Cormorans, hérons, quand allons nous cesser de leur payer le casse croûte ?

Il y a déjà presque un an et demi je publiai cet article sur mon blog précédent, comme il est toujours plus que jamais d’actualité j’ai décidé de le publier à nouveau. Il m’avait attiré les foudres des écolos  qui bien entendu contestaient les quantités de poissons consommées, comme d’habitude aucun n’était d’accord sur la quantité journalière qu’ingère ce corbeau de mer. La plupart citaient des publications scientifiques ou pseudo scientifiques inaccessibles au commun des mortels, d’autres me menaçaient de représailles……C’est dingue comme cette saloperie de cormoran peut attiser les rancœurs entre humains. En attendant j’ai récupéré ces chiffres dans la presse quotidienne régionale, je n’invente rien.

Rien n’a changé depuis, il y a toujours des cormorans et cet hiver 2011/2012 n’aura vu que quelques petites gelées. Les grands étangs n’ont pas été pris par les glaces et nos saloperies de pilleurs de ressources halieutiques ont pu s’en donner à coeur joie.

Je rappelle que les autorisations administratives pour le tir du cormoran sont à demander à votre DDT (préfecture)  avant le mois d’août, date limite des commissions d’attributions. Si vous êtes une AAPPMA,  une association, faites la demande et joignez les autorisations des propriétaires riverains et  les noms et numéros de permis  de chasse des volontaires qui seront amenés à les tirer.

Si votre argumentation est claire et non fantaisiste il vous sera attribué un quota de tir.

Ainsi même si vous avez une population hivernante de 30 cormorans et que l’on vous en donne trois à tirer,  ce sera toujours trois  en moins. Certains vous rétorqueront que vous ne faites que déplacer le problème, que ce ne sont que des hivernants, qu’il faudrait agir plus au nord de l’Europe….

En attendant c’est ici qu’ils bouffent nos poissons donc c’est ici qu’il faut régler le problème. La densité de présence de  cet animal fait qu’il est  nuisible, et c’est indiscutable (sauf pour les écolos bobos). Il porte un grand préjudice à la pêche de loisir, activité qui fait vivre plusieurs milliers de personnes en France. Dirigeants d’AAPPMA, écoutez mon appel, prenez le problème à bras le corps et faites des demandes de tir, alertez la FNPF sur le sujet, quoiqu’en dise les autres, il y va de l’ avenir halieutique.

Voici mon article précédent sur le sujet:

Lorsque l’hiver arrive et que la glace s’installe sur les plans d’eau, je jubile en mon fort intérieur. Pourquoi jubile-je ? Parce que les hérons et cormorans auront bien plus de mal à piller nos rivières et nos plans d’eau.

Si en tant que pêcheurs je suis plutôt un contemplatif de la nature qui supporte bien quelques prédateurs de nos poissons , lorsque je vois les hérons et les cormorans j’ai plutôt tendance à voir rouge. Ces volatiles pillent sans vergogne nos ressources halieutiques dans l’indifférence générale. Certes quelques autorisations de tir sont données par ci par là mais elle ne suffiront jamais à empêcher l’expansion de ces animaux.

Les ornithologues, savent très bien qu’un développement anarchique d’une espèce n’est pas souhaitable et qu’une régulation est envisageable. Les plus intégristes des amateurs d’oiseaux n’ont toujours rien compris et attaquent tout arrêté préfectoral visant à tuer quelques cormorans afin de protéger la ressource piscicole.

Ce qu’il faudrait pour aller au fond de l’absurde, c’est que les intégristes ichtyologues attaquent à leur tour les intégristes ornithologues  au tribunal administratif afin de faire rétablir l’autorisation de tir. Parce que finalement on sera obligé d’en arriver là. Allez chiche, poussons la débilité à son paroxysme et regardons comment réagiront les pouvoirs publics et les associations de protection de l’environnement. Créons une association nationale de défense des poissons et attaquons à tout va au tribunal…..

Il y a vingt cinq ans, lorsque j’ai commencé à pêcher régulièrement et alors qu’il y avait plus de pêcheurs que maintenant, j’ai aussi découvert ma passion pour l’observation de la gente ailée.

