Episode 3: Sandres, Octobre-Novembre
avatar

Esox-Echo-1Cette année donc, j’ai souhaité accompagné Manu le plus souvent possible dans ses sessions Sandres. Si pour moi l’envie de découvrir plus particulièrement ce poisson est « relativement » nouvelle, il y a déjà bien 2 ou 3 saisons que Manu affine ses approches et ses connaissances sur ce sujet.

J’attaque donc cette quête avec un fichier de données « expériences persos » relativement vierge pour aborder mes premières pêches. Ce que je peux dire aujourd’hui c’est que mes idées reçues sur ce poisson ont pris une bonne claque!

Esox-Sur l'eau-1Comme cela m’avait plutôt pas trop mal réussi pour le Bass (beaucoup moins pour le Buster :-S), je récupère les meilleurs conseils des amis (toujours très précieux pour progresser), quelques clics sur internet (dont pas mal de temps sur des « anciens » articles de Mr Even que j’ai vraiment appréciés pour leurs contenus techniques et matériels: Vertical et Linéaire), pas mal de vidéos youtube, notamment sur des embarcations de compétiteur NKS ou d’autres blogs très bien alimentés.
Ensuite, il n’y a pas à chercher midi à quatorze heures, il y a besoin d’aller sur l’eau.

 

Esox-Leurre1Parmi tous les patterns que je m’étais constitué, voici ceux qui m’ont apporté touches et poissons très régulièrement pendant cette période (NB, avec le recul, une grosse erreur, je n’avais que peu, voir pas retenu à cette époque de patterns de taille > 5pouces… ):
One Up Sawamura 69 4 pouces / 44 3 pouces
Canibal Shad Blue Pearl 8cm et 6cm
Orka Shad Tail WY 10-15 cm

Certes peu d’originalité, mais encore une fois, avoir suivi les conseils récurrents m’a permis de me construire mes propres opinions sur les panachages: vibrations, couleurs, techniques et milieux, tout en ayant quand même une confiance relative dans mes patterns dès le début.

Esox-VerticPour les têtes plombées, 2 modèles ont, dans mes mains et cette année, surclassées tout le reste de ma boite (loin d’être exhaustive qui plus est!): Les Deep Jig Séries (Berkley) et les FireHead en vertical (VMC)

En cette saison, dans des eaux encore relativement chaudes (10° < T° < 15°) nous avons alterné régulièrement Linéaire et Verticale. Manque de maitrise sur la verticale ou autres raisons, 75% de nos poissons capturés à cette période l’ont été en linaire.
La procédure était assez basique:
Nous avions remarqué que nous touchions les poissons dans les cassures entre 3 et 6 mètres. A chaque fois qu’un tel profil était  détecté à l’écho sondeEsox-marqueursur, nous lancions un marqueur sur le plati, puis nous nous placions à 20 mètres de là dans la partie profonde.
Le bateau stabilisé à l’électrique, le but du jeu était de propulser nos leurres sur le plati en direction du marqueur, puis de les faire dévaler tout doucement la cassure en linéaire en rasant le fond et ce jusqu’au bateau:

Simple méthodique et efficace, cette stratégie s’est révélée très payante jusqu’à la première crue et la chute des températures.

 

 

Esox-moyens poissonsPetits hics, (mais est ce vraiment du à la méthode? à la saison? ou plutôt au taille des leurres employés? ou encore à ce type de poste bien spécifique?????), la taille moyenne des captures restaient faible. De (très) nombreux poissons de 36 et 42 cm (surement dut aux vagues de frais successives), à quelques mm près. Plus occasionnellement quelques poisson de 50 et légèrement + venaient nous rendre visite.

 

 

Esox-gros poissonsMais parfois (et c’est en ça qu’on aime la pêche :-P), une rencontre de folie comme ce splendide Sandre capturé par Manu en linéaire. La quatrième touche en 10 minutes sur le poste, et après 3 poissons d’à peine 40, un gros spécimen…. Là sur le bateau, comme vous vous en doutez, c’est juste la fête (encore plus que d’habitude quoi!).

 

 

 

Esox-SilurePour conclure, un nouveau petit aparté silure… Cette fois ci, les postes n’ont rien de surprenants, mais alors qu’il était pénible de les faire bouger sur des montages traditionnels silures plastiques ou naturels, voici que nous nous retrouvons souvent à ferrailler à nouveau avec eux sur notre matériel sandre…..

Présentations différentes? Impact des diamètres utilisés? habituation?… La bonne nouvelle (pour moi en tout cas :-D) c’est que ces poissons sont toujours là. Leur comportement semble avoir en tout cas bien changé depuis ces dernières années! Je vais devoir me mettre (ou essayer de me mettre) à la page l’année prochaine….

Et pour finir, un roulé de moustachu de 110 cm dans une épuisette à truite… pas commun, mais sur bas de ligne 25°°, la prise en main est plus que délicate 😀

Esox-Silure 2

 

About Lilian

Docteur en sciences dans la vie professionnelle, je partage mon temps libre entre ma famille, le monde de la pêche, de l'eau douce et des poissons, et le sport. A propos de la pêche, puisque c'est ce qui nous intéresse ici, j'ai commencé très tôt à arpenter les rivières de première catégorie en Côte d'Or et les nombreux étang de la Saône et Loire. Une petite décennie plus tard, je découvrais la pêche des carnassiers aux leurres. Au début des années 2000, une véritable passion pour le silure et sa pêche se développa chez moi, copieusement alimentée par l'arrivée d'internet. Il est depuis lors mon poisson fétiche, embrassant pleinement cet univers, de ses multiples techniques de pêches à ses multiples réflexions halieutiques, éthiques,et parfois même ethnologiques .... Au travers cet univers silure, j'ai eu le privilège de vivre quelques expériences extra- ordinaires par exemple en compétition (3ème au classement silure AFCPL D2 2011 avec Rémi Seigler, Vainqueur du King-Cat au WCC 2012 avec Laurent Checko et Sebastien François), en vidéo (avec la naissance de www.l6-video.fr), ou tout simplement sur l'eau avec mes compagnons d'aventure. En voici d’ailleurs une nouvelle, celle de partager ma passion silure avec vous à travers le site de l'esoxiste. Amicalement. Lilian.
This entry was posted in pêche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.