a pas d’ équivalent, que la Saône, la Seille et une multitude d’étangs où les AAPPMA ne souhaitent peut être pas travailler une journée à poser des bouées.

  6. Newbie34 says:

    Il y a un truc qui revient souvent dans ce type d’article, le black-bass en no-kill. Je pige pas. Ca se mange comme poisson ca ? Je croyais qu’il n’avait qu’un interet sportif ?

  7. Axel says:

    D’autre fédérations départementales vont également aller dans ce sens …
    Il aura fallu du temps pour que enfin la réglementation puisse évoluer.
    Axel

  8. Gael says:

    Bonsoir,
    No kill pour une espèce non native, alors que le brochet classé sur la liste rouge des espèces menacées non. Il y a un raisonnement qui m’échappe…
    Pour le reste, pourquoi pas!

    • Bonjour Gael,
      Vous raisonnez en naturaliste, un pêcheur raisonne en pêche et le bass développera une vision plus sportive, il protège sa fraye, n’a pas besoin de frayères inondables, s’élève bien….Il est certainement l’ avenir de la pêche sportive des carnassiers comme il l’est dans d’autres pays.

      • JACQUES says:

        Il était très présent en Saône et en Seille mais a disparu ou presque, mais pas à cause de la pêche mais plutôt de la pollution et/ou de l’arrivée du sandre, sans oublier le biotope(là les pros n’y sont pour rien)….

      • Lesfilmu says:

        Je dis la même chose, et oui, je résonne en naturaliste. Un naturaliste pêcheur. D’ailleurs, je ne vois aucun incompatibilité entre les deux qualificatifs…
        En restant sur un principe générique, si l’écosystème était favorable au bass, il n’aurait pas besoin d’être « soutenu » il se développerait tout seul.
        Implanter du bass (ou n’importe quelle autre espèce) dans un milieu inadapté et à grand renfort de cotisations prélevées sur les permis, c’est jeter l’argent par les fenêtres.
        Ensuite, ponctuellement, dans certains systèmes et certaines conditions, pourquoi pas. Mais dans ce cas, on l’implante et on laisse faire. Si çà marche pas, çà marche pas.
        Moi je dis que l’avenir de la pêche, c’est les espèces qui arrivent à se développer TOUTES SEULES et surtout, de leur donner les conditions pour le faire.
        C’est pas en alevinant qu’on y arrive, c’est en s’assurant que les frayères… existent… et sont protégées…. pour que le recrutement naturel soit au niveau qu’il doit être, ce qui sera trèèèèèès largement plus efficace de de l’alevinage.
        Je suis un peu « catégorique » dans un post c’est obligé, dans la vie c’est plus « souple » mais le principe devrait être celui-là.
        Lesfilmu.

        • Le système pêche tel qu(‘il est fait en France actuellement fait qu’il faut attirer du monde pour pérenniser le sport pêche. Certes c’est un serpent qui se mort la queue et qui finira etouffé mais c’est ce qui est.
          Oublions le poisson pour ne voir que le coté pêche. Le bass est un poisson de sport, il mord bien, à diverses techniques, il donne des sensations plus puissantes tout en permettant de le pêcher avec du matos normal et pas surdimensionné. C’est à mon avis le poisson qui sauvera notre système si on le développe, et il le fait bien tout seul si personne ne vient le gratter sur les nids pour le manger comme c’est arrivé en Loire l’année dernière pas très loin de chez moi.
          Le sandre se porte très bien, le brochet beaucoup moins et pourtant toutes les AAPPMA qui le peuvent entretiennent des frayères sur mon département et certaines marchent très bien mais les poissons de maille se font rares, pourquoi ? Mystère.
          Si on mise tout sur le brochet, et j’aimerai bien car c’est mon poisson préféré, on va perdre des pêcheurs/cotisations qui par effet mécanique vont entraîner moins de bénévolat, mois d’entretien, moins d’ actions de protection, moins moins et moins. la rivière ou le fleuve deviendront sauvage, c’est chouette mais d’autre piqueront notre place.
          la très grande majorité des pêcheurs, je le vois en AG, ne veulent que prendre du poisson et ils veulent du bass car c’est une mode, vient ensuite la question de l’ AAPPMA, faite pour les pêcheurs ou pour les poissons ?
          On peut protéger le brochet et entre nous mettre un quota à 1 par jour c’est une sacré évolution dans les mentalités, mais il faut aussi diversifier l’offre pêche pour la développer, la bass est déjà là et il ne demande qu’un coup de pouce, le jour où les pêcheurs voudront en manger les AAPPMA et fédés n’auront d’autre choix que d’agréer à leurs demandes.
          Reste une solution ultime, nationaliser la pêche et la laisser gérer à un organisme d’ état comme ç’est fait à l’étranger, là pas de pression des adhérents.

          • Lesfilmu says:

            Salut,
            Bon, je ne pense pas qu’on puisse débattre de ces sujets de fond (et passionnants) sur une page de blog.
            Je serai à Clermont, j’aimerais bien qu’on prévoit se croiser, on a plein de choses à se raconter. Moi c’est plus bière que jaune, mais c’est un détail 😉
            Juste pour dire que je n’ai rien contre la bass (au contraire) mais que penser qu’il va « sauver la pêche » me paraît (au choix) une vue de l’esprit ou une suite en avant, en aucun cas La solution.
            Pour le nombre de carte, si c’est le critère, il suffit de mettre des gardes au bord de l’eau et qu’ils vendent une carte à ceux qui y sont déjà sans l’avoir déjà acquittée pour au moins doubler immédiatement le nombre de cartes vendues…
            Pour l’activité pêche je crois qu’en hollande ou dans les pays nordiques, ça se passe super bien…. sans bass…
            Le sujet est ailleurs… (selon moi)
            Lesfilmu.