Voir un héron n’était pas si commun, il fallait connaître les rares endroits où il y en avait. Espérer voir une grande aigrette  ou une aigrette garzette relevait du miracle. Quand à penser voir un cormoran sans envisager un voyage en Bretagne, c’était de la science fiction.

Puis les mouettes ont commencé à faire leur apparition en hiver sur nos lacs, suivies des goélands. Je rappelle que nous sommes en Saône et Loire, plutôt loin de la mer et de l’océan.

Vinrent un ou deux cormorans qui remontèrent la Saône et s’établirent à Chalon sur Saône. Au début le spectacle était beau mais il a vite viré au cauchemar l’année suivante quand 10 cormorans, puis 25, puis 200 remplacèrent les deux du début.

Lorsqu’on sait qu’un cormoran consomme entre 500 et 800 g de poisson par jour on peut aisément compter que 200 cormorans ont mangé en un an 43 800 kg de poissons (à raison d’une moyenne de 600g, 200 x 365 x 0,6). Presque 44 tonnes de poissons comme casse croûte des cormorans, dont des espèces nobles qui échapperont de fait au sport tourisme pêche ou à la consommation humaine.

Pour le héron ce n’est pas mieux. Depuis une trentaine d’année où il a été classé protégé, ses populations ont explosé. Plus un seul petit ruisseau n’échappe à l’échassier qui se délecte des truitelles de souches sauvages.

A titre d’exemple, je connais bien les sources de l’Yonne à Glux en Glenne (58) en plein cœur du Morvan, j’y ai constaté une réelle pénurie de truites sauvages depuis que les hérons sont présents H24 sur les lieux.

Auparavant les anciens du village m’ont raconté qu’ils attrapaient jusqu’à 30 truites ou truitelles (ce ruisseau acide  ne donnant rarement des truites de plus de 20 cm). Or, depuis que ces papys ont arrêté la pêche et qu’il n’y a plus que trois ou quatre sportifs pour crapahuter  dans ce ruisseau, on constate que les truitelles disparaissent. On ne peut pas accuser l’agriculture, il n’y en a pas sur ce secteur, pas de pollution, pas de changement du milieu mais pléthore de hérons. La conclusion s’impose d’elle même.

Photo Robert JOBIN

Alors que faire, on nous réponds que ce n’est pas possible de les classer nuisible à cause de la directive oiseau de Bruxelles, ah bon ? Parce que c’est connu les hérons sont mondialement espèce en danger peut être?

Il existe une liste d’animaux classés nuisibles qui font chaque année l’objet d’un arrêté préfectoral autorisant leur destruction. Cet arrêté se base sur une liste donnée par le ministère de l’environnement et localement, fait l’objet d’aménagements. Ainsi en Saône et Loire, la pie est classée comme nuisible, tout comme le corbeau, la corneille, le geai et l’on peut les tirer, les piéger….. mais pas le cormoran et le héron, dont les effectifs atteignent des sommets.

Je suggère aux instance dirigeantes de la pêche de se rapprocher des fédérations de chasses et les associations de piégeurs agrées pour qu’enfin ces oiseaux soient régulés. Comme je l’ai écrit plus haut dans cet article, j’adore observer les oiseaux, tous les oiseaux. Je ne souhaite pas l’éradication de telle ou telle espèce mais sa régulation.

Trouvez vous normal qu’ à AUTUN, ville au pied du Morvan, une cinquantaine de cormorans se soient établis ?  Trouvez vous normal que  l’AAPPMA locale en 2010 n’ait pas pu réguler les trois oiseaux obtenus par arrêté parce qu’un intégriste de l’avifaune locale avait fait pression sur le Maire en le menaçant de faire appel à la LPO.

Quelques mails d’intégristes de la cause animale suffisent à faire plier un élu, on croit rêver. Il aurait du répondre que la loi étant ce qu’elle est, tout arrêté préfectoral doit être appliqué et que ce ne sont pas  les suppliques de quelques béats ornithophiles qui doivent dicter la réponse d’un Maire.

