Épisode 4: Sandres, Décembre/Janvier
avatar

Esox-Froid2Cette fois ça y est! Le froid est là…. enfin presque… disons que parfois, il fait froid… mais températures et niveaux d’eau yoyotent sans cesse. L’adaptation est plus que de rigueur pour espérer toucher régulièrement quelques poissons.

Les sorties se succèdent, les techniques dominantes, stratégies, postes et patterns varient et s’affinent. Les rencontres avec des poissons restent relativement régulières, ce qui n’est pas pour déplaire avec ces températures. Bienvenue en Hiver :-)

 

 

Esox-Froid et humide

Le froid à donc fait sa tardive apparition. Le froid, pour moi, (j’ai cru voir avec mes camarades du sud est que nous n’en avions pas la même définition 😛 😉 ), c’est des températures ressenties qui flirtent continuellement avec le 0°C (ou moins!). Comme nous sommes en Bourgogne, dans la plaine de Saône qui plus est, il est souvent nécessaire de rajouter une bonne dose d’humidité. Autant dire que l’équipement doit être adapté pour espérer pêcher dans de bonnes conditions.
Esox-Froid anneauxCette saison, c’est les doigts engourdis, la labeur (la galère?) de refaire un bas de ligne sur l’eau, la tresse qui gèle dans les anneaux en 5 minutes…
C’est aussi de nombreuses sorties en ayant la rivière à soi seul, le calme, le silence, la douce absence des nolisés… ces charmants bateaux clairement identifiés « THE BOAT » chez moi et qui souhaitent toujours vous croiser par la gauche comme sur la route… même lorsque vous pêchez la bordure, que le couloir à votre gauche fait 15 mètres de large… et qu’il y a 70 mètres de rivières à votre droite….. 😛

Enfin bref, même frileux que je suis, la pêche l’hiver…. j’adore.

Esox-Froid1Esox-Mise à l'eau st seinePour en revenir à la pêche proprement dite, elle fut plus que très changeante. Il fallut sans cesse s’adapter aux rapides crues et décrues de la rivière, avec souvent les fesses entre deux chaises sur des hauteurs d’eaux à mi-chemin entre les deux…

Des crues, qui attirent toujours nombres de pêcheurs sur les spots  stratégiques (sorties de ports, écluses, structures..) … mais qui me permettent, en plus d’aller parfois tenter ma chance moi aussi au milieu de la cohue, de profiter de mises à l’eau non praticables pour ma barque en période d’étiage et d’officier sur d’autres secteurs. (mise à l’eau avec butée à fleur de surface… impraticable pour de lourdes barques :-()

Esox-Big Rémi CrueSur ces périodes de crues, rien de bien nouveau, nous recherchons à exploiter tous les calmes. Le sondeur est relayé au second plan et la lecture de l’eau est facilitée par les veines marquées des forts débits.

Pour les coloris, bien que la tendance générale soit aux coloris fluos et flashys, c’est pour ma part avec des coloris plus naturels et très sombre que je ferais le plus régulièrement rentrer des poissons.

La magie des crues, c’est toujours l’espoir d’une touche de gros ou très gros poisson,… je pense que Rémi ci en photo ne me contredira pas la dessus :-) (bravo p’tit gars 😉).

Hors périoEsox-Vivier sympade de crue, les postes sont bien plus réduits que les 2 mois précédants. Les poissons sont bien plus concentrés. Nous recherchons en priorité les tenues de poissons blancs (merci l’echosondeur), et les profondeurs d’eau à laquelle nous enregistrons les touches. Une fois cette profondeur assez clairement identifiée, nous visitions les postes connues du parcours présentant ce type de profil. Peu ou pas de pêches exploratoires pour moi durant cette période. Les journées sont trop courtes et le risque de passer complètement à travers trop grand.

Avec cette méthode, nous ferons régulièrement des viviers plutôt sympas avec quelques invités surprises réguliers comme ce joli chevenne pris en verticale sur un LS 5 pouces complètement engamé en verticale dans 6 mètres d’eau…. peu commun quand même.

