Dur dur les truites morvandelles
avatar

Ce matin retour au bord de cette rivière du Ternin (71) pour essayer de capturer quelques truites mais ce fut dur !

C’est en compagnie de Patoche, Cathy et mon teckel de pêche que nous sommes partis à la truite ce matin, à nouveau confrontation de techniques puisque Cathy était à la cuiller, Patoche au ver puis au leurre souple et moi au vairon…Et j’ai gagné !

Grand beau temps ce matin et une température de 2 ° à notre arrivée, le Morvan ce n’est pas le Mont Blanc mais au niveau température ça s’y approche.

Nous nous sommes déployés pour prospecter une partie du parcours et j’ai pêché la rive opposée en regardant Cathy et Patoche se tailler la bourre sur les meilleurs postes.

 

Malgré une recherche méthodique et une bonne connaissance des postes je suis arrivé en toute fin du parcours avec deux truites que j’aurai décalé mais aucune n’aura mordu. Le teckel de pêche aura passé son temps à traverser à la nage la rivière pour suivre l’un d’entre nous au gré de son envie. Un teckel qui nage dans le courant et dévale sur 20m c’est amusant, on dirait un ragondin, Dixie est donc un teckelondin !

Arrivé en toute fin, au pied du pont de Cussy, je traverse pour retrouver mes compères et Cathy m’indique avoir décroché une truite. je lance et je vois la truite suivre et attaquer mon vairon. l’eau est claire et les lunettes polarisantes sont efficaces.

 

Je ferre mais la truite n’avait pas engamé, le vairon pendouille sur la monture…Je relance et la truite, à nouveau attaque, je laisse engamer et ferre mais là mouchetée se décroche et regagne son poste situé à quelques mètres de moi.

Cette fois ci le vairon à disparu, il ne reste que la tête sur la monture. Je sais que si je bouge pour le changer la truite va en profiter pour partir, je relance en regardant la truite. Je fait gigoter devant son nez et surprise, elle attaque..

 

Ferrage et je mets enfin au sec un poisson, comportement étonnant d’une truite qui ne se déplace que de 10 cm de son poste pour attaquer mais attaque n’importe quoi !

Le reste de la matinée n’amènera aucun autre poisson, seule Cathy et sa cuiller 00 piquera une autre truite qui se décrochera. Je ferai décaler une autre dame fario par deux fois mais elle ne mordra ni au vairon ni au poisson nageur.

 

Quand à Patoche, pas une touche, pas de bol, au casse croûte il nous dira « vivement le bec, fait chier ces truites !! ».  Nous rencontreront Jérôme et sa petite famille venu du Cher pour une journée de détente, espérons qu’il a pris du poisson.

Vivement le bec quand même , gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.