Pour info ce même personnage à l’origine de la protection des cormorans locaux a réussi de même à empêcher un tir de corbeau freux en 2003 dont une  immense colonie s’est implantée au même endroit. Il n’a pas de chance, il n’habite pas à proximité et ne peut donc pas profiter des croassements incessants, et en attendant  son jardin ou son verger ne sont jamais ravagés par ces nuisibles.

Vive le pays des bisounours et longue vie au nuisibles !!

Mais gardez la pêche tout de même.

[subscribe2]

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule and tagged , . Bookmark the permalink.

48 Responses to Cormorans, hérons, quand allons nous cesser de leur payer le casse croûte ?

  1. Pierrard René says:

    Bonjour,
    Les cormorans sont un fléau chez nous aussi. La perche et le brochet sont en voie d’extinction. Notre rivière n’est pas une rivière à truites mais nous en remettons tout les ans à l’ouverure de la pêche et pendant la saison. Est-il vrai que l’origine de l’invasion de ce prédateur viendrait d’une directive européenne interdissant aux hollandais d’aller ramasser les oeufs de ces oiseaux en période de ponte. Avant, il y avait une « autorégulation » de l’espèce et personne ne s’en plaignait mais maintenant, la surpopulation de cet oiseau a entraîné une exode massive et dévastatrice dans nos régions. Une des meilleures façon d’éliminer cet oiseau serait peut-être d’agir à la source. Autrement dit, trouver leur dortoir et s’attaquer aux oeufs. Mais pas de n’importe quelle façon. Il ne sert quasi à rien de casser l’oeuf car la femelle repondra. Il faut stériliser l’oeuf et le remettre dans le nid pour que la femelle continue à le couver inutilement et trop longtemp pour en repondre un nouveau. Pour la stérilisation de l’oeuf,il faut le passer dans un anneau chauffant ce qui a pour effet de tuer le germe dans l’oeuf. Attention, le nid est souvent difficilement accesible et il vaut mieux que la femelle soit absente. Vous ne tuez pas un oiseau, vous détruissez un amas de cellules. On peut philosopher sur cette approche et c’est remettre en question l’avortement chez l’humain. Bien amicalement.

    • Bonjour René, ce que vous dites est vrai pour partie, avant en Hollande les œufs étaient consommés et ailleurs les cormorans tirés. Suite à la directive oiseaux le cormoran est devenu protégé et ses populations ont explosé.
      Pour le principe de régulation par les œufs c’est jouable mais ça couterait tellement cher que ce n’est pas concevable au vu des millions de spécimens présents.
      Pour la question de la philosophie, il est à mon sens temps d’arrêter de philosopher lorsque ça nous porte préjudice, on agit et point barre.

  2. Marek says:

    Cependant il ne faut pas oublier qu’il y a un problème avec le cormoran qui, il faut le rappeler, mange plus d’un demi-kilo de poisson par jour…

  3. Marek says:

    Personne ne se demande pourquoi les cormorans, mouettes et autres goelands quittent la mer pour s’enfoncer dans les terres?!

    Je suis pêcheur et aime la nature (mais éviter de me nommer écolo, je n’aime pas trop les étiquettes), cependant je peux lire un bon nombre de commentaire, dont l’article, qui me mettent la puce a l’oreille : en gros vous voulez réguler, tuer, piéger pour que votre loisir soit préservé?! juste pour un loisir… et pourtant j’aime la pêche depuis tout petit, mais qui d’entre nous serez prêt a arrêter de pêcher si on vous dit que c’est l’humain qui est la cause de la raréfaction des poissons?! si d’arrêter de pêcher permettrait de rééquilibrer les populations? bien entendu pas grand monde et beaucoup accuserons hérons ou cormorans.