(Afin de ne pas casser les postes, les poissons maillés sont gardés au vivier puis remis à l’eau lors du départ pour un autre secteur)

Esox-Leurre d'hiversCe qui a changé dans la pêche par rapport au mois octobre/novembre:

Pour les patterns leurres:
1/ Les coloris: Globalement plus sombres et plus tranchés même si certains patterns restent inchangés et toujours aussi prenant.

2/ Des tailles 6, 7, et même 8 pouces ont intégrées le bataillon des patterns usuels
Les LS les plus prenants ont été pour moi sur cette période:

Linéaire: Easy Shiner 5′ Hasu et Orange Shiner / Cannibal Shad 12.5 cm / One up 6′ 60
Verticale: Worm 20cm Orka BR / One up 6′ 60 / One up 5′ 67 / Sirene SW 12cm

3/ Quelques leurres plus massifs armés un peu plus solidement pour les périodes d’activités siluriennes, toujours courtes mais intenses (ici Flex et Canibal Shad en haut).

4/ Pour les TPs, pas de changement, seuls les grammages s’ajustent aux débits et aux postes (excepté sur les montages silures ou l’envie d’ouvrir et d’abimer mes deep jig m’a vite passée….)

Esox-Verticale manuPour les techniques:
1/ Les pêches et prises en verticales représentent à présent 2/3 de nos captures

2/ Les pêches linéaires sont essentiellement faites sur les bordures lors des coups d’eau

3/ Les cassures si prolixes en octobre/novembre sont désormais vides, submergées par les débits, et moins opportunes pour les poissons lors de ces variations permanentes de débits couplées à une chute rapide des températures.
Grosses structures, fosses et trous très marqués, mortes et darses sont nos postes de prédilections à présent.

 

Les températures d’eauEsox-Froid Fish sur 7 poucesx s’abaissent progressivement et tombent autour des 4°. Couplées à l’utilisation régulière de leurres un peu plus gros (5 pouces et plus), le nombre de capture diminue (D’une dizaine de prises au bateau et par sortie en octobre novembre à 3,24 poissons (déformation professionnelle :-)) par sortie en décembre janvier) mais la moyenne de taille des prises croit significativement (+ 14cm en moyenne), et cela n’est pas pour me déplaire.

Pour cette première véritable expérience poussée « Sandre », je me suis concentré essentiellement sur les LS et plus particulièrement l’emploi des Shads en m’attachant à explorer une large gamme de types de vibrations et de coloris. J’ai couplé à cela quelques leurres typés virgules toujours très prenant sur les percidés.

Esox-FinesseCe que j’ai délaissé ou presque (faute de temps et de ravitaillement), et qui est pourtant un grand classique de la pêche du sandre aux LS, ce sont tous les leurres de types finesses.
Les copains m’en ont démontrés mainte fois leur efficacité incroyable dans certaines situations!

Il est clair que je ne négligerais pas autant cet atout l’année prochaine.  Disons que j’ai pu construire grâce aux conseils, lectures, visionnages et sorties, une première ébauche d’expériences personnelles, constations et raisonnements que je m’attacherais à étoffer la saison prochaine en tout premier lieu avec ce nouvel atout finesse.

Leurres durs et leurres métalliques (palettes, lames, jigs…) ne sont encore Esox-Froid Fish vers la finmême pas rentrés dans mes équations de raisonnement… j’ignore tout sur le terrain de ces leurres en cette saison…. alors vivement l’année prochaine que je puisse (j’espère) avoir encore la chance et le privilège de me rendre sur l’eau et d’affiner ma pratique de cette pêche du sandre au leurre en hiver :-)

Je tiens vraiment ici à remercier tous les amis et copains avec qui j’ai partagé ces sorties, sans oublier ceux avec qui j’ai pu discuter et échanger « pêche » sur l’eau, aux mises à l’eau, par téléphone ou internet. Ils se reconnaitront j’en suis sur 😀

 

 

 

 

Esox-SalutParce que pour moi malheureusement… la saison de pêche aux leurres 2014-2015 est belle et bien terminée. Place aux vers de terre et aux silures pour 4 mois et même plus en Côte d’Or. Avant cela, un nettoyage bien mérité et l’entretien pour tout le matériel qui a été mis à rude contribution depuis ces dernières semaines. Sans oublier le bilan des consommations de cette saison et l’inventaire précis des survivants afin de réarmer pour la saison prochaine… peut être avec des séduisantes nouveautés que je découvrirais samedi au CNPL :-). See you.

