Communiqué FNPF relatifs aux barrages sur la Sélune
avatar

logo fnpfCOMMUNIQUE DE PRESSE
Fédération Nationale de la Pêche en France

C’est un pas de plus vers le futur démantèlement des barrages hydroélectriques de Vezins et de la Roche-qui-Boit dans la Manche qui vient d’être fait. Les avis favorables de la commission d’enquête[1] ont été publiés vendredi 28 novembre sur le site de la préfecture de la Manche, suite à la consultation publique qui s’est tenue de septembre à octobre 2014.

Une très bonne nouvelle dont se félicite la pêche associative qui s’est mobilisée de longue date sur ce dossier, notamment sur les plans technique, politique et juridique avant de rejoindre le collectif « les amis de la Sélune », en faveur de l’arasement de ces ouvrages.

Aujourd’hui, les associations locales concernées, la fédération départementale de pêche de la Manche et l’Union Régionale des fédérations de pêche de Bretagne, Basse-Normandie et Pays-de-La-Loire (URBBNPL), soutenues par la Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF), participent à l’élaboration du projet de développement durable du territoire afin de promouvoir une nouvelle image touristique du secteur, notamment grâce à la mise en avant de la pêche de loisir et du développement du tourisme pêche.

Les rapports de la commission d’enquête entérinent définitivement les annonces faites par les ministres de l’écologie successifs depuis 2007 et répondent aux détracteurs de ce dossier.  « Cette synthèse clarifie parfaitement les débats qui continuent à perdurer sur le terrain. Il précise même au-delà tout danger de continuer à nier la décision publique. Le « dossier présente les atouts des futurs lieux » et « estime que ceux-ci permettent la création de nouvelles activités économiques et touristiques ». Il pointe du doigt les motivations douteuses de certains élus qui « en fustigeant publiquement ce projet, s’écartent de la décision qui a été adoptée il y a plus d’un an. La Commission d’enquête alerte dans ce rapport « qu’alimenter l’opposition sur le terrain et élaborer simultanément des projets de reconversion, témoigne à nos yeux d’un pragmatisme audacieux. » Les pêcheurs de loisir sont conscients que l’arasement des ouvrages de la Sélune apportera une vie nouvelle à cette vallée. Nous sommes là pour épauler, accompagner et guider les futures actions à mettre en place avec les acteurs sur le terrain », rappelle Jean-Paul Doron, président de l’URBBNPL et vice-président de la FNPF.

La FNPF est elle-même impliquée : elle va prochainement signer avec l’Etat, et les principaux acteurs environnementaux, une convention de partenariat pour conduire un suivi scientifique exemplaire de l’opération d’effacement des barrages de la Sélune jusqu’en 2027.

Les avis en bref…
Le premier avis est « favorable à la demande d’autorisation sollicitée au titre de la loi sur l’eau de l’opération de démantèlement et recommande que l’élaboration du Plan de Prévention des Risques d’Inondation soit engagé dans les meilleurs délais. » Il souligne également  « l’opportunité pour les acteurs locaux [dont les pêcheurs, ndlr] de s’emparer de l’opportunité qui leur est offerte pour réinventer leur territoire. »

Le second est favorable à la « déclaration de projet constatant l’intérêt général de l’opération et la mise en compatibilité des documents d’urbanisme qui en sont la conséquence ».

La patrimonialisation du territoire en faveur de l’eau, de la biodiversité et des hommes
« La notion évoquée par la commission d’enquête sur la patrimonialisation couvre l’ensemble des  enjeux de reconquête du patrimoine naturel associés à l’opération de démantèlement des barrages de la Sélune, digne de restauration et de conservation, en lien avec les objectifs de développement durable qui doivent être collectivement partagés et portés pour ces territoires jusqu’en baie du Mont-Saint-Michel.
Elle s’est exprimée à travers la mise en place du processus de gouvernance de l’eau assuré par la Commission locale de l’eau, portée par un président, élu politique visionnaire, accompagné et suivi par une majorité issue des différents acteurs de l’eau.
Elle a d’autre part été consolidée par le recours juridique initié par les structures associatives de pêche de loisir et la décision politique de l’Etat issue du Grenelle de l’Environnement de ne pas renouveler ces concessions »                                                                                                           Jean-Paul DORON

Le calendrier de démantèlement des barrages
2014 : stabilisation des sédiments de l’Yvrande ;
2016 : vidange de Vezins, stabilisation du plan d’eau et nettoyage de la Sélune dans la retenue de Vezins ;
2017 : démantèlement du barrage de Vezins, vidange et traitement des sédiments de la retenue de la Roche-qui-Boit ;
2018 : démantèlement du barrage de la Roche-qui-Boit.

La Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF) est l’institution de représentation de la pêche en eau douce et de la protection du milieu aquatique. Elle a été créée par la loi sur l’eau du 30 décembre 2006 qui lui reconnait le caractère d’établissement d’utilité publique. Ses deux missions principales sont la promotion du loisir pêche et la protection du milieu aquatique. Elle coordonne les actions et assure la représentation nationale des 93 fédérations départementales de pêche (FDAAPPMA) et par leur intermédiaire celles de près de 3 900 associations locales de pêche (AAPPMA).

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Infos FNPF, Vie des AAPPMA et des fédés. Bookmark the permalink.

Comments are closed.