    Je comprends le problème du cormoran (beaucoup moins celui du héron), mais qui d’entre-vous a essayé de voir plus loin que son égocentrisme, plus loin que son petit confort, plus loin que son loisir? Car si vous êtes comme vous le dites, un amoureux de la nature, vous devriez être conscient que notre époque est celle de la destruction/disparition massive des espèces, que nous avons tous une grande part de responsabilité, et que l’invasion des cormorans ou autres oiseaux marins pourrait découler d’évènements en chaine :
    – diminution drastique des ressources halieutiques ( surconsommation de poissons par les ménages, pollution des industriels et ménages, pillage des ressources halieutiques au profit du dollar ou de l’euro, techniques de pêche non durables)
    – migrations des oiseaux marins vers d’autres lieux riches en nourritures, (instinct de survie)
    et ensuite supposons >
    – disparition des espèces piscicoles d’eaux douces, écroulement de la chaine alimentaire
    – disparition des oiseaux marins.
    y’ aura plus qu’a pêcher le plancton…

    Si on suppose que la diminution des ressources halieutiques, a cause de la pollution ou/et de la surpêche marine, est la cause de la venue de ses « indésirables », les oiseaux marins continueront de venir dans nos rivières, lacs et étangs, mettant peut-être en périls les ressources, quelles seront les espèces que nous choisirons de conserver?! oiseaux marins ou nos écailles d’eaux douces? est il légitime de réguler des espèces dont nous avons précipité la migration au lieu de régler le problème a la base?

    Je pense que l’Homme a grand besoin de morale, de cesser d’oublier que nous dépendons tous des uns des autres, que nous avons une grande part de responsabilité dans tous ces changements, mais quand je lis l’auteur de l’article et d’autres, soit disant amoureux de la nature, dénigrer autant les écolos, qui au final essayent, d’un point de vue différent, de sauver nos espèces animales, nos espaces naturels, et donc nous, je me dis qu’on est vraiment pas sorti de la berge…Nous devrons tous faire des efforts, que ça soit écolos/chasseurs/pêcheurs qui doivent lâcher parfois un peu de mou et que tous seront appelés a devoir faire des efforts un jour ou l’autre.

    J’ai lu un jour que « la Terre ne nous appartient pas, nous l’empruntons a nos enfants », et jusqu’à aujourd’hui je me demande bien ce qu’on va leur laisser… j’suis loin d’être optimiste sur le sujet

    • Marek says:

      et évitez les critiques trop vives, mes remarques ne sont que des suppositions , j’attends de débattre simplement sur un sujet avec des passionnés de tout bord 😉

    • Vous mettez toutes les espèces sur le même pied d’égalité, perso je place l’homme au sommet, c’est mon point de vue et je respecte le votre mais je ne crois pas qu’en devenant vertueux avec la nature comme le prône désormais la bien pensance on arrive à sauver cette dernière. Celle ci évoluera, nous aussi et tous ça s’adaptera selon un nouveau modèle.

  4. Pingback: Comment devenir un bon Troll de Pêche | Pecheur.info

  5. thomas says:

    Les hérons énormes et les cormorans devastateur.
    Existe t’il des bruits qui peuvent les effrayer, mettre un haut parleur sur une chaine hifi. si quelqu’un à une solution merci des renseignements

  6. francis says:

    ce q uil faut ce n est pas un appareil photo mais une petite carabine en plus des arbres meurent en raison des fientes et des baigneurs attrapent des dermatoses dues à celles ci .discretement on peux reguler à notre maniere.j ai envoyer un mail à la lpo pour dire la veritée sur leurs manieres

  7. francis says:

    lors des reunions mettre sur la table des poissons morts des blessures des cormorans. assis derriere un bureau nos dirigeants sont aveugles quand à nos ecolos il ferait mieux de participer aux journées nettoyage que d etre comme des cons à admirer les cormorans derriere une longue vue.il serait interessent par un juriste au regard de la poulation s il n y a pas une mise en danger d autrui ou d un animal si seulement les pisciculteurs pouvaient jouer la dessus sans doute à etudier.

    • Je pense que ça a été étudié déja. Nos dirigeants ne sont pas aveugles mais ce ne sont pas des foudres de guerre, trop lents, trop coulants alors qu’il faudrait taper du poing.

