Bien préparer son ouverture truite 2013
avatar

Bien préparer son ouverture ne se fait pas le vendredi soir après la journée de travail. Je m’y consacre pour ma part dès le lundi qui précède, voir même avant.

Auparavant j’aurai pris soin de régler les détails courants, achats de montures, changement du fil sur mes moulinets, inspection de la tresse, de mes boites d’accessoires….

Donc, dès ce soir, j’inspecterai mes cuissardes et mes waders. Ceux ci étant stockés dans mon garage, il serait désagréable de constater, le samedi matin à 05h30 que des lérots ont choisi de s’y installer et ont grignoté le tissu ou le néoprène.

Ces saloperies m’ont déjà attaqué un bed chair en 2008, une épuisette et diverses housses, désormais je les piège avec une certaine délectation qui confine au sadisme de la vengeance.

 

Il sera aussi temps pour moi de ranger mon vieux gilet et de mettre chaque boites dans les poches afin de ne rien oublier le matin du jour J. Je placerai une des copies de mon permis internet  dans ce gilet (c’est là l’avantage du permis du net, on peut en faire plusieurs copies et ainsi ne pas l’oublier bêtement), avec toujours un petit billet bleu, on ne sait jamais si j’oubliai mon porte monnaie.

Un rapide examen de mes boites me permettra de découvrir si je commence à être à cours d’émerillons, de triples. Je pourrai donc piocher dans mes réserves pour regarnir ma boite « montures à vairons ».

 Je placerai aussi dans quelques  sacs plastiques, un chiffon,  le rouleau de papier hygiénique qui ne quittera plus sa poche intérieure de mon gilet. Idem pour le poncho de secours  qui servira certainement un jour.

 

Je rangerai  aussi cette petite serviette éponge si pratique pour s’essuyer les mains lorsque l’eau est glacée.

 Dans une autre poche, mes lunettes polarisantes, ma pince. Dans la poche dorsale, ma casquette et un grand couteau pour débroussailler. Restera à penser à prendre l’appareil photo qui je l’espère sera de la fête.

 Le lendemain, je vérifierai pantalons, fermetures éclairs et boutons. Il est toujours très désagréable de perdre son bouton de pantalon au bord de l’eau, si en plus on n’a pas de ceinture ni de ficelle….Le canif armé de son tire bouchon rejoindra la poche habituelle du pantalon de pêche.

 Ne restera plus qu’à vérifier une ultime fois l ‘état de mes cannes et de mes moulinets, un rapide examen des anneaux suffira. Pour les moulinets, un petit coup de WD 40 sur la poignée et le galet de pick up suffira.

 

Le dernier point de la revue  sera l’indispensable garnissage du Gardaboire, le casse croûte étant sacré pour le jour de l’ouverture c’est donc quelques bocaux de charcuteries maison qui tiendront compagnie à la bouteille de blanc pour nous remettre de nos émotions vers les 9h00 du matin.

 Je serai donc prêt et l’esprit tranquille le vendredi soir, je savourerai un petit apéritif vers 19h00 en compagnie de mon épouse et  de mon coéquipier Patoche en discutant des stratégies de sioux que nous mettrons en place le lendemain pour leurrer les truites à manches courtes.

 Gardez la pêche !!

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces, Techniques modernes and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.