Communiqué de presse de la Fédération Française des moniteurs guides de pêche
avatar

logo-ffmgpNous n’irons pas à la pêche ce jour-là !
Messieurs les politiques, vous êtes prévenus.

Contrairement à l’image que vous vous faites des pêcheurs (bien loin aujourd’hui de celle qu’en donnait COURTELINE), après le temps des cerises et celui des moissons viendra le temps des élections et ce jour-là nous n’irons pas à la pêche !

Les Moniteurs-Guides de pêche Professionnels, sont à bout de nerfs.

Les « Ministère de la Jeunesse et des Sports et le Ministère de l’Agriculture » ont mis en place le 28 mars 2003 le BP JEPS « pêche de loisir » qui est inscrit au répertoire national des certifications professionnelles. Les diverses étiquettes politiques qui se sont se sont succédées ont validés ce brevet,
A ceci sont venues se greffer des obligations sécuritaires pour les Moniteurs-Guides de Pêche qui exercent en mer.
L’UCC Mer (Unité Capitalisable Complémentaire créée en 2006) permet aux Moniteurs-Guides de pêche d’organiser auprès de leurs stagiaires des séances de découverte, d’initiation et d’animation en milieu maritime, jusqu’au 1er niveau de compétition.

Remarquez la notion de « Stagiaire » et non pas de « client » puisque les Moniteurs-Guides de Pêches sont des éducateurs et non pas des commerçants. De plus ils font de l’éducation populaire et du développement durable, au travers de leurs activités d’enseignement « pêche de loisir ». Cette activité de pleine nature valorise nos territoires et notre culture. La pêche est très populaire auprès des publics, pour ne pas dire en vogue.

Mais d’autres autorisations viennent se greffer anarchiquement sur toutes ces prérogatives.
Un véritable capharnaüm où la Direction des Affaires Maritimes veut imposer ses propres règles qui vont à l’encontre des directives de la DDJS et qui parfois sont à la limite de la loufoquerie.
Des contrôles dans diverses régions de France pénalisent les Moniteurs-Guides de pêche (qui pourtant sont en règle) sous l’œil indifférent des Délégataires de l’Etat.
Les Ministères actuels se renvoient la patate chaude en se disant que le prochain gouvernement réglera le problème.
Cela dure depuis 2006 !!!

Le 11 août dernier, les membres de la FFMGP (Fédération française des Moniteurs Guides de Pêche) ont découvert avec effarement sur TF1 puis sur d’autres chaines de télévision, que des individus, sans diplômes, proposaient une plateforme communautaire de mise en relation de plaisanciers avec d’autres plaisanciers, pour organiser des sorties en mer (Co-baturage) et apprendre à pêcher.
Après le « co-voiturage » voici le « Co-baturage »… Bientôt le « Co-plongée sous-marine », la « Co-équitation », le « Co-tennis », « le Co-ski » et pourquoi pas les « Co-jeux olympiques » !
Bref devant l’incapacité des élus, bientôt n’importe qui pourra faire n’importe quoi au mépris de la réglementation et de la sécurité.

La FFMGP et le syndicat l’UNSA 3s et ont écrit à Monsieur Président de la République et aux Ministres concernés avant de saisir la justice, pour dénoncer ces pratiques, faire valoir notre légitimité devant les Tribunaux et défendre ses membres, victimes de harcèlements incompréhensibles.
Ils tirent la sonnette d’alarme auprès de toutes les disciplines sportives employant des Educateurs Sportifs. Car leur tour risque d’arriver !

Alors, lorsque viendra le moment des élections (et c’est pour très bientôt) des centaines de milliers d’éducateurs professionnels (ainsi que leurs familles) motivés, toutes disciplines confondues, avec les quelques milliers de licenciés dans les clubs sportifs, n’iront pas à la pêche à ce jour-là mais ils sauront lors du dépôt de leur votes dans l’urne comme tous bons citoyens se souvenir de tout cela.
Cela n’est pas une éventualité, ou une vague promesse, c’est une certitude !…

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in communiqués de presse, informations diverses pêche. Bookmark the permalink.

One Response to Communiqué de presse de la Fédération Française des moniteurs guides de pêche

  1. JACQUES says:

    Lutter contre le travail illégal et déloyal est légitime.
    Je ne suis pas sûr que partager les frais d’un bateau avec un voisin ou un tiers n’empêche quelqu’un de s’adresser à un guide de pêche qui est un « enseignant ».
    A l’époque de l’économie collaborative où tout le le monde peut louer sa voiture ou sa tondeuse ou partir avec Blablacar (que la SNCF n’a pas pu faire interdire), ce genre de plateforme est inévitable, ceci dit lutter contre les faux professionnels est normal.
    Pourquoi autoriser les sondeurs, les bateaux à moteur..etc?
    Enfin n’y a-t-il pas un guide qui n’utilise pas un logiciel libre (ex :Open Office) ou pire un logiciel piraté….?