        • pyke.nokill says:

          bonjour ,
          je suis d’accord avec vous sur le bass ..
          on devrais pluto protéger les carnassiers de nos rivieres qui sont pillée……….

      • Gael says:

        En effet je suis naturaliste et aussi pêcheur. Et je défends aussi les pêcheurs dans mes différentes interventions auprès des gestionnaires ou de la communauté scientifique., sauf quand ces derniers font n’importe quoi…
        Je ne sais pas quelle est la proportion de « no-killistes » parmi les pêcheurs de black-bass. Peut être qu’elle est majoritaire, et que donc concrètement qu’on impose le no-kill ou non ça ne changera rien. Mais pour ma part, légiférer pour protéger une espèce qui n’est pas native n’est pas la meilleure des solutions. Non seulement ça va à l’encontre de mes messages de sensibilisation quand je dis que nous connaissons mal nos poissons, que nous avons beaucoup plus d’espèces endémiques (goujons, vairons, brochet aquitain etc…) et qu’il faudrait mettre des mesures de conservation pour ces espèces. Et aussi, ça ouvre la possibilité à des dérives. Si quelqu’un introduit le bass rayé (ce qui est déjà fait), pourquoi ne pas le mettre en no-kill aussi! Les gobies du Rhin qui sont une catastrophe écologique (le silure est un enfant de choeur à côté) se pêchent très bien, pourquoi ne pas les implanter ailleurs et les protéger? Pour moi on marche sur la tête.
        Qu’on créé des plans d’eau à black-bass avec comme réglementation interne le no-kill c’est suffisant, pas besoin de légiférer. Les pêcheurs doivent être responsabilisés. Et si les populations de black-bass ne se maintiennent pas, c’est qu’il n’est pas biologiquement disposé y être….
        Si les AAPPMA et les FD veulent faire des économies, qu’elles arrêtent d’aleviner en truitelles car ça a été démontré que ça ne servait à rien.
        Désolé Sylvain pour ce tout petit coup de gueule, en espérant ne pas avoir choqué les lecteurs. Mais il y a plusieurs visions des choses 😉

    • pyke.nokill says:

      surement que le brochet et le sandre sont bien meilleur a manger ?????

  9. xavier says:

    Tiens il y a un article ds le chasseur francais sur « la guerre des peches aura t elle lieu? »

  10. Alain THOMAS says:

    La fédé 33 a obtenu l’augmentation de la maille des carnassiers de 10 cm 60 pour le broc, 50 le sandre et 40 le bass. Plus la limitation du nombre de captures.

    C’est un premier pas mais c’est déjà précurseur en la matière maintenant reste à faire connaitre ça les pêcheurs interrogés par mes soins au bord de l’eau n’ont pas forcement eu l’info…

    http://www.gironde.gouv.fr/content/download/31082/221573/file/AP_21-9-16_Tailles-captures-carnassiers.pdf

  11. Lionel F. says:

    Salut Sylvain ;
    Mesure pleine de bon sens pour le black ; si tous les pêcheurs savaient les efforts financiers consentis par les AAPPMA qui veulent favoriser la présence de ce poisson…
    Pour la fermeture commune sandre-brochet fin janvier, on aimerait tant ! Allez, je fais une lettre au Père Noël :)
    Quoi qu’il en soit, bravo la Fédé.
    Lionel F.

  12. Laplante.thierry says:

    Bonjour perSophie je milite pour une seul ouverture du carnassier.
    Brochet sandre au 3eme week-ends de mai
    Il est utopique de croire que les pêcheurs qui feront l
    ouverture du brochet relâcherons les sandres. Donc faisons simples au lieu de faire une loi qui ne sera jamais respecter.
    C est du grand n’importe importe quoi.
    Pêcheur de truite je suis et je suis bien sûr pour le quota à trois farios.

    Cdlt.thierry

  13. benoit says:

    Bravo un grand pas en avant et qui sait peu etre un bon croche pied au pro qui n ont rien a faire en saone

  14. pyke.nokill says:

    oui bien sur que ça va dans le bon sens..
    je sais pas si vous pecher sur la saone mais le brochet est devenu très rare

  15. pyke.nokill says:

    le no kill total pour le brochet et le sandre pendant un ans ou deux ferait du bien pour la reproduction ?????

    • Il y a plein d’endroits où le brochet mais surtout le sandre se portent bien, les mettre en nokill ne serait pas pertinent ni utile et surtout pas compris de la majorité des pêcheurs.
      Votre pseudo est pike nokill, on comprend donc votre point de vue mais vous n’êtes pas seul et il faut composer avec tous.
      Avouez que ça va dans le bon sens, j’ai connu le brochet à 40 cm et sans quota…

      • pyke.nokill says:

        pourriez vous me dire si il est possible de s’avoir ou son les lot des pecheur profesionnelle (entre saint jean de losne et chalon sur saone)…pour evité d’allez pecher sur leur filer