  8. even says:

    bonjour, je travaille dans la restauration des millieu aquatique, je suis tout a fait d’accord avec vous sur les cormorant, vous pouvez vous mettre en contact avec les SRPV, ce sont souvent eu qui s’occupe des nuisibles, ragondin, cormorant…
    par contre en ce qui concerne les hérons, je suis pas d’accord, c’est une espece autochtone, qui a cause des pêcheur a faillit disparu dans les année 50, d’ou son statu de protection.
    il est vrai que aujourd’hui sa population est t’elle que l’on se demande pourquoi elle est tjs protégée cependant sa prédation fait parti du cycle de nos region, sa disparition engendrerais un déséquilibre qui a long terme ne cerai pas bénéfique a nos écosysteme.
    amicalement francois.

    • Bonjour François, je ne demande ni ne prone la destruction totale mais une régulation intelligente comme il estfait avec les animaux classés nuisibles ou gibier tout simplement.

    • francis says:

      herons ou autres proliferer comme eradiquer nuit .si vous avez un nids de heron pourquoi ne pas faire tomber les oeufs à certains nids ça regule

  9. Thomas says:

    Vous avez raison, ces volatiles sont une calamité. Le héron fait des ravages dans les bassins des particuliers. En possédant un moi-même, je viens d’acheter un arc de chasse au cas où ..

  10. Bravo pour votre article que je m’éfforcerai de communiquer. Le cormoran nous crée beaucoups de dégats et mais en péril nos activités. voir le lien. J’ai aussi de tres belles photos qui montrent les dégats de cet oiseau

    http://www.lecourrierdelamayenne.fr/12042012Interview-semaine,.media?a=5639

    • Bonjour Jean Claude,
      L’article du journal est explicite mais ne fait pas peur à la hauteur du trouble que cause cet oiseau. Si vous avez des photos envoyez les moi pour que nos amis pêcheurs indécis comprennent.

    • Bonjour et merci pour ce lien, désolé pour la réponse tardive mais mon logiciel vous avait classé en indésirable…
      C’est réparé désormais.

  11. Bravo pour votre site, que je m’ éfforcerai de le communiquer. Afin d’étayer vos propos je vous envoie 2 articles concernant les cormorans.
    http://www.lecourrierdelamayenne.fr/12042012Interview-semaine,.media?a=5639
    http://www.ouest-france.fr/region/paysdelaloire_detail_-L-aquaculture-en-etang-menacee-par-le-cormoran-_8620-1761252_actu.Htm?xtor=RSS-4

  12. Calers says:

    A nos moment perdu fesson la chasse a tous ces oiseaux

  13. Pecheur says:

    De toutes façons, les oiseaux sont des cons, c’est bien connu 😉

    Les oiseaux sont des cons

  14. Je me rappelle avoir signé cette pétition !

    • Hervé says:

      Moi aussi j ai signé 😐

      • Et beaucoup d’autres, qui aurait eu interet à la piquer ou à la jeter ? On ne le saura jamais.

        • Ces petitions devraient être faites par chaques AAPPMA puis relayées à la FNPF et là on prendrait conscience de la véritable opposition à la présence de ce volatile.
          Nos paroles s’envolent mais les écrits restent.
          Ca existe sur internet, un site de pétition qu’il faut signer, très utilisé par nos « amis » protecteurs des cormorans, à voir si c’est aussi sérieux qu’une pétition papier.

  15. Julien Maupoux says:

    Bonjour,
    Sans contester le fait que le Grand Cormoran soit un problème pour nos cours d’eau et plans d’eau, je trouve dommage d’illustrer cet article avec des photos absolument pas représentatives du régime alimentaire de l’oiseau, qui consomme majoritairement des poissons de taille petite ou moyenne (et plus rarement des poissons plus gros). Je comprend tout à fait que tu souhaites sensibiliser les pêcheurs par des photos de prises de poissons ayant une forte valeur halieutique.
    Je te met un lien vers l’un des nombreux documents scientifiques disponibles sur le sujet régime alimentaire de l’espèce : http://ecobio.univ-rennes1.fr/Fiches_perso/JMPaillisson/Fonteneau%20et%20al_2003.pdf

  16. Pecheur says:

    N’accablons pas le cormoran. Le cormoran n’est pas « une sale bestiole », c’est une bestiole, un oiseau, tout simplement. Un animal piscivore qui obéit à son instinct qui lui dicte de manger du poisson.
    Il n’a rien demandé, n’a pas la capacité de réflexion, à l’inverse de l’être humain qui est le principal responsable de la destruction de notre planète.

