Episode 2: La fameuse danse du Jerk
avatar

Esoxiste-R1-JerkAprès avoir fait la découverte de cette pêche spécifique pour l’ouverture 2014, et eu la chance de capturer 2 petits poissons ainsi, les images de ces touches qui me sont restées en mémoire   me reviennent sans cesse. Pour cette fin de saison, les conditions me paraissaient idéales pour espérer capturer un joli spécimen ainsi, et revivre encore une attaques explosive et extraordinaire bien spécifique à ces leurres… histoire de faire le stock d’émotions et de souvenirs avant la fermeture….

 

J’avais donc été convié par Gaël lors de l’ouverture 2014 à une session brochet. Notre pêche avait été composé d’un power fishing très rapide au spinner et gros souples (classique), mais également au Jerk (et son fameux Buster) ce qui là était une découverte pour moi. Les 2 touches et poissons que j’aurais la chance de faire ainsi m’ont transi de joie tant le spectacle visuel de l’attaque est somptueux. Depuis, je ne pense qu’à parvenir à capturer un joli spécimen ainsi dans ces eaux.

Esoxiste-R1-remise a l'eauNous avons donc remis ça sur 3 sorties entre septembre et novembre. L’eau était claire, les températures pas encore trop froides, et le ciel souvent bien dégagé. A priori des conditions pas trop mauvaises pour cette quête…. Mais…. que neni, aucun sieur Esox ne daignera monter en eau claire pour attaquer l’un de nos jerks! (le mien si possible :-P). Après tout, cela serait trop facile… Il me reste encore tout à découvrir des subtilités de cette technique (si si, il doit bien y en avoir, même avec des trics et des leurres qui font mal au bras 🙂 ).

Les poissons pourtant étaient bien là où nous les traquions. Gaël en fera régulièrement la preuve en passant au gros LS et en pêchant bien plus creux qu’avec les Jerks. Quant à moi, persévérant, (ou buté et obsédé c’est selon) et je ne lâcherais pas mes Jerks… j’étais prêt à échanger 5 touches au leurres souples contre une seule touche au jerk….. mais en vain. Rien à faire, je n’en ferais pas monter un seul. Rendez vous donc en 2015 pour cela :-).

Pour l’anecdote, je vous reporte ici le dernier brochet que j’ai croisé de 2014, capturé au gros LS par Gaël donc. Ce brochet présentait au niveau du ventre (de l’intestin je dirais vu la proximité de l’anus, mais je n’en suis pas certain), un armement de tête plombée pas assez attaqué par ses acides digestifs et qui l’avait perforé de part en part. Impossible à extraire, le plomb devait encore se trouver dans son ventre. Un bon coup de pince l’aura au moins débarrassé de ce corps étranger disgracieux et mutilant.

IMG_0157Un poisson qui est reparti en pleine forme sans son malencontreux parasite métallique, après une petite photo souvenir bien entendu.

Esoxiste-R1-Gael2

CH-DN

 

 

 

Et gardons la pêche…

About Lilian

Docteur en sciences dans la vie professionnelle, je partage mon temps libre entre ma famille, le monde de la pêche, de l'eau douce et des poissons, et le sport. A propos de la pêche, puisque c'est ce qui nous intéresse ici, j'ai commencé très tôt à arpenter les rivières de première catégorie en Côte d'Or et les nombreux étang de la Saône et Loire. Une petite décennie plus tard, je découvrais la pêche des carnassiers aux leurres. Au début des années 2000, une véritable passion pour le silure et sa pêche se développa chez moi, copieusement alimentée par l'arrivée d'internet. Il est depuis lors mon poisson fétiche, embrassant pleinement cet univers, de ses multiples techniques de pêches à ses multiples réflexions halieutiques, éthiques,et parfois même ethnologiques .... Au travers cet univers silure, j'ai eu le privilège de vivre quelques expériences extra- ordinaires par exemple en compétition (3ème au classement silure AFCPL D2 2011 avec Rémi Seigler, Vainqueur du King-Cat au WCC 2012 avec Laurent Checko et Sebastien François), en vidéo (avec la naissance de www.l6-video.fr), ou tout simplement sur l'eau avec mes compagnons d'aventure. En voici d’ailleurs une nouvelle, celle de partager ma passion silure avec vous à travers le site de l'esoxiste. Amicalement. Lilian.
This entry was posted in pêche, reportage de pêche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.