Esox-Froid Fish sur worm 25

About Lilian

Docteur en sciences dans la vie professionnelle, je partage mon temps libre entre ma famille, le monde de la pêche, de l'eau douce et des poissons, et le sport. A propos de la pêche, puisque c'est ce qui nous intéresse ici, j'ai commencé très tôt à arpenter les rivières de première catégorie en Côte d'Or et les nombreux étang de la Saône et Loire. Une petite décennie plus tard, je découvrais la pêche des carnassiers aux leurres. Au début des années 2000, une véritable passion pour le silure et sa pêche se développa chez moi, copieusement alimentée par l'arrivée d'internet. Il est depuis lors mon poisson fétiche, embrassant pleinement cet univers, de ses multiples techniques de pêches à ses multiples réflexions halieutiques, éthiques,et parfois même ethnologiques .... Au travers cet univers silure, j'ai eu le privilège de vivre quelques expériences extra- ordinaires par exemple en compétition (3ème au classement silure AFCPL D2 2011 avec Rémi Seigler, Vainqueur du King-Cat au WCC 2012 avec Laurent Checko et Sebastien François), en vidéo (avec la naissance de www.l6-video.fr), ou tout simplement sur l'eau avec mes compagnons d'aventure. En voici d’ailleurs une nouvelle, celle de partager ma passion silure avec vous à travers le site de l'esoxiste. Amicalement. Lilian.
This entry was posted in pêche, reportage de pêche. Bookmark the permalink.

7 Responses to Épisode 4: Sandres, Décembre/Janvier

  1. Joubert-Laurencin says:

    Lilian,la pêche aux leurres n’ait pas terminée, on peut pécher pendant la fermeture avec des worms souple à la tirette ou sur tête plombée neutre.

    • Lilian says:

      Hello,
      Oui tu as tout à fait raison! :-D, et je compte bien en profiter….
      Mon expression empruntée d’un (grossier) raccourci signifiait plutôt, la pêche à tous les types de leurres….. (d’ailleurs, je traite exactement cette question dans un article à paraitre en Mars dans la revue la P&P ;-))

  2. Salut Lilian
    Très bel article, je constate que ta pêche évolue, un jour tu finiras comme un gars que je connais, à traquer le brochet !!!! :)

  3. Bonnes explications comme d’habitude Lilian !
    Comme tu dis Tahitifish, il suffit que le copain utilise une technique ou un leurre et fait plusieurs poissons avec pour nous faire changer d’avis !

  4. Tahitifish says:

    bravo About
    Comme toi je peche le sandre cette année en bateau et je découvre bcp de chose. Le passage que j’ai préféré c’est la partie ou tu dis qu’il te reste des éléments comme les leurres durs et les finesses a faire rentrer dans l’Équation. Il faut souvent qu’un pecheur à coté de nous nous mete une belle raclée avant qu’on les utilise.

    • Lilian says:

      Merci et oui, j’approuve complètement ton propos…
      Pour l’anecdote, en situation de crue vraiment très épaisse, la rivière tenait plus de la boue que de l’eau, j’exerçais avec des shads à vibrations fortes voir très fortes. Ma réflexion: « pour que les poissons détectent mon leurre la dedans, y a intérêt à ce que ça vibre, parcequ’ils voient rien du tout avec cette eau ». J’étais enfermé dans cette optique. Seul je serais probablement rentré à la maison sans touche en me disant « les conditions étaient trop dures, les poissons n’étaient pas mordeurs ».
      Oui mais voilà, l’ami avec qui je partageais la sortie (Rémi pour pas le nommer), face à cette situation d’échec aux shads à pris le contre pied inverse en descendant des finesses parceque d’après lui « les poissons ne pouvaient être que là, et que si nous ne touchions rien au shad, c’est qu’ils étaient sur autre chose »…. les 10 minutes suivantes… 2poissons de 60+ dans le bateau pour lui….
      Depuis, j’ai rayé ma fausse idée reçu « jamais de finesse dans des eaux chargées » 😀