    • Certe mais idem pour la mouche, le cafard, le morpion, le pou, les virus, les microbes, les politiciens…
      Il n’y a que ces derniers qui soient aussi bien considérés que les cormorans.
      Alors oui, les cormorans n’y sont pour rien coté intention de nuire, il n’ont pas la volonté de nous créer un préjudice mais les exemples sont nombreux où leur présence porte préjudice à l’activité humaine. Et si je dois choisir, je placerai toujours l’humain avant toute chose.

  17. Dark Vaders says:

    Bonjour,
    Hé oui, le problème est partout ! Les cormorans en ville, ça c’est bien vrai, il suffit de voir mon dernier article …
    Le retour des grands cormorans.
    http://darkvaders.blogspot.com/2012/01/le-retour-des-grands-cormorans.html

    Donc, oui il faut le dire que cette sale bestiole fait des dégâts sur les rivières et ailleurs !

    A la revoyotte !

    • Je viens de visionner la vidéo (j’aime bien le début, ça fait vrai cinéma).
      Même dans les vosges vous êtes envahis, ça promet.
      C’est la campagne electorale, peut être qu’une promesse de campagne…….
      Félicitation pour votre vidéo et votre site

  18. jerem72 says:

    C’est vrai qu’en voyant ces photos je ne verrai plus les herons de la mêmemaniere… C’est dingues qu’il puissent attrapé au tant de brochets et de sandre sachant qu’en hiver ils sont plus au fond ! Reste plus qu’a tiré les Martin pêcheurs qui pillent nos petits poisson blancs ! Humour je précise : D

  19. Hervé says:

    Merci Sylvain pour ce rappel , c est hallucinant le nombre d Hérons et d Aigrettes qui pullulent dans les prés , meme les souris ont chaud aux oreilles !!!

    • Ce qui m’épate le plus c’est le nombre d’aigrettes, comme elles sont blanches on les voit de loin. Lors de notre trajet pour assister à l’AG de Lucenay l’Eveque (15 km d’ AUTUN) j’en ai compté 7 le long de la route et sans compter les hérons…..
      Donc ils sont en voie de disparition….

  20. KOENIG says:

    je n’ais rien contre les écologistes, mais j’ai le droit de dire que je ne suis pas toujours d’accord avec eux, car je sais faire la différence entre le maintient de l’écosystème et l’avenir!
    Le cormoran est un problème a travers plusieurs régions et frontières, certes on nous nous de ne pas pas le tuer, mais en attendant c’est lui le prédateur de notre présence piscicole!
    c’est comme dire  » préserver un snipper qui tire sur l’être humain »

  21. ces cons là, c’est bien malheureux qu’ils ne soient pas infester de migales ou de serpent venimeux, qui eux aussi viennent d’ailleurs, mai là ,on peut mal de laisser faire les choses , pourtant,cella ferait aussi parti des choses de la nature.
    Félicitations pour votre action et continuez sur votre lancée.

  22. étant garde pêche j’ai obtenu une autorisation de destruction du cormoran et je constate que cet oiseau est très méfiant et qu’il est très souvent hors de portée de tir et qu’en plus il niche de plus en plus souvent en ville ou il est impossible de les réguler il serait surement plus simple de prélever les œufs dans les pays nordiques pour le héron on en voit de plus en plus souvent groupés par 5 ou 10 une catastrophe!!!

    • Cet oiseau est effectivement très méfiant et la seule façon de bien le tirer, outre l’emploi d’armes de précision à trop longue portée, est de le tirer sur les dortoirs. Et là, c’est bien l’affaire des maires. Les plombs n’ont qu’une dangerosité à 80m maximum, c’est plus la mauvaise pub des cormophiles qui les empêche d’autoriser les tirs.
      Pour les oeufs, ça couterait un max de payer des gars à ne faire que ça, ça prendrait un temps fou et les oiseaux repondent quand on prends leurs oeufs. Les chasseurs comme moi, rendraient ce service gratuitement et avec un plaisir non dissimulé.