Chasses du Rhône, retour sur une catastrophe annoncée

Ouf c’est fini, c’est normalement la dernière fois que la Suisse a procédé à une chasse du Rhône. Rappelons qu’une chasse consiste à ouvrir en grand les vannes d’un barrage sur le Rhône suisse de façon à chasser les sédiments qui s’accumulent à sa base.

Cette chasse s’est déroulée la semaine du 11 juin 2012 soit  il y a un an déjà et a été annoncée comme la dernière. IL faut savoir que ces chasses existaient sur les barrages de Verbois et Chancy Pougny  depuis 1947. Elles étaient triennales jusqu’en 2003 et à cause de la pollution et de la mortalité piscicole il a été décidé de les rendre décennales.

 

Les sociétés de gestion des barrages cités précisent que depuis 2003, 1,7 million de m3 de sédiments se seraient accumulés pouvant boucher ou perturber les mécanismes des vannes et provoquer une inondation.

Photo le dauphiné

 

Ces barrages sont construits sur le Rhône, ce fleuve près de sa source possède un débit puissant et dévalant des montagnes, charrie dans son lit une grosse quantité de sédiments.

Coté français la gestion de cette « chasse » a été donnée à la CNR (Compagnie Nationale du Rhône)  qui a été chargée de faire en sorte que la pollution soit la plus minime possible. Pour se faire elle a aménagé une partie du vieux Rhône et procédé à des lâchers préventifs du barrage de Génissiat, premier barrage sur le Rhône  situé en France.

Photo la tribune republicaine

 

Je vous passe les détails de com de la CNR qui a fait son maximum et dont les impacts des chasses sur l ‘environnement ont été maitrisés……Selon elle.   Il n’empêche que le 11 juin 2012, la concentration de matières en suspension a atteint 45g/l entrainant une mortalité piscicole de la Suisse jusqu’au barrage de Génissiat, soit pas mal de kilomètres ou toute vie ou presque a été anéantie.

Les poissons meurent soit par colmatage de leurs branchies par les sédiments fins soit par asphyxie due à la raréfaction du taux d’oxygène dissous.

Peu de médias s’en sont fait l’écho, aucun média national, aucune assoc écolo nationale. La fédé de l’Ain réclame à la Suisse la somme de 3,8 millions d’euros, ce qui correspond au dédommagement de son alevinage. La Suisse, en bon état près de ses sous a dit niet et ne lâche rien. La fédé 01 se trouve donc dans la quasi obligation de rempoissonner à sa charge et va déverser 50 000 truitelles de souche locale à l’amont de Génissiat.

Photo Alain Chappuis

 

Ces chasses ont perturbé la pêche sur le Rhône jusqu’en aval de Lyon. Il a été trouvé plus de poisson crevés qu’à l’accoutumée et les pêcheurs locaux ont fait remonter une chute des prises dont les conséquences ont été palpables jusqu’à l’automne où le fleuve a enfin retrouvé son aspect normal.

Il ne m’appartient pas de juger du déroulement de ces opérations car je n’en ai pas les compétences techniques  mais les conséquences de ces dernières chasses ont été catastrophiques. Normalement elles n’auront plus lieu, espérons le.

Photo le dauphiné

 

Et espérons que les suisses se décideront à payer car il n’est pas normal que ce soit les pêcheurs français qui doivent payer pour une pollution suisse.

Gardez la pêche.

 

 

Les commentaires sont fermés.